Temps de lecture : 47 secondes

Deux oiseaux au long col volent en couple, au milieu de l’image, et en plein ciel. A la fin du livre, Olivier Deck redevient écrivain avec « Icare à l’envers », le texte d’un souvenir d’enfance, d’un profonde tristesse traversée de joies petites mais fortes.

« Un peu plus que la vie », cela pourrait bien vouloir dire un peu moins que l’infini, et les photographies qui forment ce recueil s’imprègnent des mystère de la vie et de la mort,  des émois de l’enfance et de la paternité et surtout de la poésie de paysages vus à portée de main, comme à l’âge des cabanes construites à l’écart du monde. Olivier Deck, écrivain et photographe, est le père de deux petits garçons qui habitent son livre même si on les voit peu, occupés qu’ils sont à s’approprier à leur tour ces recoins des Landes propices aux jeux et aux cachettes. Si l’on pense un moment à Ralph Meatyard et à sa ribambelle de gosses, rassemblés en mises en scène insolites et dissimulés derrière leurs masques, on s’en éloigne vite pour retrouver, dans la même atmosphère mélancolique et sublime, dans le même noir et blanc des jours gris, l’échange silencieux d’un père et de ses deux fils bientôt grands.

INFORMATIONS PRATIQUES
Un peu plus que la vie
Olivier Deck
Editions Contrejour
96 pages, 22x26cm, relié
33 euros

Accueil

Tags

#livre

Leave A Comment

Your email address will not be published.

1 Responses to “Olivier Deck, Un peu plus que la vie aux éditions Contrejour”

X
X