Septembre, 2020

sam12sep(sep 12)11 h 00 minsam10oct(oct 10)19 h 00 minRue de l'EspéranceRiccarda MonteneroMémoire de l'Avenir, 45/47 rue Ramponeau 75020 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

Mémoire de l’Avenir présente du 12 septembre au 10 octobre Rue de l’Espérance, un projet photographique de Riccarda Montenero réalisé entre 2015 et 2017.

Riccarda Montenero est diplômée de l’Académie des Beaux-Arts de Lecce et en Architecture de l’Université de Turin. Les jardins du Palais Royal de cette même ville accueillent deux de ses œuvres de grandes dimensions. Elle participe à des expositions personnelles et collectives en Italie et à l’étranger ainsi qu’à des festivals de cinéma et d’art vidéo. Elle collabore régulièrement avec des artistes et des intellectuels autour de publications ou projets artistiques pluridisciplinaires.
En 2011 son travail est présenté dans le pavillon italien de la 54° édition de la biennale internationale de Venise, réalisé par Vittorio sgarbi. Elle travaille la photographie, la sculpture, l’art numérique et le film 3D. Ses projets artistiques se positionnent dans une démarche humaniste, à travers laquelle elle cherche à faire émerger les invisibles et à nous confronter aux violences auxquelles ils font face. Riccarda Montenero vit et travaille entre Paris et Turin.

Rue de l’Espérance
Ce projet, composé de 90 images, déploie une narration sous tension, emmenée par des personnages réels ou mis en scène et un travail de la photographie quasi pictural, qui nous fait traverser les thèmes les plus importants de l’artiste : ceux liés aux passions de l’âme et du corps mais également ceux qui touchent à la discrimination et à la violence.

Le corps humain est le sujet fondamental du travail photographique de Riccarda Montenero. Il lui permet de représenter à la fois le temps, qui passe, le drame et l’action. Dans Rue de l’Espérance, l’artiste nous montre des corps en torsion qui cherchent à s’échapper ou des corps en latence donnant l’illusion que l’espoir les a quittés. Le corps, traité à la fois en tant qu’objet et sujet, lui permet de rendre tangibles des émotions et des sentiments, souvent déchirés entre des forces créatrices et des forces destructrices – Eros et Thanatos.

Principalement en noir et blanc, parfois en couleurs (sombres), ses photographies intègrent également des dessins autographes prenant des formes archaïques, qui, pour l’artiste, symbolisent les profondeurs et les méandres de la conscience. De même, souvent de manière spectrale, des mots, des graffitis, des fragments de peintures murales capturés dans les rues de Paris, viennent se superposer aux photographies. Les différents niveaux de profondeur qu’elle apporte ainsi à ses images permettent une immersion tout à fait singulière dans son travail.

De la rue, seuls ces éléments plastiques et graphiques semblent faire présence. De l’observation de ses œuvres nait le sentiment d’un huit clos où le drame se déroule.

Le projet de Riccarda Montenero a débuté rue de l’Espérance située dans le 13eme arrondissement de Paris, notamment autour de ses graffitis. Pour autant on ne peut se défaire d’une lecture symbolique de ce nom et questionner l’idée de l’espérance que l’artiste semble vouloir amener. Le travail de Riccarda Montenero né avant tout d’une rencontre de l’autre et de l’observation de nos rapports à l’altérité. Si l’artiste, à travers ses œuvres et ses questionnements, en fait émerger les aspects souvent les plus sombres, c’est pour porter une voix vers de nouveaux paradigmes de vie en commun.
Lire plus

Dates

Septembre 12 (Samedi) 11 h 00 min - Octobre 10 (Samedi) 19 h 00 min

Lieu

Mémoire de l'Avenir

45/47 rue Ramponeau 75020 Paris

X
X