Octobre, 2018

ven12oct(oct 12)10 h 00 minsam24nov(nov 24)19 h 00 minLe dernier TsaatanRémi ChapeaublancH Gallery, 90, rue de la Folie-Méricourt 75011 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

Les artistes parfois s’engagent et les galeries avec eux mais, au risque de provoquer une polémique, une nécessité absolue demeure : que cet art soit beau et fort d’un point de vue esthétique. Nous travaillons dans le monde des arts visuels et l’un ne va pas sans l’autre.

Le travail de Rémi Chapeaublanc est justement tout cela. Avec sa série de photographies, Le Dernier Tsaatan, une série encore inédite, il sait faire preuve d’un engagement total puisqu’au cours des dernières années, il a passé des mois à découvrir un peuple de Mongolie qui est en train de disparaître. Il est allé vivre avec eux dans des conditions très spartiates, apprendre leurs coutumes et leur langue, comprendre leur situation : les territoires sur lesquels ils vivent depuis des siècles viennent d’être décrétés « Parc nationaux », ce qui signifie que plus rien n’y peut être ni cueilli ni chassé. Ce peuple nomade, qui vivait justement de la cueillette et de la chasse, est donc condamné à changer son mode de vie, à partir en exode vers des villes inconnues dans lesquelles il n’a jamais vécu auparavant, à se laisser disperser et diluer dans une culture qui ne reconnaître jamais ni la sienne ni son unicité. Une fois de plus, une précieuse bibliothèque non écrite de l’histoire humaine disparait dans l’indifférence et l’incompréhension la plus totale : sans bruit mais non sans tragédie.

Avec cette série, Remi Chapeaublanc allie la capacité à défendre une cause à des images inédites extrêmement fortes, touchantes et belles qui vont bien au-delà du reportage. Ses portraits des Tsaatan, sur des fonds aussi blancs que la neige dans laquelle ils vivent, ôtent tout côté anecdotique et laissent les rides et les expressions parler d’elles-mêmes. Pareillement, le mélange des vêtements traditionnels et contemporains assied cette série dans la réalité, loin de toute idéalisation et de toute naïveté. La puissance des natures mortes de l’artiste est indéniable, tant dans ses compositions que dans la délicatesse des lumières ou des jeux de textures. Elles portent également des informations cruciales qu’il immortalise avant leur disparition : ces objets sont faits pour être transportés et accrochés partout, pour suivre les troupeaux de rennes et s’accorder au rythme vie imposé par le nomadisme.

Chacun des voyages de Chapeaublanc est également un voyage intérieur qui remue nos consciences et nous ouvre à de nouveaux mondes. La première série que Rémi Chapeaublanc avait réalisée en Mongolie, Gods and Beasts, en 2011, avec un autre peuple, a été acclamée par la critique autant que par les collectionneurs. Le Dernier Tsaatan mérite la même reconnaissance, d’autant plus qu’elle est à la fois, par ses images magistrales, le premier et le dernier témoin d’un monde voué à l’oubli.
Après une carrière d’ingénieur, Rémi Chapeaublanc décide en 2009 de changer de vie et de devenir photographe. Lors d’un voyage aussi téméraire qu’authentique, aussi intérieur que cathartique, il traverse la Mongolie à moto et sa première série Gods and Beasts accède immédiatement à la célébrité. Son art est engagé, son style épuré est qualifié de graphique et de chirurgical mais il conserve toujours une poésie indéfinissable qui parle aux profondeurs de l’âme humaine.

Dates

Octobre 12 (Vendredi) 10 h 00 min - Novembre 24 (Samedi) 19 h 00 min

Lieu

H Gallery

90, rue de la Folie-Méricourt 75011 Paris

H Gallery90, rue de la Folie-Méricourt 75011 ParisOuvert du mardi au samedi de 14h à 19h

X
X