Mars, 2021

sam06mar(mar 6)10 h 00 minsam17avr(avr 17)19 h 00 minRochesAurore BagarryGalerie SIT DOWN, 4, rue Sainte Anastase 75003 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

Pour sa deuxième exposition personnelle à la galerie Sit Down, Aurore Bagarry présente Roches, Littoral de La Manche un nouveau projet photographique qui s’articule autour de recherches sur l’eau comme empreinte sur le paysage et sur la notion de frontière naturelle. Son espace d’investigation va des rivages septentrionaux français à ceux du sud de l’Angleterre qui se font face. L’artiste poursuit sa démarche d’atlas photographique à la chambre entamée avec la série Glaciers et nous propose un lecture personnelle des paysages de la Manche à travers un inventaire des formes issues de la lente érosion du littoral.

En allant, du côté français, de Calais à Brest et en passant par Varengeville, la pointe du Hoc, le cap Levi dans le Cotentin et nombre de bourgades du Finistère et des Côtes-d’Armor, Aurore Bagarry a photographié un paysage “à bout portant“, pour employer une expression que peut justifier la notion de tir photographique, mais qui dit bien la sensation de brutale mise en présence ressentie lorsque l’on regarde ces images. En Angleterre, sur l’autre rive de la Manche, de la même façon, l’artiste a symétriquement parcouru la côte vers l’ouest en partant d’Eastbourne jusqu’au cap Lizard en Cornouailles, pour, parvenue à l’extrémité de la péninsule, revenir vers Maer Cliff près de Bude, au nord-ouest du Dartmoor National Park, face au pays de Galles.
Ce que l’on voit ici est d’une nature indéterminée et tient aussi bien du relevé topographique que de la photographie de paysage. Très peu de ciel, voire pas du tout dans ces images qu’il est quasi impossible de situer si l’on n’a pas repéré sur une carte l’endroit où elles ont été prises. Que l’on soit en France ou de l’autre côté de la Manche, rien ne permet de le comprendre vraiment.
La côte semble une gigantesque palette sur laquelle la mer a essayé ses couleurs : les mauves se marient aux jaunes et aux verts de chlorophylle et de boue mêlées, les ocres lépreux bourgeonnent de buissons nains, les gris entaillés de dépressions bleuâtres semblent s’incliner sous la poussée des vents, les grès sombres veinés de rose se découpent sur le ciel gris, les falaises dressent le profil crénelé de leurs murailles blanches décapées par le sel, leurs tourelles coiffées de gazon ras, parfois maculées de lichen sombre, ou striées de bandes verticales dessinées par les eaux de ruissellement.
Gilles A. Tiberghien
Philosophe et théoricien de l’art
Université Paris I – Panthéon Sorbonne

Dates

Mars 6 (Samedi) 10 h 00 min - Avril 17 (Samedi) 19 h 00 min

Galerie SIT DOWN4, rue Sainte Anastase 75003 ParisGalerie ouverte sur rendez-vous uniquement par téléphone au 01 42 78 08 07 ou info@sitdown.fr