Temps de lecture : 1 minute et 30 secondes

Contenu hautement sexué et plutôt prometteur, puisqu’il s’agit du nu masculin peint ou photographié par des artistes contemporains femmes et, plus précisément, reconnues féministes. À la Stadtgalerie de Sarrebruck, l’enjeu de l’exposition montée par Andrea Jahn s’inscrit dans le schéma  payant de l’inversion de l’ordre convenu des choses, dont on sait qu’elle jouer sur un large spectre, de la philosophie à la drôlerie : le serviteur ordonne au maître, l’animal commande à l’espèce humaine, les enfants font la loi.

On pouvait craindre, dans cette démonstration qui rebrousse le poil de deux cent trente siècles d’Histoire de l’art, la revanche ou pire, le pastiche. On découvre au contraire une facture qui affirme un style sans revendication de genre, une démarche esthétique qui ne se censure pas plus que celle des hommes, comme « L’Origine de la Guerre » d’ORLAN en donne dès l’entrée la démonstration glorieuse. De l’élégant portrait de Thomas Hanmer par l’Américaine Kathleen Gilje à l' »Actaeon at Home » de la Canadienne Jans Sterbak, la figure masculine dispose toujours de sa stature prétendue dominante, et les éphèbes photographiés par la Française Aude du Pasquier Grall partagent leur fraîcheur avec les mâles noirs de l’Allemande Herlinde Koelbl, proche cousins des modèles de Robert Mapplethorpe – dont elle expose un beau portrait de 1983. Un peu plus loin, aux années 1993-1995, Djamel, Sayed et Léo travesti posent en pied dans leur beauté toute simple pour l’Allemande Anke Doberauer, à l’écart des éteintes hétérosexuelles peintes par l’Américaine Joan Semmel ou photographiées par sa compatriote Susan Silas dans sa série « Love in the Ruins ». Au bout du compte, l’exposition de Sarrebruck dont la scénographie s’inspire par endroits d’une ambiance de clinique, peut prétendre, à son échelle de galerie municipale, ajouter un chapitre pertinent à l’exposition « Naked Men » du Leopold Museum de Vienne en 2012 ou à l’incantation « Masculin/Masculin » du musée d’Orsay à Paris en 2013, sans nécessairement faire de l’orientation des artistes une question d’appartenance.

INFORMATIONS PRATIQUE
IN THE CUT
Der Männliche Körper in der feministischen Kunst
Le corps masculin dans l’art féministe
Avec les œuvres de : Louise Bourgeois, Sophie Calle,  Anke Doberauer, Tracey Emin, Alicia Framis, Kathleen Gilje, Eunice Golden, Mwangi Hutter, Anna Jermolaeva, Herlinde Koelbl, ORLAN, Aude du Pasquier Grall, Julika Rudelius, Carolee Schneemann, Joan Semmel, Susan Silas, Jana Sterbak, Betty Tompkins, Paula Winkler. jusqu’au 13 janvier 2019
Stadtgalerie
Sankt-Johanner Markt, 24
Sarrebruck Allemagne
http://www.stadtgalerie.de

Livre-catalogue
IN THE CUT
textes allemand-anglais de Andrea Jahn, Amelia Jones, Richard Meyer, et Rachel Middleman
Editions Kerber
240 pages 24x30cm, broché
Parution novembre 2018
40€
https://www.kerberverlag.com/en/

X
X