Mars, 2021

jeu11mar(mar 11)14 h 30 minsam12jui(jui 12)19 h 00 minAmericaFisheye Gallery, 2, rue de l’Hôpital-Saint-Louis 75010 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

America est une exposition retrouvée sur les Etats-Unis des années 70.

Certains négatifs n’ont été développés pour la première fois que dans la fin des années 90, et pour d’autres uniquement l’année dernière.

La Fisheye Gallery invite à se plonger dans les images d’un jeune passionné qui deviendra le photographe que l’on connaît.

Encore aujourd’hui, Alain Keler est le seul français, avec Gilles Peress, à être honoré du prestigieux Prix Eugene Smith, la plus importante reconnaissance de photojournalisme au monde.

Et, pour la première fois, l’artiste signe une série limitée
de 30 tirages par œuvre, uniquement disponibles à la Fisheye Gallery.

En 1971, Alain Keler, 26 ans, arriva aux États-Unis, il vint par amour pour rejoindre une américaine qu’il a rencontré dans un précédent voyage en Asie.

Un billet sans retour pour New-York et un attaché-case de ces photos sous le bras, il y rencontra John G. Morris légendaire directeur de la photographie du New-York Times, pour qui le travail du photographe « is not very exciting » mais qui l’invita à rester en contact.

26 ans plus tard, c’est le même homme qui l’appellera pour lui dire qu’il est le lauréat du Prix Eugene Smith – le plus prestigieux prix remis à un photojournaliste et toujours le seul français, avec Gilles Peress en 1984, à en être titulaire.

Le fils de John G. Moris, Oliver, l’introduit à la Soho Photo Gallery, une galerie collaborative dont Alain Keler s’occupera et où il achètera son premier Leica M3 grâce à une myriade de jobs dégottés par l’employement agency tenue par Stanley sur West Broadway.

L’appareil d’Alain Keler photographie sur son temps libre la ville à hauteur de foules, dans les rues de New-York ou de Washington lors de la seconde investiture de Richard Nixon, entre protestation et célébration. Son regard s’aiguise sur la ville américaine avant de rentrer en France et de rejoindre l’agence Sigma.

Alain Keler est membre de l’Agence M.Y.O.P. depuis 2008. Il a auparavant travaillé pour les agences Sygma et Gamma, et a été co-fondateur d’Odyssey Pictures en 1989.

Il a réalisé des reportages sur des conflits depuis les années 1980, au Liban, en Tchétchénie, en Israël, en Palestine, sur la révolution en Iran, sur la guerre civile au Salvador, … . Il a également travaillé sur la discrimination des Tsiganes en Europe. Ce dernier travail a donné lieu à une bande dessinée créée par Emmanuel Guibert et Frédéric Lemercier : Des Nouvelles d’Alain (2011).

Il a réalisé deux documentaires : Le dernier voyage (2014), qui raconte l’histoire du convoi numéro 66 vers Auschwitz de sa mère ; et Parias, les Roms en Europe (2011).

En 2015, il a publié, 1982, tiré de son blog qui est disponible à l’adresse
http://alain-keler.tumblr.com

En 2018, sa première monographie, Journal d’un Photographe, est publiée aux Éditions de Juillet.

Il a reçu le prix Paris Match du photojournalisme (1986) pour son reportage « L’Éthiopie sous la pluie », et le World Press Photo dans la catégorie nature.
En 1997, il a remporté le prix W. Eugene Smith pour son travail sur les minorités dans l’ancien bloc communiste.
Un livre issu de ce travail, « Eastern Winds », a été publié par Marval en 2000. En 2004, il a été lauréat de l’Association 3P à Paris pour son projet Le pays de la terre qui brûle, sur la complexité du conflit israélo-palestinien.

Dates

Mars 11 (Jeudi) 14 h 30 min - Juin 12 (Samedi) 19 h 00 min

Fisheye Gallery2, rue de l’Hôpital-Saint-Louis 75010 ParisOuvert du Jeudi au Samedi 14h - 19h et le Dimanche 11h - 16h. Le matin sur rendez-vous.