PhotoPortfolio

Au Népal, les femmes du Qatar, un reportage de Sophie Rodriguez

Temps de lecture estimé : 10mins

Cette semaine, dans notre rubrique consacrée aux photographes, nous avons choisi de vous présenter le reportage de Sophie Rodriguez réalisé au Népal. Alors que la coupe du monde de football vient d’être inaugurée au Qatar, la photographe s’est intéressée aux ouvriers népalais depuis leurs pays d’origine (avant leur départ) et à leurs familles pour qui cet exode massif des hommes a un lourd impact sur le quotidien. Nous avons choisi de partager une partie de son reportage centrée sur ces femmes d’ouvriers victimes de cette migration vers le Qatar.

Depuis le week-end dernier, le Qatar accueille la Coupe du Monde de football. Polémique à plusieurs égards, cet évènement a mis en lumière les conditions de travail dramatiques des travailleurs immigrés sur les chantiers des stades. Le Guardian estime à 6 500 le nombre de décès sur ces chantiers depuis 2010.
Parmi ces ouvriers, une grande partie est originaire du Népal. Chaque jour, à l’aéroport de Katmandou, 1 300 jeunes hommes quittent leur pays pour travailler au Qatar ou ailleurs.
Selon le Nepali Time, le Népal a perdu 30% de sa population masculine et 60% de ses jeunes de moins de 30 ans en raison de cette émigration professionnelle.

Au Népal, où 1400 jeunes embarquent chaque jour pour travailler à l’étranger faute d’emplois décents chez eux, ces disparitions plongent les familles et notamment les femmes dans une situation extrême. Loin des stades de foot, rencontre avec ces femmes d’ouvriers qui payent un lourd tribut de cet exode massif vers le Qatar.

Le mari de Lalita Mahara, 35 ans, travaille sur des chantiers au Qatar. En 22 ans de mariage, son mari a passé 15 ans à l’étranger. « Je suis contente quand mon mari revient au village mais il dépasse de l’argent dans des choses inutiles ». Son mari envoie environ 300€ tous les 3 mois. Elle travaille dans les champs pour 2€ par jour.

Avec l’argent gagné à l’étranger, les familles peuvent espérer améliorer leurs habitations en passant d’une construction en torchis à une construction en briques. Village de Ghodghash, Dhanusha District, Népal, 19 octobre 2022.

Kripal Mandal, maçon au Qatar, décédé le 17/02/2022 à l’âge de 38 ans. La cause du décès est indiquée : respiration aigüe / mort naturelle. Il travaillait sur des chantiers au Qatar depuis 9 ans et faisait également des ménages chez le manager de sa compagnie. Il travaillait 12 heures par jour. Il faisait croire à sa famille qu’il travaillait dans une bijouterie. Une demie-heure avant son décès il a appelé sa femme, tout allait bien. Ghodghash village, Dhanusha District, Népal, 19 octobre 2022.

Mangu Mandal ne connait pas son âge, ne sait ni lire ni écrire et n’a jamais entendu parler de football. Elle est la femme de Kripal Mandal, maçon au Qatar, décédé le 17/02/2022 à l’âge de 38 ans. La cause du décès est indiquée : respiration aigüe / mort naturelle. Il travaillait sur des chantiers au Qatar depuis 9 ans et faisait également des ménages chez le manager de sa compagnie. Il travaillait 12 heures par jour. Il faisait croire à sa famille qu’il travaillait dans une bijouterie. Une demie-heure avant son décès il a appelé sa femme, tout allait bien. Ghodghash village, Dhanusha District, Népal, 19 octobre 2022.

Mangu Mandal ne connait pas son âge, ne sait ni lire ni écrire et n’a jamais entendu parler de football. Elle est la femme de Kripal Mandal, maçon au Qatar, décédé le 17/02/2022 à l’âge de 38 ans. La cause du décès est indiquée : respiration aigüe / mort naturelle. Il travaillait sur des chantiers au Qatar depuis 9 ans et faisait également des ménages chez le manager de sa compagnie. Il travaillait 12 heures par jour. Il faisait croire à sa famille qu’il travaillait dans une bijouterie. Une demie-heure avant son décès il a appelé sa femme, tout allait bien. Ghodghash village, Dhanusha District, Népal, 19 octobre 2022.

Sunita Kapar ne connait pas son âge. Elle était la femme d’Arun Mandal, ferronier décédé au Qatar en 2021 d’une grave blessure à la tête après avoir été renversé sur la route d’un chantier. Le corps est arrivé décapité au Népal. Elle n’a jamais entendu parler de la Coupe du Monde de foot. Aujourd’hui, elle est seule pour nourrir ses 4 enfants. Elle vend de l’alcool de riz dans une petite échoppe pour environ 2€ par jour. Sa situation est très précaire depuis le décès de son mari car personne ne veut lui prêter d’argent puisqu’elle n’a pas de mari pour rembourser. Bhathiyan, Dhanusha District, Népal, 17 octobre 2022.

Arun Mandal, ferronier, est décédé au Qatar en 2021 d’une grave blessure à la tête après avoir été renversé sur la route d’un chantier. Le corps est arrivé décapité au Népal. Bhathiyan, Dhanusha District, Népal, 17 octobre 2022.

