Septembre, 2018

jeu20sep(sep 20)14 h 00 minsam24nov(nov 24)19 h 00 minYumiko Izu et Kenro Izuin camera galerie, 21, rue Las Cases 75007 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

in camera présente en partenariat avec Howard Greenberg Gallery un ensemble de photographies de Yumiko et Kenro Izu.

En une quinzaine de tirages au platine-palladium, Yumiko et Kenro Izu, tous deux nés à Osaka (Japon), traduisent l’impermanence du monde en un face-à-face troublant de fleurs, de nus, de fruits et de nid d’oiseaux.

Même s’ils vivent ensemble à Rhinebeck, au Nord de l’État de New York, Yumiko et Kenro Izu ont en tête leur pays natal, le Japon. Cette mémoire est à l’oeuvre dans leurs travaux, d’une précision exigeante, comme s’ils voulaient partager utilement les ultimes secrets d’un monde dont ils connaissent l’impermanence. D’où leur attachement à ces natures mortes auxquelles ils redonnent vie par la photographie, fleurs, fruits, nid d’oiseaux et crânes d’animaux observés de près, presque au microscope.

C’était d’ailleurs l’un des rêves de Kenro Izu (né en 1949 à Osaka), être médecin, et l’on se souvient de sa sollicitude, y compris pour les pierres millénaires, lors de son exposition à la galerie, en 2012, avec sa série Sacred Places.
Aujourd’hui, toujours soucieux de « trouver la beauté dans chaque moment, chaque étape de la vie », il expose ses fleurs, arums, tournesols ou tulipes, quelques fruits cézanniens, ou des nus très sages. Pas de place pour le hasard ou l’improvisation, la composition est très ordonnée. Tout correspond à son désir, exactement. Il a une telle autorité sur son sujet que rien ne peut bouger sans son consentement, même la poire a l’air de lui obéir au doigt et à l’oeil. Et ne parlons pas des fleurs ou des nus qui paraissent s’étirer ou se blottir sur commande, comme subjuguées par la voix du photographe. On sent qu’il les rassure, on entend même leur respiration, et le souffle du vent. Il y a une sensation de ravissement, littéralement, comme s’il avait voulu traverser le temps, tout oublier, ne plus revenir. Et puis le revoici, tout à coup sûr de lui, et recueilli, comme libéré du passé.

Dates

Septembre 20 (Jeudi) 14 h 00 min - Novembre 24 (Samedi) 19 h 00 min

Lieu

in camera galerie

21, rue Las Cases 75007 Paris

in camera galerie21, rue Las Cases 75007 ParisOuvert du mardi au samedi de 14h à 19h

X
X