Novembre, 2019

mer06nov(nov 6)14 h 30 minven20déc(déc 20)19 h 00 minCorinne MercadierPolaroids et dessins Le salon H, 6/8 rue de Savoie, 75006 ParisType d'événement:Art Contemporain,Exposition,Photographie

Détail de l'événement

Le Salon H présente des oeuvres uniques de Corinne Mercadier, Polaroids SX70 originaux réalisés entre 1987 et 2002, et dessins sur papier à l’encre et au crayon de couleur de 2008 à 2014.
Corinne Mercadier a toujours dessiné, et passant à la photographie elle a continué d’une part pour construire ses séries à partir de 2005 sous forme de carnets de travail, d’autre part en rêvant des images le crayon à la main et ce sont ces dessins-là, de la série Black Screen Drawings qui accompagnent les Polaroids au Salon H.
Corinne Mercadier a surtout exposé des tirages de grand format réalisés à partir de Polaroids SX70. Cependant sa méthode de travail la menait à réaliser un certain nombre de Polaroids semblables au cours d’une même prise de vues. Ce sont certains d’entre eux que nous présentons.
Les Polaroids exposés sont issus de deux séries : Glasstypes et Une fois et pas plus.

Les Glasstypes sont des photographies d’objets peints sur verre par l’artiste, isolés sur un fond sombre. Ils sont entourés d’une aura lumineuse qui leur donne un aspect fantomatique.
Les plus anciens (1987) sont des variations à partir d’architectures peintes de Giotto, alors que les plus récents (1997-99) figurent des objets incertains autour du corps, vêtement, élément de mobilier ou d’architecture.
Un livre d’artiste, Dreaming Journal (1999), paru aux éditions Filigranes, accompagne ce travail. Il met en parallèle photographies issues des séries Glasstypes et Intérieurs et un texte de Corinne Mercadier. Dans ce texte les évènements au fil des jours se mêlent aux rêveries, au travail en train de se construire.

Série Une fois et pas plus (2000-2002)
Cette série fait suite aux Glasstypes. Elle passe de la photographie de peintures sur verre à la mise en scène dans l’espace réel : des volumes évoquant le vêtement réalisés par l’artiste sont en suspension dans un paysage. Des personnages sont parfois présents, et sont mis en relation avec un objet flottant, lancé pour la prise de vues.
Par la présence éphémère de l’objet en l’air, ces images évoquent le destin, ce qui arrive.
Elles mettent en jeu hasard, vitesse et mouvement.
La couleur, proche du noir et blanc, permet à l’objet volant de se fondre dans le décor.
Comme d’autres Polaroids de Corinne Mercadier depuis 1987, par exemple les séries Paysage et Où commence le ciel?, ils sont réalisés en rephotographiant des tirages argentiques. Il en résulte une mise à distance du réel qui entraîne vers un monde rêveur.

La fabrication de la pellicule Polaroid SX70 a pris fin en 2008, tous les Polaroids de cette exposition sont des pièces uniques vintage.
La présence d’images semblables témoigne de la méthode de travail de Corinne Mercadier et elles n’en sont pas moins uniques.

La série Black Screen Drawings (2008-2014, encre, crayons de couleurs et gouache sur papier, environ 18×15 cm), offre une entrée différente dans un univers qui a pris forme au travers de la photographie.
Alors que les dessins des carnets de travail, rapides et utiles, préparent les photographies mises en scène et permettent de concevoir les sculptures lancées, ceux de Black Screen Drawings s’élaborent à partir d’une rêverie.
D’un fond d’encre émergent des formes qui s’éclairent et se colorent peu à peu. Ce qui est commun à tous ces dessins, outre l’unité de format et de technique, est l’apparente cohérence des sources de lumière, des ombres et de la perspective.
Ces scènes sans réalité prennent l’aspect détaillé dont la mémoire ou l’observation auraient pu rendre compte. Les moirures du fond d’encre sont interprétées comme des territoires géographiques, et les formes construites sur ces territoires, proches de l’abstraction, sont hors d’un temps ou d’un espace mesurable.
Il ne s’agit pas de paysage, mais plutôt de lieu de spectacle en extérieur sans décor, ni costumes ni personnages. Un théâtre.
C’est la permanence d’une scène, imaginaire ou réelle, qui lie les dessins aux photographies de Corinne Mercadier où se produisent rêves et apparitions.

Commissariat de Béatrice Andrieux

Dates

Novembre 6 (Mercredi) 14 h 30 min - Décembre 20 (Vendredi) 19 h 00 min

Lieu

Le salon H

6/8 rue de Savoie, 75006 Paris

Le salon H6/8 rue de Savoie, 75006 ParisOuvert du mardi au samedi de 14h30 à 19h et tous les jours sur rendez-vous

X
X