Octobre, 2018

mer17oct(oct 17)11 h 00 min2019dim27jan(jan 27)18 h 00 minUn acte d’une violence indicibleMatthias BruggmannMusée de l’Elysée, 18, avenue de l’Elysée CH – 1014, LausanneType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

Matthias Bruggmann est le lauréat de la deuxième édition du Prix Elysée, avec le soutien de Parmigiani Fleurier, pour son projet sur la Syrie. Souhaitant « susciter, chez un public occidental, une compréhension viscérale de la violence intangible qui sous-tend tout conflit », il fait le pari de ne rien voiler de ses images, explicites et brutales. Réalisées sur le terrain, elles enjoignent le spectateur de ralentir et prendre la mesure d’une guerre – certes géographiquement lointaine, mais rendue omniprésente par les médias.

Avertissement : le contenu de l’exposition est susceptible de heurter la sensibilité d’un public jeune ou non averti.

Matthias Bruggmann (Suisse, né en 1978 à Aix-en-Provence, France) est le lauréat de la deuxième édition du Prix Elysée pour son projet intitulé A haunted world where it never shows. Partant du cadre choisi pour son œuvre précédente sur les conflits contemporains, il a proposé de poursuivre un projet photographique de longue haleine, débuté en 2012, sur le conflit en Syrie. En respectant les nombreuses contraintes propres au photojournalisme, son travail a pour but de remettre en cause nos suppositions morales et de susciter une meilleure compréhension de la violence qui sous-tend ce conflit.

« D’un point de vue formel, mon précédent travail amenait le public dans une situation où il devait décider de la nature de l’œuvre même. Ce mécanisme pourrait ressembler, bien qu’on puisse le contester scientifiquement, à ce qui se produit en physique quantique lorsque l’observation change la nature de ce qui est observé. Mon travail sur la Syrie s’inspire de ce présupposé. D’un point de vue documentaire, il s’agit, à ma connaissance et jusqu’à présent, de la seule œuvre de ce type réalisée à l’intérieur même de la Syrie par un seul photographe occidental, et ce en grande partie grâce à l’aide et aux travaux dévoués de certains des meilleurs experts indépendants sur le conflit. En raison de la nature de ce conflit, j’estime qu’il est nécessaire d’étendre le périmètre géographique de ce travail. Il s’agit là essentiellement d’une tentative de créer un sentiment d’ambiguïté morale. Sa conception vise à mettre le public mal à l’aise en remettant en cause ses propres suppositions morales, et ainsi à essayer de susciter, chez un public occidental, une compréhension viscérale de la violence intangible qui sous-tend tout conflit. L’un des moyens utilisés consiste à pervertir les codes normalement employés dans la photographie documentaire pour accroître l’identification avec le sujet. Tout en se conformant parfaitement aux normes homologuées du documentaire, une partie du travail est destinée à amoindrir la confiance du public en ma propre fiabilité en tant que témoin et à forcer une réflexion plus poussée sur la nature de ce qui lui est présenté. »

Le Musée de l’Elysée et Parmigiani Fleurier ont salué son travail lors de la Nuit des images en juin 2017. Il avait été désigné par un jury international réuni au printemps 2017. Avec une dotation de 80’000 CHF, attribuée pour moitié à la production de son projet et pour moitié à la publication d’un livre, il est accompagné pendant un an par un conservateur du musée. L’exposition proposée regroupera le travail effectué durant cette période.

Commissaire

Lydia Dorner, Conservatrice assistante, département des expositions, Musée de l’Elysée

Dates

Octobre 17 (Mercredi) 11 h 00 min - Janvier 27 (Dimanche) 18 h 00 min

Lieu

Musée de l’Elysée

18, avenue de l’Elysée CH – 1014, Lausanne

Musée de l’Elysée18, avenue de l’Elysée CH – 1014, LausanneDu mardi au dimanche de 11h à 18h. Entrée libre le premier samedi du mois. Nocturnes jusqu'à 20h chaque dernier jeudi du mois. Tarifs : Plein tarif 8 CHF / Retraités 6 CHF / Réduit 4 CHF.

X
X