Sunita Kapar ne connait pas son âge. Elle était la femme d’Arun Mandal, ferronier décédé au Qatar en 2021 d’une grave blessure à la tête après avoir été renversé sur la route d’un chantier. Le corps est arrivé décapité au Népal. Elle n’a jamais entendu parler de la Coupe du Monde de foot. Aujourd’hui, elle est seule pour nourrir ses 4 enfants. Elle vend de l’alcool de riz dans cette petite échoppe pour environ 2€ par jour. Sa situation est très précaire depuis le décès de son mari car personne ne veut lui prêter d’argent puisqu’elle n’a pas de mari pour rembourser. Bhathiyan, Dhanusha District, Népal, 17 octobre 2022.

Sunita Kapar ne connait pas son âge. Elle était la femme d’Arun Mandal, ferronier décédé au Qatar en 2021 d’une grave blessure à la tête après avoir été renversé sur la route d’un chantier. Le corps est arrivé décapité au Népal. Elle n’a jamais entendu parler de la Coupe du Monde de foot. Aujourd’hui, elle est seule pour nourrir ses 4 enfants. Elle vend de l’alcool de riz dans cette petite échoppe pour environ 2€ par jour. Sa situation est très précaire depuis le décès de son mari car personne ne veut lui prêter d’argent puisqu’elle n’a pas de mari pour rembourser. Bhathiyan, Dhanusha District, Népal, 17 octobre 2022.

Certificat de décès de Kripal Mandal, maçon au Qatar, décédé le 17/02/2022 à l’âge de 38 ans. La cause du décès est indiquée : respiration aigüe / mort naturelle. Il travaillait sur des chantiers au Qatar depuis 9 ans et faisait également des ménages chez le manager de sa compagnie. Il travaillait 12 heures par jour. Il faisait croire à sa famille qu’il travaillait dans une bijouterie. Une demie-heure avant son décès il a appelé sa femme, tout allait bien. Ghodghash village, Dhanusha District, Népal, 19 octobre 2022.

Village de Ghodghash, Dhanusha District, Népal, 19 octobre 2022.

C’est pour tenter de sortir de la misère et de scolraiser les enfants que les hommes partent travailer à l’étranger. Un maçon peut gagner un salaire trois fois supérieur au Qatar par rapport au Népal. Cela permet aussi de rembourser les dettes contractées auprès d’autres familles. Osra, Dhanusha District, Népal, 14 octobre 2022.

Kalpana (25 ans), en rouge, et Nirmaya, 35 ans dans une fabrique de briques dans la région de Bungmati.

Village de Ghodghash, Dhanusha District, Népal, 19 octobre 2022.

Ecole privée du village de Bhathiyan. Ici, plus de la moitié des enfants a son père à l’étranger. Ceux qui lèvent le bras sont dans ce cas. C’est grâce à l’argent envoyé qu’ils peuvent aller à l’école. Celle-ci coûte environ 4€ par mois. Bhathiyan, Dhanusha District, Népal, 17 octobre 2022.

Raju Kumar Mahara, 11 ans, dessine sa vie rêvée lorsque son père rentrera du Qatar : une maison de 3 étages au bord de la route, avec une petite maison pour les chiens et les chèvres et un arrêt de bus scolaire juste devant chez lui.

Le mari de Rita Mahari, 35 ans, travaille en Arabie Saoudite depuis leur mairga il y’a 20 ans. Il rentre 2 mois tous les deux ans. « Je préfère quand mon mari n’est pas ici. Il boit est il me frappe ». Rita ne peut pas le quitter, elle a besoin des 200€ qu’il envoie tous les mois. Miltante dans un parti politique, elle affirme que l’absence des maris crée de gros problèmes sanitaires car les femmes ont des relations sexuelles non protégées avec d’autres hommes. Dhanusha District, 17 octobre 2022.

Caste des Dom, les intouchables. Ici les femmes fabriquent des paniers en osier.

Le mari de Lalita Mahara, 35 ans, travaille sur des chantiers au Qatar. En 22 ans de mariage, son mari a passé 15 ans à l’étranger. « Je suis contente quand mon mari revient au village mais il dépasse de l’argent dans des choses inutiles ». Son mari envoie environ 300€ tous les 3 mois. Elle travaille dans les champs pour 2€ par jour.

Stade de foot de Janakpur

Ce projet est lauréat de la bourse de production du CNAP (Centre Nation d’Arts Plastiques).

https://www.sophierodriguez.fr/


Vous êtes photographes et vous souhaitez donner de la visibilité et de la résonance à votre travail ? Notre rubrique Portfolio vous est consacrée !

Comment participer ?
Pour soumettre votre travail à la rédaction, il vous suffit d’envoyer à info@9lives-magazine.com

• Une série composée de 10 à 20 images. Vos fichiers doivent être en 72DPI au format JPG avec une taille en pixels entre 1200 et 2000 pixels dans la plus grande partie de l’image ;
• Des légendes (si il y a) ;
• Un texte de présentation de votre série (pas de format maximum ou minimum) ;
• Une courte biographie avec les coordonnées que vous souhaitez rendre public (site web, email, réseaux sociaux…)

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.