Septembre, 2020

jeu24sep(sep 24)14 h 00 minsam31oct(oct 31)19 h 00 minNew York RhythmSid KaplanLes Douches la Galerie, 5, rue Legouvé 75010 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

SID KAPLAN : LE GOUT DE LA RUE NEW YORKAISE

Voir des images de Sid Kaplan est chose rare. Car ce photographe new-yorkais de 82 ans, qui tient encore studio et chambre noire dans l’East Village, a eu sa propre carrière escamotée par la légende encombrante de Mr Frank, comme il nomme celui dont il a produit, pendant trente-cinq ans, les tirages.

Robert Frank (1924-2019), auteur, en 1958, du livre culte « Les Américains » édité par le Français Robert Delpire, fut donc l’arbre qui cache la forêt. Et il eut beau déclarer : « Sid Kaplan est non seulement un excellent tireur, mais aussi un très grand photographe pas encore assez reconnu », rien n’y a fait. L’homme a dû attendre 2005 pour que des cimaises s’intéressent à l’œuvre de sa vie – quelques 96 000 images- leur offrant enfin exposition et reconnaissance.

Vous allez succomber au charme et à l’énergie de la fameuse rue américaine. Mais comment ? Qu’est ce qui guide le regard de Sid Kaplan lorsque, traînant dans un bar new yorkais, il tombe sur un fumeur que surplombent trois écrans ? Lorsque la neige lui faisant le même effet que lorsqu’il était gosse, il sort, tout émoustillé, capter la magie de paysages urbains blanchis ? Lorsque deux ans durant, il photographie d’une fenêtre un carrefour situé à l’angle de Madison Avenue ? Lorsque pendant dix ans, il fixe, après les solstices d’hiver et d’été, le coucher du soleil, entre les gratte-ciels de Manhattan ?

On est loin du mitraillage de Gary Winogrand qui, outre les femmes, cadre, tant qu’il le peut, l’énergie, le flux, le bazar urbain. Loin de Lee Friedlander qui, influencé par Walker Evans, tente de donner vie à du paysage social. De Louis Faurer qui privilégie, chez des anonymes souvent croisés la nuit, la fragilité et le doute. De Diane Arbus dont les portraits révèlent le diable caché en chacun de nous.

Sid Kaplan ne photographie pas à la sauvette, il ne cherche pas davantage le nombre d’or. À son agent Deborah Bell, il explique : « Pour moi, la meilleure façon de pratiquer la photographie, c’est de le faire pendant mon temps libre, comme Jacques-Henri Lartigue ou Alfred Stieglitz. Je n’ai jamais voulu en faire un boulot qui m’aurait mis à la merci des directeurs artistiques et des délais à respecter, je serais devenu dingue ». À son collègue, le tireur français Guillaume Geneste, auteur du livre «Le tirage à mains nues » paru, en cette rentrée, chez La Main Donne, il confirme : « Je savais que je ne voulais pas être en studio. Je voulais simplement être seul avec mon appareil et me promener pour faire mes propres photos ».

Où est né ce désir de photographie et quand ? Dans le Sud du Bronx, où sa famille juive issue d’Europe de l’Est, s’est exilée. Puis, le hasard faisant bien les choses, il rencontre Weegee à 14 ans. C’est là qu’il dit s’être retrouvé « hypnotisé, attiré comme par une drogue » en découvrant pour la première fois une image prenant forme dans le révélateur.

Eugene Smith devient son voisin. Ralph Gibson l’introduit auprès de Robert Frank, « un client qui paie ». Entre temps, le jeune homme, qui doit gagner sa vie, s’est mis à travailler pour « Compo », le laboratoire photographique le plus prestigieux de Manhattan. Là, il passe sa vie dans la chambre noire, mais en lavant, en glaçant, en séchant les tirages, son œil, à leur contact, n’en finit pas de se former.

Car il se frotte là à la crème des photographes de l’époque, de l’équipe de l’exposition « Family of Man » qui s’exporte dans le monde entier, à celle de la FARM (Farm Security Administration) à ceux de l’agence Magnum parmi lesquels Cornell Capa qui lui fait tirer les clichés de son frère Robert, à Lou Bernstein d’ICP, à Philippe Halsman, au poète Allen Ginsberg…

Nombre de ces photographes sont très engagés au sein de la Photo League, que la commission Mac Carthy dissoudra bientôt. Reporters ou photojournalistes, ils ont des préoccupations artistiques, mais aussi sociales. Ils veulent témoigner. Ce n’est pas le cas de Sid Kaplan. Élevé dans le Bronx, il a certes côtoyé la misère, il est certes imprégné de la culture juive d’Europe de l’Est, il ne quitte d’ailleurs guère le Lower East Side, mais ne se sent aucunement investi d’une mission. Si ce n’est de transmettre son génial savoir faire de tireur noir et blanc à l’École des Arts Visuels de New-York, où il est professeur.

Des lignes dans l’espace, de hautes lumières, les traces d’un New York disparu, une scène de rue avec gosses, un nuage qui passe… Sid Kaplan le documentariste se régale humblement de ce qui aurait ravi André Kertész. L’humain ne l’intéresse pas plus que cela. Il ne se prend pas la tête. Et surtout, il ne s’interdit rien. Il n’a pas peur de l’éclectisme qui, chez lui, est une force le maintenant loin, bien loin de l’anecdotique.

Magali Jauffret

Dates

Septembre 24 (Jeudi) 14 h 00 min - Octobre 31 (Samedi) 19 h 00 min

Lieu

Les Douches la Galerie

5, rue Legouvé 75010 Paris

Les Douches la Galerie5, rue Legouvé 75010 ParisOuvert du mercredi au samedi de 14h à 19h ou sur rendez-vous

X
X