EvénementsL'ActuPhoto

Patrick Brown, Crime contre l’animalité à la Galerie Fait & Cause

Temps de lecture estimé : 2mins

Il était en effet temps de mettre sur le même pied l’homme et l’animal, comme co-résidents d’une planète dont on annonce d’ailleurs la fin pour bientôt. Pour tout le monde. Remarquons au passage que les deux termes “humanité” et “animalité” ont longtemps sinon toujours reçu un traitement différent de la part de l’unanimité des dictionnaires, le premier désignant la caste prioritaire du satellite privilégié du Soleil, le second révélant des tendances néfastes, vulgaires, brutales, sales, j’allais dire “animales” affichées par les mêmes humains.

Le vingt-et-unième siècle serait-il celui d’une prise de conscience tardive mais notable, avec les dénonciations de la maltraitance dans les abattoirs, les cirques et les zoos, avec l’émergence d’un courant antispéciste, cousin proche de l’antiracisme ?

Les bêtes crient sans se plaindre, elles se débattent sans se défendre, elles ont plus que les hommes besoin d’avocats. Il y a eu d’abord la SPA, contestée, Brigitte Bardot, moquée sur le même argument qu’avant de penser aux animaux, il faudrait faire cas de la souffrance universelle des hommes, des femmes et de leurs enfants. Bravant la polémique qui rejetterait toute action en faveur de la cause animale, des associations activistes, efficaces et intrusives comme l’américaine Peta, ou l’européenne L214, ont lancé leurs alertes, levé des fonds et multiplié les actions.

Patrick Brown, photographe australien établi en Thaïlande chronique depuis plusieurs années les continents asiatique et africain sur des sujets aussi différents que le culturisme dans les prisons, la tragédie de l’exode de Rohingyas birmans, les conditions sanitaires désastreuses au Malawi. Trading to Extinction, son travail sur le traitement infligé aux espèces animales en Asie sur les modes variés de l’abus touristique, du trafic de spécimens vivants ou d’une partie cotée de leur corps, et a fait l’objet d’un livre publié en 2014 avec Ben Davies chez l’éditeur anglais Dewi Lewis. Les photographies sont exposées en ce moment à la galerie Fait & Cause, dont on connaît l’engagement pour les cas jamais désespérées de notre actualité.

INFORMATIONS PRATIQUES

mer20mar(mar 20)13 h 30 minsam27avr(avr 27)18 h 30 minTrading to Extinction, Crime contre l'animalitéPatrick BrownGalerie FAIT & CAUSE, 58 rue Quincampoix 75004 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

Hervé Le Goff
Venu à l'enseignement et au journalisme après des études d'architecture et de cinéma, Hervé Le Goff a enseigné à L'Institut Français de Photographie, à l'Université Paris-Descartes, à l’Ecole Efet, à l'École nationale supérieure Louis-Lumière, à l'Université de l'Océan Indien de Saint-Denis de La Réunion ; il a écrit pour plusieurs revues et magazines, notamment l'Officiel de la photo et du cinéma, Le Photographe, Photo Journal, Zoom, Vogue Hommes International, Photographie, Photo Reporter, L'Événement du jeudi, Les Inrockuptibles, Télérama, Images magazine. Il collabore actuellement à l’encyclopédie Universalis et publie dans les pages événement-culture du magazine Chasseur d'Images.

    You may also like

    En voir plus dans Evénements