Juin, 2018

mer27jui(jui 27)11 h 00 mindim23sep(sep 23)19 h 00 minUn dictateur en imagesPhotographies de Heinrich HoffmannPavillon Populaire // Espace d'art photographique de la Ville de Montpellier, Esplanade Charles de Gaulle, 34000 MontpellierType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

Heinrich Hoffmann (1885-1957) est un photographe allemand dont la carrière s’est déroulée essentiellement sous le IIIe Reich. Il fit parti du cercle très réduit des familiers du Führer. Mais comment cet homme, qui n’a occupé aucun poste officiel, a-t-il pu jouer à travers son activité de photographe un rôle de premier plan dans la propagande du régime nazi ? C’est
tout l’enjeu de l’exposition, Un dictateur en images. Photographies de Heinrich Hoffmann, présentée au Pavillon Populaire, à laquelle le Mémorial de la Shoah a apporté son soutien, que de démontrer en quoi les photographies de Hoffmann et ses mises en scène de Hitler ont été des outils essentiels de l’idéologie nazie.

Dans le contexte bien particulier de l’Allemagne de 1922 à 1945, l’image du Führer n’est jamais une représentation du monde réel mais une présentation codifiée de celui-ci. Car quelle que soit la place que l’on donne, dans l’histoire, au personnage d’Adolf Hitler, son image est au centre du régime nazi. Et ces traits délibérément « statufiés », ce sont les photographies de Heinrich Hoffmann qui les ont figés dès les premières années du parcours politique de celui qui n’était alors qu’un tribun de brasseries et qui allait incarner, « sous les yeux de la Déesse Histoire », le destin de l’Allemagne.

Examiner ce corpus bien particulier nous contraint à une certaine neutralité, mais est-ce possible face à une figure historique qui incarne le mal absolu ? Cela dit, c’est l’ennui qui est ici le danger principal. L’ennui face à ces milliers d’images de facture plutôt médiocre de défilés, de réceptions, de foules, de remises de décorations ou de réunions d’État-major. Ennui qui masque l’essentiel qui, lui, n’est ni représenté ni représentable, et que Hoffmann se garde bien de photographier.
C’est pourtant bien ces images qu’il faut analyser attentivement. Celles qui ont fait d’un bohème raté, d’un déclassé qui mène à Vienne avant la Première Guerre mondiale une existence obscure et famélique, l’homme qui décide en 1933 de la politique mondiale et devient l’objet de la fascination de tout un peuple.

Hoffmann se veut en quelque sorte transparent par rapport à « l’objet » qu’il photographie, il n’est, dit-il, qu’« un outil » entre les mains du tribun. Ultérieurement, ce sera, bien sûr, une stratégie pour s’exonérer de toute responsabilité, mais cela ne doit pas masquer le fait que le maître d’oeuvre n’est pas le photographe mais plutôt le photographié.

Les photographies d’Heinrich Hoffmann ne relèvent donc pas d’une recherche esthétique.
Les images sont sans style, d’une banale médiocrité. Leur finalité n’est pas esthétique, elles visent à obtenir l’adhésion du « peuple » par un matraquage massif et continu, dans le cadre d’une propagande qui « doit devenir une foi, afin que l’on ne distingue plus ce qui est du ressort de l’imagination et ce qui est la réalité ».

Dates

Juin 27 (Mercredi) 11 h 00 min - Septembre 23 (Dimanche) 19 h 00 min

Lieu

Pavillon Populaire // Espace d'art photographique de la Ville de Montpellier

Esplanade Charles de Gaulle, 34000 Montpellier

Pavillon Populaire // Espace d'art photographique de la Ville de MontpellierEsplanade Charles de Gaulle, 34000 MontpellierOuvert tous les jours sauf le lundi de 10h à 13h et de 14h à 18h

X
X