Temps de lecture : 1 minute et 0 secondes

Le livre est fort, dense, sombre, comme ces images de la période 1978-1994, qui voit Franco Zecchin s’impliquer en journaliste et en photojournaliste dans un quart de siècle de l’histoire la Sicile. Chronique plus que reportage, le travail du photographe s’insinue entre une société civile marquée par une longue suite de dominations étrangères, européennes ou arabe et une société occulte qui, au présent, la commande, la rançonne, et tue les siens.

Dans le noir et blanc qui seul pouvait convenir à cette atmosphère solaire et funèbre, Zecchin saisit les silhouettes et les allures comme un artiste le ferait à coup de fusain, saisissant l’essentiel et le tragique. Les meurtres dont les photographies douloureuses et crues jalonnent les pages les rendent sourdes à la fibre folklorique et les ferment à toute idée de tourisme. Corps abattus dans leurs flaques ou fleuves de sang, jeunes hommes couchés les yeux ouverts sur leur vélo-moteur ou pleurés sous le drap jeté par des femmes perpétuellement vêtues de noir, gros-plans d’élégants caïds, Zecchin construit une fresque où sur fond de palais, d’églises et de taudis se mêlent la misère et l’argent, la ferveur religieuse, la fatalité des vengeances et le poids immanent du crime, où la pompe des funérailles répond à l’angoisse des hôpitaux psychiatriques. Précédant le silence de cette somme d’images, le long texte du photographe éclaire sa démarche militante de témoin au côtés de sa consœur Letizia Battaglia et dans le sillage d’un grand aîné nommé Josef Koudelka.

INFORMATIONS PRATIQUES
Continent Sicile
Franco Zecchin
Editions Contrejour
126 pages, 31×25 cm
Sortie en septembre 2019
ISBN : 9791090294363
35€

A LIRE :
Naissance de Pi•nk, agence succédant à Picture Tank

X
X