Temps de lecture : 1 minute et 27 secondes

La guerre, l’amitié, la mort, le travail, enfin tout ce qui tisse la vie des petites gens et fait la matière des grands romans appartient à l’imaginaire sans borne de Raphaël Rémiatte. D’abord parce qu’à peine sorti de l’adolescence, il a fait tous les métiers : marin, pompier, cuisinier, libraire, vendeur de journaux et de gâteaux, c’est du moins ce qu’il énumère quand ont lui demande d’où il vient.

Devenu grand, Raphaël est passé aux choses sérieuses, et fait les hautes écoles :   trois années d’études aux Arts et Techniques de l’Acteur à l’école Claude Mathieu, suivies d’un passage à l’Art du Conte. Et il est devenu conteur, lecteur aussi, avec son répertoire et son public. Les années partagées avec le peintre et décorateur André Beaurepaire, ont fait naître et s’épanouir une nouvelle passion : la photographie invitée en tierce comparse pour des mises en scène du « Peintre et son modèle », saynètes symboliques ou amoureuses, émouvantes et souvent drôles. L’ami disparu, Rémiatte continue le chemin, avec les personnages auxquels il prête sa stature et sa figure, et pour lesquels il transpose et invente autant de travestissements. Mime éberlué aux multiples destins, l’acteur solitaire se produit devant l’appareil photo planté sur ses trois jambes. À la suite de ces personnages de romans, chevaliers, étudiants, prostitué.e.s, rois, hommes des cavernes ou banquiers, Raphaël Rémiatte endosse dès 2013 la tenue bleu horizon des Poilus de la Grande Guerre, des jeunes gens partis la fleur au fusil défendre l’Alsace et la Lorraine, revenus avec leurs gueules cassées, et pas toujours avec tous leurs membres, quand ils n’ont pas été massacrés dans leurs tranchées. Ces jeunes gens, Rémiatte les connaît bien, pour avoir entrepris dès 2002 de leur prêter sa voix en lectures publiques de lettres envoyées du Front de 14-18, lettres d’amour et de désir, lourdes de peur contenue, pleines de pudeur face à l’obscénité de la mort. À coup de commémorations, le Centenaire les a remis au champ d’honneur pendant quatre années, et 2018  va célébrer en novembre l’Armistice. La mairie du premier arrondissement de Paris a eu la belle et bonne idée d’accueillir cinquante des autoportraits de Raphaël Rémiatte, qui, sous la capote et le casque, ressuscite un de ces soldats inconnus envoyés au casse-pipe par les généraux, encouragés par les marchands de canons, remerciés aux listes des monuments. Émouvant et poétique, absurde et tragique.

INFORMATIONS PRATIQUES

mer19sep(sep 19)10 h 00 minsam06oct(oct 6)19 h 30 minRaphaël Rémiatte : Dans la peau d'un PoiluAutoportraitMairie du 1er arrondissement, 4 Place du Louvre 75001 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

X
X