Septembre, 2018

sam22sep(sep 22)12 h 00 minven26oct(oct 26)18 h 00 minChimie lumineuseSilvi SimonGalerie SIT DOWN, 4, rue Sainte Anastase 75003 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

Les champs de l’expérience et de l’innocence

L’artiste développe depuis le milieu des années 90 une oeuvre inscrite dans la mouvance du cinéma élargi. Elle s’intéresse en particulier au chimigramme, procédé de création alliant peinture et photographie. Elle a rencontré son inventeur, Pierre Cordier, à Bruxelles où il enseigna et où elle étudia.
Dans son essai magistral, « La chimie lumineuse de Silvi Simon », Dominique Païni invoque plusieurs aïeux potentiels de ses chimigrammes, dont les Oxydation paintings d’Andy Warhol, procédant après Duchamp et Yves Klein, d’une délégation expérimentale du geste.
Autre point commun : lorsque Warhol choisit la sérigraphie, d’autres techniques plus industrielles, permettant de réaliser des images plus nombreuses et semblables, sont déjà disponibles dans l’imprimerie. Le recours à la pellicule par Silvi Simon relève d’une préférence analogue pour un procédé artisanal, à la fois moderne et déjà précieux, plus que désuet, conservant une certaine magie, celle d’un monde encore enchanté par la présence quotidienne du vivant et les promesses lumineuses du progrès.
“ Mes images cinématographiques témoignent d’un attachement à la nature, aux formes et aux éléments premiers. J’ai observé et saisi avec ma caméra photosensible les mouvements des parties de corps humains (…) ou bien les effets de la lumière sur l’eau, la fumée, le feu, les oiseaux, le vent, l’orage, (…) avec toujours une attention à ce qui peut relever d’une ontologie
cinématographique ou photographique“
Silvi Simon

A l’heure où la recherche scientifique est engagée dans un processus d’abstraction extrême, où l’expérience, même si elle reste une étape, est largement simulée par la modélisation numérique, les expérimentations chimiques réalisées par Silvi Simon renouent avec les sensations inaugurales des premières fois. A la différence de la science, la recherche de l’artiste ne vise pas un but prédéfini.
On parle pourtant et de plus en plus de « recherche en art ». L’expression prend tout son sens à la lumière des pratiques de Silvi Simon. Ce travail singulier dans le paysage de l’art contemporain montre une maîtrise certaine d’un médium insaisissable, tout en révélant son agilité ludique, sa réactivité, comme sa propension à la sérendipité, ce joli courant d’air dans la maîtrise, provoqué par la matière elle-même.

“Les hommes marchent par des chemins divers. Qui les suit et les compare verra naître d’étranges figures ; figures qui semblent appartenir à cette grande écriture chiffrée qu’on rencontre partout : sur les ailes, sur la coque des oeufs, dans les nuages, dans la neige, dans les cristaux, dans les formes des rocs, sur les eaux congelées, à l’intérieur et à l’extérieur des
montagnes, des plantes, des animaux, des hommes, dans les clartés du ciel,(…). “
Novalis Bernard Goy – Inspecteur conseiller pour les arts plastiques
Drac Grand Est – Site de Strasbourg

Dates

Septembre 22 (Samedi) 12 h 00 min - Octobre 26 (Vendredi) 18 h 00 min

Lieu

Galerie SIT DOWN

4, rue Sainte Anastase 75003 Paris

Galerie SIT DOWN4, rue Sainte Anastase 75003 ParisGalerie ouverte sur rendez-vous uniquement par téléphone au 01 42 78 08 07 ou info@sitdown.fr

X
X