Février, 2021

sam06fev(fev 6)13 h 30 mindim16mai(mai 16)19 h 00 minRhizomesExposition collectiveBase sous Marine, 284 Boulevard Alfred Daney, 33300 BordeauxType d'événement:Art Contemporain,Exposition,Photographie

Détail de l'événement

L’exposition “Rhizomes”, présentée du 6 février au 16 mai 2021, dans les espaces d’exposition de la Ville de Bordeaux à la Base Sous-Marine, s’inscrit dans le cadre de la Saison Africa2020, dédiée aux 54 états du continent africain, initiée par Emmanuel Macron, Président de la République et coordonnée par l’Institut Français.

“Rhizomes” propose une cartographie alternative, subjective et poétique des imaginaires contemporains de 17 artistes en mouvement, issus du continent africain et de la diaspora, aux pratiques résolument polymorphes et hybridées par l’ère digitale.
L’exposition interroge la place et l’influence des nouvelles technologies sur la production artistique contemporaine et leur utilisation pour ré-imaginer le présent, questionner le futur et (re)contextualiser les récits officiels.

Invités à s’approprier les espaces monumentaux de la Base sous-marine, les artistes y dévoilent des pratiques plurielles qui s’inscrivent dans un flux global, rhizomique et futuriste, se jouant des disciplines, des frontières et des esthétiques. Autant de regards croisés qui questionnent les modalités de construction et de dissémination du savoir, le rôle et l’importance de l’oralité au XXIème siècle et s’interrogent sur les bouleversements majeurs issus de l’avènement d’internet et de la sphère digitale dans la création artistique actuelle. “Rhizomes” développe une narration ouvertement fluide, fragmentée et non linéaire, et dessine, entre installations, son, musique, radiophonie, photographie et arts numériques, une contre-cartographie de la pensée contemporaine et des futurs imaginaires.

L’exposition est née du dialogue entre les deux commissaires et emprunte son nom autant à la botanique qu’à la « théorie du Rhizome », que l’on retrouve dans la conception d’Edouard Glissant d’une identité plurielle en opposition à celle de racine unique. A l’instar du rhizome, l’exposition créée une antithèse au récit unique et figé pour donner à voir au-delà des racines, un réseau d’associations inattendues entre pensée, images, son et vidéo.

“Rhizomes” est agencée autour des axes conceptuels suivants : Histoire et dissémination du savoir , avec des œuvres qui questionnent le statut incertain de l’oralité en tant que vecteur essentiel de mémoire et de transmission de valeur au XXIe siècle; Spiritual Networks, qui aborde les conditions matérielles et immatérielles de la colonisation mais aussi l’impact écologique des révolutions numériques sur le continent africain, enfin Les Mondes Imaginaires qui convoque des œuvres mêlant utopies humanistes et univers alternatifs.

Parmi les œuvres présentées, quatre sont des productions inédites, pensées in situ pour l’exposition :

Entre flashs temporels et échos sonores, l’installation audio-visuelle “Ellipsis” de César Schofield Cardoso dévoile un questionnement subtil sur la mémoire des relations entre la France et l’Afrique basé sur une analyse sensible et méthodiques de films historiques.
Artiste, poète, musicien et réalisateur, Baloji crée pour l’exposition “Triste Tropisme”, une installation multimedia aussi onirique qu’immersive, qui se plait à jouer avec les codes du cinéma, de la mode ou d’un marché africain.
Nastio Mosquito, vidéaste, photographe et musicien angolais, baigne la Grande Cathédrale de lumière et de projections de photographies réalisées pendant sa résidence à Bordeaux en 2020.
Pedro Coquenao orchestre pour l’exposition une physicalité inédite de son passionnant projet musical et radiophonique Batida, avec une installation-monde composée de postes radios vintage collectés, mixés et augmentés, pour une carte sonore et musicale renversante de l’Afrique.
Les commissaires :
Paula Nascimento : co-commissaire de l’exposition, architecte et commissaire indépendante, lauréate du Lion d’or de la Biennale d’architecture de Venise pour le pavillon angolais en 2015.
Stéphane Moginot : co-commissaire de l’exposition, directeur de projets culturels et conseiller artistique, chef de service à la Direction Générale des Affaires Culturelles de la Ville de Bordeaux.
Les artistes invités
Malala Andrialavidrazana, Alun B, Baloji, Cesar Schofield Cardoso, Pedro Coquenão, Nolan Oswald Dennis, Omar Victor Diop, Olalekan Jeyifous, Cyrus Kabiru, Selly Raby Kane, Grada Kilomba, François Knoetze, Maurice Mbikayi, Emo de Medeiros, Mohau Modisakeng, Nástio Mosquito, João Renato Orecchia Zúñiga.

Les espaces d’exposition de la Ville à Base sous-marine
Après 13 mois de travaux de réhabilitation, pilotés par la Direction générale des Affaires Culturelles de la Ville de Bordeaux, les espaces d’expositions de la Ville à la Base sous-marine, ouvrent à nouveau à l’occasion de l’exposition “Rhizomes”. Ces travaux s’inscrivent dans une volonté de faire de la Base sous-marine une plateforme de collaborations culturelles et artistiques.

La Base sous-marine
La Base sous-marine est l’une des cinq bases construites sur le littoral atlantique durant la Seconde Guerre mondiale. De sa construction à sa transformation en lieu d’art avec Sigma, les grandes traversées, et l’accueil d’expositions uniques et monumentales, la Base sous-marine de Bordeaux se réinvente à travers le projet BASE 3 en 1, un projet culturel global et ambitieux, visant à terme l’exploitation des 41 000m² de la Base sous-marine par 3 entités.

Dates

Février 6 (Samedi) 13 h 30 min - Mai 16 (Dimanche) 19 h 00 min

X
X