Septembre, 2020

ven25sep(sep 25)14 h 00 mindim15nov(nov 15)19 h 00 minCorrespondancesExposition CollectiveLa Galerie Rouge, 3 Rue Du Pont Louis-Philippe 75004 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

La Galerie Rouge présente du 25 septembre au 15 novembre 2020 l’exposition collective «Correspondances » qui s’intéresse aux oeuvres d’artistes utilisant la photographie associée à d’autres disciplines telles que la peinture, le dessin, le cinéma, la littérature, la vidéo, la performance.

Manuel Álvarez Bravo et le cinéma

Sur le carton d’invitation figure la capture d’écran d’un exercice de cinéma de Manuel Álvarez Bravo, d’une durée d’une minute et trente secondes, un inédit en couleurs qu’il réalise chez lui avec son épouse Colette Urbajtel, et son amie, Graciela Iturbide. Dans cet extrait, on retrouve les principales inspirations de l’artiste et son univers visuel.
On dévoile le lien primordial entre le travail photographique de Manuel Álvarez Bravo et le cinéma, qui fut une obsession pour lui dès les années 1930.
(…) dans les carnets de Manuel Álvarez Bravo, qui montrent que son intention esthétique cinématographique n’était pas très éloignée de sa photographie. Ses scénarios témoignent de l’influence de la conception du montage d’Eisenstein mais aussi de la dissonance des images choquantes de Buñuel : Álvarez Bravo veut raconter en se servant uniquement des images. Dans les petites expériences cinématographiques que fait Álvarez Bravo au cours de la sixième décennie de sa vie, il saisit les images qui l’obsédaient depuis les années 1930 – les mannequins, les enseignes, les chiens, les marcheurs – mais en couleurs et en mouvement.
Citation tirée de l’exposition rétrospective de Manuel Álvarez Bravo au Jeu de Paume, du 16 octobre 2012 au 20 janvier 2013.

Édouard Boubat, la photographie, l’aquarelle, le dessin

Aussi, on apprend qu’Édouard Boubat, passionné de peinture et de littérature utilisait parfois l’aquarelle ou le dessin sur ses photographies, et bien sûr la poésie, qui faisait partie de sa démarche.

Photographie, peinture, sculpture, dessin, performance

Les artistes contemporains et établis sont également à l’honneur, tels que Jean-Michel Fauquet qui travaille la peinture, la sculpture, le dessin et la photographie ou encore Gilles Delmas, qui s’intéresse au mouvement sous toutes ses formes, inspiré par la danse dans ses photographies, ses dessins, ses films. Ici, les arts se côtoient au sein d’une même oeuvre. De son côté, Alexandre de Mortemart, nous présente un extrait d’une série inspirée du film noir et François Delebecque nous fait découvrir ses sculptures photographiques.

Enfin, seront à l’honneur les univers d’Annabel Aoun Blanco et d’Emmanuelle Bousquet. Annabel, qui après son exposition au Musée Réattu d’Arles, continue sa recherche sur la pho-tographie, la vidéo, et l’utilisation de techniques diverses pour créer ses visages fantomatiques «apparitions – disparitions». Emmanuelle, petite nièce du créateur de Cacharel, se met en scène et qui désormais coud sur ses tirages avec en avant-première une oeuvre de sa série Haute Couture.

Les procédés alternatifs de tirage

Les procédés alternatifs de tirage inscrits dans l’histoire de la photographie sont explorés grâce au travail de Jean-Pierre Evrard, de Hiro Matsuoka, ou encore de la jeune artiste biélorusse Maria Elena Bonet, qui travaille la photographie et le tirage à la gomme bichromatée, le cyanotype, mais aussi la peinture, l’illustration et la vidéo. On découvre par ailleurs les univers de Sean Lotman et de Ariko Inaoka, couple d’artistes, vivant tous les deux au Japon et spécialistes du tirage argentique couleurs, associé à un travail d’écriture ou d’édition de livre. Ariko Inaoka a suivi durant plusieurs années des jumelles en Islande dont elle tire une série photographique et un livre “Eagle and Raven” ainsi qu’une exposition qui aura lieu au musée de Reykjavik.

La photographie et les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux et les changements qu’ils impliquent dans la discipline de la photographie seront également abordés à travers le regard de l’artiste franco-israélienne Jennifer Abessira. Sa démarche artistique fait désormais partie de l’étude de Hagi Kenaan, « The Photography and its shadow » une recherche publiée par l’Université de Stanford qui explique les transformations majeures dans l’histoire de la photographie. L’artiste est d’ailleurs invitée par La Galerie Rouge pour une carte blanche sur Instagram.

Photo : Manuel Álvarez Bravo, extrait d’un exercice de cinéma avec Colette Urbajtel et Graciela Iturbide, 1970.

Dates

Septembre 25 (Vendredi) 14 h 00 min - Novembre 15 (Dimanche) 19 h 00 min

Lieu

La Galerie Rouge

3 Rue Du Pont Louis-Philippe 75004 Paris

La Galerie Rouge3 Rue Du Pont Louis-Philippe 75004 ParisOuvert du Jeudi au Dimanche de 14h à 19h. Matinées sur rendez-vous

X
X