Octobre, 2020

mer14oct(oct 14)12 h 00 minsam31(oct 31)19 h 00 minMatière primaireDidier Goupy & Jens KniggeGalerie Esther Woerdehoff, 36 rue Falguière, 75015 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

La Galerie Esther Woerdehoff expose les photographies de deux artistes, Jens Knigge et Didier Goupy. Leur séries racontent, dans une approche personnelle, deux versions d’une même histoire, celle de l’environnement, par la matière. Le bois, et la forêt, est source de vie pour Didier Goupy, éternelle et renouvelée, poumon planétaire, dans une relation profonde et ancienne avec l’humain. Le plastique photographié par Jens Knigge, symbole de progrès technologique au XXe siècle est désormais source immense de pollution, par sa vie brève et son impossible disparition.

Jens Knigge est reconnu comme un maitre du platine-palladium, une technique argentique ancienne et complexe qui offre au tirage une subtilité de tons exceptionnelle et lui apporte une qualité presque inaltérable. Sa série Single Used (usagé unique) sublime la vaisselle jetable transparente, dans un travail lumineux de nature morte photographique qui rappelle l’esthétique de la Nouvelle Objectivité. En neuf photogrammes grand format, la série Days of a bag (les jours d’un sac) traduit la fragilité d’un sac plastique, posé directement sur le papier sensible et dont on voit la pureté manufacturée initiale se froisser, se tordre et s’abîmer. Ces formes belles et menaçantes évoquent des méduses et rappellent le danger de cette pollution pour les animaux marins. Des millions de sacs plastiques identiques se perdent chaque jour dans l’environnement après un usage unique. Unique comme l’est paradoxalement l’image produite, un photogramme platine-palladium précieux et beaucoup plus durable que l’objet qu’il représente. Enfin, Taste the Plastic (Goûte le plastique), montre des déchets trouvés sur la plage, rendus mystérieux et difficilement reconnaissables par leur dégradation et qui témoignent là encore de la pollution dramatique, silencieuse et longtemps ignorée du plastique.

Didier Goupy, qui expose pour la première fois à la galerie est aussi photographe de reportage et surtout portraitiste, capturant de son regard attentif et bienveillant les visages des personnalités. En marge de ces commandes, il conçoit un travail personnel depuis plusieurs années, inédit jusqu’à maintenant.
Ses oeuvres nous transportent en forêt, lieu refuge du photographe pendant le confinement, dans une vision intimiste et très personnelle de la nature et de sa perception. Didier Goupy a initié sa recherche d’après un souvenir premier de la frondaison des arbres, vue depuis son landau. Avec ses photographies, il explore la forêt, comme un monde proche et lointain à la fois, qui a sa propre logique et suit les saisons. Choisissant un point de vue à hauteur du regard, très près des arbres, le photographe nous en offre une vision presque abstraite. Cette forêt familière est vibration de formes, de couleurs et de lumière. Dans les oeuvres de Didier Goupy, la forêt devient émotion visuelle et sensation par la magie de l’image photographique, qui fige son mouvement et la métamorphose en respiration bienvenue pour notre regard et notre âme.

Dates

14 (Mercredi) 12 h 00 min - 31 (Samedi) 19 h 00 min

Lieu

Galerie Esther Woerdehoff

36 rue Falguière, 75015 Paris

Galerie Esther Woerdehoff36 rue Falguière, 75015 ParisOuvert du mercredi au samedi, de 12h à 19h

X
X