Temps de lecture : 1 minute et 12 secondes

Ceux qui connaissent le personnage savent qu’on ne perd rien à entamer avec lui une conversation sur le monde à la fois si petit et si vaste de la photographie, Histoire universelle et arcanes internes, perspectives technologiques et ressorts économiques mondiaux.  Tout cela commence avec un doctorat en pharmacie tôt détourné vers une carrière de photographe, de journaliste, de commissaire d’expositions croisé au passage par un acte co-fondateur des Rencontres d’Arles.

Un seul regret partagé par ceux qui connaissent bien l’homme et l’expert  aujourd’hui nommé correspondant de la Section photographie à l’Académie des beaux-Arts  : on ne lui apprend rien qu’il ne sache déjà. D’ailleurs, sa première photo de 1968 date du 17 mai 1967, jour d’une manif unitaire, précédant même l’article de Pierre Viansson-Ponté qui jaugeait un an plus tard, dans les colonnes du Monde,  l’ennui de la France.

Le cinquantenaire de mai 68  est pour Perrine l’occasion de revenir non seulement sur  ses photos de barricades, de cohortes de CRS et d’agoras universitaires, mais sur la toute première exposition photographique de l’événement de juin 1968 qu’il montait à la MJC Paris-Mouffetard avec une quarantaine de membres du club des 30×40. Dans la foulée de la discussion menée à l’auditorium de la Maison européenne de la photographie avec Jean-Claude Gautrand, Elisa Mignot Audrey Leblanc et Guillaume Blanc, en écho visuel du Colloque à Sciences Po le 10 avril avec Hervé Chabalier et Nathalie Atlan, Bernard Perrine participe à plusieurs expositions, à la BnF, en galerie, publie ses images sur de nos confrères en ligne et se lâche au micro  sur l’ambiance épique et même sanglante des combats de rues.

INFORMATIONS PRATIQUES
BnF François-Mitterrand, Quai François-Mauriac, Paris 13e.
Du 17 avril au 26 août 2018.
Galerie Hegoa, 16, rue de Beaune
du 4 mai au 2 juin 2018.
À retenir pour la rentrée de septembre, CHS ou Comité d’histoire sociale de la Sorbonne a programmé une journée sur Mai 68, au programme de laquelle, l’historienne Françoise Denoyelle inscrit la discussion “Au delà des icônes, Bernard Perrine, un photographe en action au cœur et à la marge de mai 68″.

https://www.polkamagazine.com/mai-68-photographie-par-la-police-de-lautre-cote-des-barricades/
https://www.tk-21.com/Mai-1968-un-evenement-en-deux

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Captcha loading...

X
X