Juin, 2022

jeu30jui(jui 30)14 h 00 minmer10aou(aou 10)19 h 00 minBloom of ColorSophie DelaporteGalerie Lysisoleil, 20 rue du Verbois, 75003 Paris

Détail de l'événement

Au travers des photographies qu’elle a pu élaborer pour I-D magazine et la presse internationale, Sophie Delaporte s’est intéressée dès le début des années 2000 à l’idée de la représentation de la femme. Son travail, qui cherche à fuir toute représentation figée, défend l’idée d’une femme sensuelle et libre, loin de certaines représentations simplistes dans lesquelles les modèles se retrouvent encore souvent enfermées. Sur les traces de Giorgia O Keefe ou d’Araki, la photographe observe aujourd’hui les formes étranges des fleurs en pleine éclosion, évoquant bien souvent un organe de reproduction, une métaphore du désir : tout dans la fleur, par sa couleur, sa forme, semble avoir été créé pour attirer la fécondation. Cet élan de vie et de désir se retrouve dans les corps presque nus, en mouvement, des femmes qu’elle photographie et qu’elle leur associe à l’occasion de cette exposition, une façon pour elle d’accompagner certains courants de pensées qui prônent la résurgence du « principe féminin » comme pilier d’un nouveau monde. Mélange de force et de fragilité, l’éclosion des fleurs répond au jeu fugitif des drapés, qui forment bien souvent d’éphémères sculptures.
« Aujourd’hui, ses nus ont inséré un pari charmant et inattendu dans le monde d’images surchargé de corps nus ; Il y a même une pointe d’humour sournois, qui est relativement démodée dans le jeu de la nudité. Delaporte chante un corps électrique : actuel et rapide, rarement statique, à peine choquant, chargé d’énergie, et crépitant d’incidents imprévisibles. Une construction orange, sorte d’interprétation pop effrontée d’une sculpture en acier Cor- Ten de Richard Serra, l’enlace ; une violette et bleue la pousse dans des positions dignes de Bronzino, cet élégant maniériste du XVIe siècle. C’est du théâtre, c’est fou, c’est de la danse sans narration, c’est amusant, c’est intense. Il y a plus d’un siècle, Lois Fuller, qui allait influencer beaucoup la danse moderne, se produisait dans de volumineuses robes flottantes. Bien qu’elle n’ait jamais révélé son corps, elle a créé des formes sauvages, charmantes et momentanées à partir des tissus qu’elle a agités dans des tempêtes art nouveau. Sous un certain angle, les nus de Delaporte ont la sensualité espiègle de Fuller.» (Extrait du texte original de Vicki Goldberg écrit en 2009 à l’occasion de l’exposition à NY à la SLE Galerie de « the clothes she refuses to wear » )

Photographe française née en 1971, Sophie Delaporte est diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière. Elle commence sa carrière au début des années 2000 en publiant ses premières images dans la presse Anglaise et plus particulièrement dans le magazine i-D. Son travail est régulièrement publié dans de nombreux titres des éditions Condé Nast et de la presse internationale et elle a travaillé pour des marques telles que Hermès ou Astier de Villatte. Remarquée pour ses recherches sur la couleur et le mouvement, ses photographies sont exposées en 2002, à la galerie Marion Meyer pendant le Mois de la Photo, et lors d’expositions personnelles à Londres (Scream Gallery, 2008), New York (SLE Gallery) ou Tokyo ( Gallery 21, 2010). L’historienne de la photographie, Vicki Goldberg, écrit à son propos “Sophie Delaporte est une photographe française qui est toujours en bons termes avec la fantaisie et a une approche joyeusement décalée. Elle a un sens distinctif de la couleur, une imagination de fabuliste, une pointe de surréalisme et un goût pour le récit ambigu”. En Novembre 2019, Sophie Delaporte reçoit le Grand Prix Photography & Sustainability décerné par Paris Good Fashion et Eyes on Talents pour sa série « Fragile Landscapes ». Certaines de ses images sont exposées face à l’Hôtel de Ville pendant la dernière édition de Paris Photo.

Dates

Juin 30 (Jeudi) 14 h 00 min - Août 10 (Mercredi) 19 h 00 min

Lieu

Galerie Lysisoleil

20 rue du Verbois, 75003 Paris