Mai, 2019

sam04mai(mai 4)15 h 00 minsam22jui(jui 22)19 h 00 minDevenirsNolwenn Brod Galerie Confluence, 45 rue de Richebourg 44000 NantesType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

Ainsi sont-ils

Les jeux sont faits. Dans des cadres de bois aux formats variables s’entrechoquent des fragments de vies ; des vies précises et timides et cachées : celles qui peuplent les zones oubliées d’un territoire épars, celles qui s’affirment derrière les murs épais d’une maison dans la Creuse, celles qui respirent dans des champs vert-tendre-blond-brulé qui bordent les villes.
Nolwenn Brod découpe consciencieusement ces vies, elle les articule dans ce qui s’offre non comme un panorama d’une France muette, mais comme la chair d’un corps déterminé, gorgé de récits, de désirs et de tout ce qui échappe aux bornes photographiques : ce moment, cette lumière, ce format.
Ils n’y a pas de limite aux corps, alors lorsque l’image les cadre ils disparaissent, n’abandonnant qu’une trace abstraite sur la surface photosensible. Ces corps d’hommes et de bêtes inscrivent des sillons sur des espaces blancs lissés, nous laissant la charge d’entendre le cri, de plaisir ou de colère, qui les soulève.
Nolwenn Brod retient ainsi le souffle qui gronde sous ce ventre tendu, les hennissements qui font frémir les poils drus de la jument, le rire de Diego qui exécute une figure, la goutte de lait du sein de Marie.
Ses images nous entraînent au-delà d’une photographie dite humaniste, comme celle de Dorothea Lange ou de Lewis W. Hine, qui regarde l’humanité oubliée. Il ne s’agit pas de donner la parole ici : l’image offre un cri muet, brut, dévorant. S’ouvrent alors tous les récits possibles.
Il n’y a plus d’enjeu qui tienne et pas de revendication devant ces vies offertes comme des perles rares entre roches et végétaux. À la manière de Lisette Model ou d’Emmet Gowin qui, dans les années 1970, contemplait tendrement l’évolution de sa famille sous son oeil photographique, Nolwenn Brod regarde se poser les corps dans l’espace ténu de son
viseur.
Les corps, chez elle, ne sont plus photographiés ils sont photographiques.
Emilie Houssa, Galerie Confluence, Nantes, 2019.

Dates

Mai 4 (Samedi) 15 h 00 min - Juin 22 (Samedi) 19 h 00 min

Lieu

Galerie Confluence

45 rue de Richebourg 44000 Nantes

Galerie Confluence45 rue de Richebourg 44000 NantesOuvert du mercredi au samedi, de 15H à 19H et sur RDV

X
X