Mars, 2021

mer17mar(mar 17)12 h 00 minmer14avr(avr 14)19 h 00 minCutting EdgesThierry Cohen Galerie Esther Woerdehoff, 36 rue Falguière, 75015 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

Le travail photographique de Thierry Cohen interroge la relation de l’Homme à son environnement. Alors qu’il a sillonné la planète en nomade pour sa série photographique très remarquée Villes éteintes (Darkened Cities), le photographe est assigné à résidence entre le 17 mars et le 11 mai 2020, comme des milliards d’être humains.
Il ouvre les tiroirs de son atelier y retrouve alors une boîte contenant 19 pointes de flèches de la période néolithique, que des amis lui ont confiée un an auparavant. Ces pierres ont été façonnées par des hommes devenus sédentaires plus de 4000 ans avant notre ère, alors que des épidémies décimaient les premiers regroupements de populations : elles sont devenues des armes.
Ces pointes de flèches racontent ainsi un changement radical, celui de notre relation au vivant, les premiers temps de l’exploitation de la « Nature », l’amorce de sa destruction progressive.
Lors du confinement, alors que nos rapports aux autres et au monde n’existent plus qu’au travers des écrans connectés aux réseaux numériques, Thierry Cohen photographie ces pointes de flèches et commence un long travail de rapprochement et de nouage, trouvant des rapports entre ses images et des textes qu’il sélectionne au fil de ses lectures quotidiennes en mode digital. À chacune des 19 pointes de flèches photographiées, il associe ainsi un extrait d’article de presse ou de texte qui interrogent un mode de vie planétaire dominé par la consommation, ses effets toxiques sur le corps, l’apparition des zoonoses, mais aussi le pouvoir des états et de leurs représentants.
Ce qui surgit alors, c’est la trace d’un confinement particulier, le sien, en écho à un confinement quasi mondial, une inversion de nos vies d’avant, conséquence directe de la crise sanitaire engendrée par l’apparition de la Covid-19.
La beauté troublante qui émane de ces œuvres, le mystère de ces pierres et la présence spectrale de la main humaine, fait revenir notre passé, le confronte à l’état du monde contemporain et déclenche une réflexion sur un futur possible, désirable.

Né en 1963, Thierry Cohen est photographe depuis 1985 et a été l’un des premiers à s’intéresser aux technologies numériques appliquées à l’image fixe.
Portraitiste, il a travaillé pour les grandes majors du disque et pour la presse, photographiant des personnalités du monde des arts et du spectacle. Depuis 2006, il a choisi de se consacrer essentiellement à son travail personnel.
En 2008 avec la série Binary Kids, il interroge sur l’avenir des générations futures confrontées aux réseaux et technologies numériques, à la fois origines et conséquences de la croissance. De 2010 à 2019, entre mégapoles et déserts, il travaille à la réalisation de Villes éteintes pour donner à voir les étoiles dans les villes et sensibiliser le public à la problématique de la pollution lumineuse, conséquence de l’activité humaine. Carbon Catcher, nouvelle série en cours de réalisation depuis 2018, interroge la relation de l’Homme à son habitat et le rôle des forêts en tant que puits de carbone indispensables pour enrayer le réchauffement de notre planète. Au delà de la magie spectaculaire de ses images, Thierry Cohen utilise les possibilités de la photographie numérique pour interroger l’avenir des villes, la surconsommation énergétique de nos sociétés occidentales et la place de l’Homme dans son environnement.

Dates

Mars 17 (Mercredi) 12 h 00 min - Avril 14 (Mercredi) 19 h 00 min

Galerie Esther Woerdehoff36 rue Falguière, 75015 ParisOuvert du mercredi au samedi, de 12h à 19h