Avril, 2019

ven12avr(avr 12)10 h 00 mindim02jui(jui 2)19 h 00 minPortraits et PaysagesJean LarivièreGalerie Pièce Unique, 4 rue Jacques Callot 75006 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

Né en 1940. Vit et travaille à Paris.
A la suite de ses études en 1963, à l’école des Beaux-Arts d’Angers, Jean Larivière commence un travail de recherches sur le mouvement, l’espace et le temps qui le conduit au bout de dix ans à la réalisation d’images cinématiques « Jamais toujours ». Constitué de séquences de photogrammes et de photographies retravaillées au trait, superposées à l’infini par un subtil jeu de calques et refilmées au cinémascope couleur, le film aux accents surréalistes impressionne Matta et révèle le vocabulaire formel qu’il développera par la suite dans ses photographies. Après de nombreuses rencontres dont les plus marquantes restent celles de Chris Marker, Salvador Dali, Roger Vadim ou encore Barney Wilen, il se tourne vers la photographie publicitaire imposant sa technique, son registre formel et iconographique.
En 1978, la Maison Louis Vuitton l’invite à la réalisation d’un catalogue dont les prises de vues le conduisent de la Guadeloupe au Rajasthan en passant par New York et Montréal. Ces photographies marquent le début d’une longue collaboration avec la marque s’inscrivant au-delà de la commande publicitaire.

« Un peu à cause de son éléphant fétiche – en peluche – et beaucoup à cause de ses photographies, j’ai du mal à imaginer Jean Larivière autrement que comme un grand enfant et comme un magicien.
Enfant, je suis persuadé qu’il a voulu le rester, préservant ainsi des visions et un imaginaire que sa condition – officielle – de « photographe appliqué » aurait bien souvent pu mettre en cause pour le faire rentrer dans le moule de la réclame, fût- elle de luxe et du plus grand chic.
Magicien, il l’est devenu, en peaufinant des « trucs », des savoir-faire dont le moins important n’est pas sa connaissance de la lumière et la finesse de traitement qu’il lui consacre. Je suis, à chaque fois captivé, au sens étymologique du terme, par ses lumières, sa capacité à passer des vibrations des gris aux contrastes, des contre- jours aux dégradés, voire à les faire coexister sur une même image, et ce jusqu’au moindre détail des tirages définitifs.
Du portrait à la mode, de la mise en scène au paysage, de la chronique de voyage à la nature morte, il se moque des genres, les transcende pour nous asséner, avec son évidente douceur, des images qui n’auraient pu exister telles qu’elles sont s’il ne s’agissait pas de photographie.
Le Larivière qui a durant vingt ans proposé une imagerie de rêve pour Louis Vuitton, est également un artiste qui a dialogué avec l’abstraction, qui s’est posé de façon très sérieuse -entre autres autour du portrait- la question de la figuration, qui a exploré les possibilités de la narration, qui a décidé un jour, de façon toujours très sérieuse, de s’inscrire dans une histoire du classicisme photographique en restant à l’écoute des mouvements, recherches, plastiques et graphiques de son temps. »
Christian Caujolle,
Extrait du catalogue de l’exposition de Jean Larivière au Musée des Arts Décoratifs de Paris en 2006

Dates

Avril 12 (Vendredi) 10 h 00 min - Juin 2 (Dimanche) 19 h 00 min

Lieu

Galerie Pièce Unique

4 rue Jacques Callot 75006 Paris

Galerie Pièce Unique4 rue Jacques Callot 75006 Paris

X
X