Octobre, 2019

ven18oct(oct 18)14 h 00 minsam02nov(nov 2)20 h 00 minCalaverasPhotographies et vanités de Patrick BardEspace des fabriques, 70, rue Jean-Pierre Timbaud, 75011 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

Une exposition en hommage à l’âme mexicaine, incarnée dans des retrouvailles joyeuses entre les vivants et les morts à l’occasion de la fête des morts, « El dia de los muertos ».

Si la mort a un passeport, c’est, forcément, un passeport mexicain

La Calavera, la tête de mort, héritage pré-hispanique autant que syncrétisme contemporain, incarne presque à elle seule l’identité mexicaine, tout comme la Fête des morts où se confondent vivants et défunts rassemblés autour de la Camarde en une célébration joyeuse, en vérité la plus festive de l’année. Une fête qui se décline en autels débordants de fleurs, de nourriture, en cimetières enluminés, emplis de familles joyeuses et de musiciens, en défilés de fanfares et de foules accoutrées en cadavres arpentant le bitume avec bonhommie. Le prix Nobel de littérature Octavio Paz écrivait : « L’indifférence du Mexicain devant la mort se nourrit de son indifférence devant la vie. Ses chansons, ses fêtes, la sagesse populaire montrent sans équivoque que la mort ne l’effraie pas parce que la vie semble l’avoir guéri de la peur. Si, en Europe et plus encore aux Etats-Unis, on évite de prononcer le mot « mort » tant il brûle les lèvres, le Mexicain, au contraire, la fréquente, la raille, la caresse, dort avec elle, la fête. C’est l’un de ses amusements favoris et son amour le plus fidèle. Certes, dans cette attitude, il y a peut-être autant de crainte qu’en ressentent les autres hommes ; mais au moins le Mexicain ne se cache-t-il pas d’elle, ni ne la cache ; il la contemple face à face avec impatience, dédain ou ironie » . Au Mexique, la mort n’est pas seulement une vieille compagne des vainqueurs comme des vaincus, des colons comme des colonisés. Elle est leur lot commun. Un partenaire de jeu dont on se moque, car chacun sait, au final, qu’elle aura le dernier mot. Patrick Bard

Patrick Bard, photographe et écrivain, est membre de Signatures depuis sa création en 2008. Ses oeuvres ont été exposées dans le monde entier.
Il a publié plus de 20 albums de photographies et parcourt les Amériques depuis plus de 25 ans. Ses essais photographiques sur la frontière américano-mexicaine et sur le fleuve Amazone sont ses travaux les plus connus. Il a récemment publié «Mon neveu Jeanne» (Loco, 2015), un récit trans-genre, et « Promenons-nous dans le bois » (Imogene, 2018), fruit d’une résidence d’une année dans la forêt. Ses nombreux romans pour adultes et jeunes adultes ont été récompensés en France comme à l’étranger. Patrick Bard est né en 1958.

Dates

Octobre 18 (Vendredi) 14 h 00 min - Novembre 2 (Samedi) 20 h 00 min

Lieu

Espace des fabriques

70, rue Jean-Pierre Timbaud, 75011 Paris

X
X