Septembre, 2019

ven06sep(sep 6)14 h 00 minsam09nov(nov 9)19 h 00 minLa couleur visionnaireErnst HaasLes Douches la Galerie, 5, rue Legouvé 75010 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

Les Douches la Galerie a le plaisir de présenter sa deuxième exposition dédiée à l’œuvre singulière d’Ernst Haas. La couleur visionnaire rassemble près de quarante tirages, pour la plupart inédits, témoignant de l’intemporalité de son œuvre. Prises entre 1952 et 1981, les photographies présentées cultivent une ambiguïté proche de l’abstraction et sont traversées de reflets, de superpositions, de cadrages décentrés et d’effets de flou.

Si l’on en croit la plupart des histoires de la photographie, l’année 1976 marque l’entrée de la photographie couleur au musée. Pourtant, déjà au Museum of Modern Art de New York, 14 ans avant William Eggleston et Stephen Shore, Ernst Haas présentait une exposition explicitement sous-titrée Color Photography. Réunissant environ quatre-vingt images, elle était la première exposition monographique en couleur organisée par l’institution et une nouvelle consécration pour un photographe qui, né à Vienne en 1921, entré chez Magnum en 1949 et installé à New York en 1951, avait publié, en 1953, les premiers portfolios intégralement en couleur du magazine Life et participé à plusieurs expositions collectives du MoMA, dont The Family of Man (1955) et The Sense of Abstraction (1960). Pourtant, comment expliquer qu’Ernst Haas, Color Photography n’ait injustement pas fait date et que le photographe ait cédé la place, dans les livres d’histoire, à la génération suivante des William Eggleston, Stephen Shore et autre Joel Meyerowitz ?

L’exposition se tient à l’automne 1962. John Szarkowski vient de prendre la direction du département de photographie du MoMA et met en œuvre les dernières expositions prévues par son prédécesseur Edward Steichen. En 1963, Five Unrelated Photographers, la première dont Szarkowski aura l’initiative, donnera le ton et affirmera que la volonté d’art de la photographie est alors inséparable du noir et blanc. Telle n’était apparemment pas la question pour Steichen qui, lorsqu’il consacrait des expositions collectives à la couleur (Color Photography, 1950) ou à l’abstraction (Abstraction in Photography, 1951), ne se situait pas sur le terrain de l’art et, en photographe ayant lui-même tout pratiqué, mêlait les usages, qu’ils soient documentaires, scientifiques, créatifs ou expérimentaux, voire commerciaux. Ainsi, tout en faisant entrer la photographie couleur au musée, Steichen pouvait avoir conforté les hiérarchies établies entre le noir et blanc, perçu comme un outil créatif d’interprétation, et la couleur, dont le prétendu réalisme la cantonnait à une fonction de reproduction.
Il faudra attendre les expositions d’Eggleston et Shore pour que cette hiérarchie vole en éclat alors que l’œuvre en couleur de Haas montre qu’elle était d’emblée infondée. Entré en photographie avec un reportage noir et blanc sur la Vienne d’après-guerre, Haas se tourne très tôt vers la couleur pour répondre à une demande croissante des magazines mais aussi pour développer une approche plus subjective qui entend bien plus troubler le réel que le dupliquer.

Avec les gros plans et les cadrages décentrés, les effets de clair-obscur et de flou, les jeux de reflets et de superpositions, la couleur contribue à altérer la perception. Haas ne l’utilise jamais pour sa valeur descriptive. Au contraire, on pourra peut-être y déceler quelque évocation de la peinture de son temps. Les aplats colorés, plus ou moins vaporeux, peuvent faire penser au color field. Ce serait ne pas rendre justice à la photographie couleur et à sa capacité de déréalisation qui, différente d’une abstraction coupant toute relation au réel, instaure cette ambiguïté souvent irrésoluble que recherche Ernst Haas. Ainsi, l’étonnement suscité par Western Skies Motel, Colorado, USA (1978) doit-il tout à la finesse de l’usage de la couleur.

On ne saurait pourtant réduire l’œuvre en couleur d’Ernst Haas à une unique intention. Le corpus aujourd’hui présenté aux Douches la Galerie ne comprend volontairement que peu d’images canoniques, publiées ou exposées du vivant du photographe. L’une d’elles, 3rd Avenue, Reflection, New York City, USA (1952), figurait à juste titre dans Life en 1953 et au MoMA dans l’exposition de 1962. Mais cette dernière insistait aussi sur des images riches de flous de bougés qui deviendront la marque d’Ernst Haas. La présente exposition fait l’impasse sur ce gimmick au profit d’inspirations plus variées et renouvelées.

La variété est surtout affaire de lieux. Ernst Haas voyagea beaucoup pour des commandes et des reportages et ses photographies soulignent que les rues de Paris appellent d’autres images, comme cette scène de marché de 1954, que les rues de New York qui, portées par une énergie unique, ont fait de cette ville la capitale de la street photography.

Le renouvellement est, quant à lui, affaire de sujet. Les dates des prises de vue indiquent que Haas accorda une place croissante, notamment à partir des années 1970, au motif de l’image dans l’image. Ce sont, visibles dans l’exposition, un portrait de Marilyn Monroe ou une affiche montrant un couple s’embrassant. Bien sûr, le photographe s’intéresse aux interactions de ces images avec leur environnement – le reflet de la ville qui brouille l’image de la star, le grillage qui met en cage l’étreinte. Mais sans doute prend-il aussi acte de la présence croissante de l’image dans la vie quotidienne et, particulièrement, de l’image télévisuelle, gagnée elle aussi par la couleur, dont la concurrence contribue, en 1972, à la fermeture de Life qui n’a pu laissé son collaborateur indifférent.

De fait, dans les années 1970, Haas photographie de nombreux écrans de télévisions couleur. Il semble vouloir recenser les signes de l’Amérique contemporaine et de ses mythologies politiques, diplomatiques, scientifiques, sportives et culturelles, mais également sa face noire, incarnée par la figure de Charles Manson. Il semble aussi vouloir capter les nouvelles images dans leur matérialité technique. En effet, cette fois, Haas ne cherche pas d’effets de collage ou de montage. L’image télévisuelle est livrée brute.
Rien n’interfère avec elle d’autre que sa définition et ses couleurs dont l’approximation et l’irréalisme ne pouvaient que retenir son attention.

Étienne Hatt
Critique d’art

Dates

Septembre 6 (Vendredi) 14 h 00 min - Novembre 9 (Samedi) 19 h 00 min

Lieu

Les Douches la Galerie

5, rue Legouvé 75010 Paris

Les Douches la Galerie5, rue Legouvé 75010 ParisOuvert du mercredi au samedi de 14h à 19h ou sur rendez-vous

X
X