Novembre, 2019

ven08nov(nov 8)10 h 00 min2020sam11jan(jan 11)19 h 00 minNouvelle ObjectivitéHein GornyLibrairie Métamorphoses, 17, rue Jacob 75006 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

Cette exposition se penche sur les ouvrages dans lesquels Hein Gorny (1904-1967), photographe de la Nouvelle Objectivité (Neue Sachlichkeit), a été publié. Le commissaire de l’exposition, Marc Barbey, exécuteur testamentaire d’Hein Gorny souligne que ces ouvrages ont été nombreux non seulement en Allemagne, mais aussi à l´international, particulièrement en France. La tenue de cette exposition à Paris dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés, dans un lieu dédié aux livres, aux manuscrits et à la photographie qui attire les spécialistes du monde entier prend tout son sens. La sélection d’ouvrages et de tirages (plus de 35) présentés se focalise en particulier sur les métiers du papier et les industries associées dont de nombreux motifs n’ont jamais encore jamais exposés. Cette sélection est complétée par des motifs parus dans ces publications en particulier dans Arts et métiers graphique. Une deuxième étape aura lieu à Mannheim au Port 25, Mannheim dans le cadre de la Biennale für aktuelle Fotografie dont le commissariat est assuré par David Campany (vernissage le 28 février 2020 – exposition du 29 février au 26 avril 2020) avec une sélection particulière, et la troisième étape aura lieu à la Collection Regard à Berlin (vernissage le 23 avril – exposition du 24 avril au 19 juin 2020).

Dans le catalogue (graphisme Andreas Koch) publié à cette occasion, le quatrième lié à l’œuvre de Hein Gorny depuis 2011, deux textes, l’un de Lene Nell et l’autre de Yusuke Isotani, éclairent la diversité des publications dans lesquelles Gorny a été choisi et sa présence extraordinaire dans la plus prestigieuse publication en matière de graphisme, d’art et de photographies des années 30 en France : Arts et métiers graphiques et ses numéros spéciaux annuels « Photographie ».

Suite à la découverte de Yusuke Isotani et de la Collection Regard en 2016 constatant la présence hors norme de Hein Gorny dans Photographie, Marc Barbey, qui avait connaissance de cette présence, mais pas de manière comparée aux autres photographes, a poursuivi l’investigation. Il a constaté que Gorny était effectivement « sur- représenté » dans cette revue avec 29 publications, devant Emmanuel Sougez (1889-1972) et tous les autres photographes de son temps. Les recherches de Yusuke Isotani l’ont aussi confirmé et sa thèse de doctorat qui sera publiée en 2020 en témoignera. C’est une grande chance de pouvoir publier le texte « Hein Gorny et la revue Arts et métiers graphique » de Yusuke Isotani dans le catalogue accompagnant cette exposition car il donne une vision très complète de ce qu’a été cette revue légendaire en contextualisant l´histoire et l´évolution de la photographie à cette époque.

Extraits du texte de Yusuke Isotani :
« Parmi ces projets, la publication de Photographie le 1er mars 1930 assit la réputation d’Arts et métiers graphiques comme défenseur majeur de la photographie contemporaine en France. Publié sous le numéro 16 de la revue, Photographie rassemblait les reproductions de 117 images de 48 artistes, photographes et agences de photo de France, d’Allemagne et des États-Unis. Pour la première fois en France, elle présentait des œuvres de créateurs modernistes de premier plan, mais aussi émergents, tels que László Moholy-Nagy, Max Burchartz, Man Ray, André Kertész, Germaine Krull, Edward Steichen et Florence Henri. Les photos publiées étaient représentatives de l’éventail du répertoire visuel du médium, montrant 50 des œuvres qui traitaient de nouveaux sujets et avaient recours à des techniques expérimentales. S’y trouvaient par exemple, des photographies prises en plongée et contre-plongée, des gros plans audacieux, des photogrammes réalisés sans appareil photo, des surimpressions et des épreuves négatives. Le photographe français Daniel Masclet rappela plus tard que ce volume fut reçu comme une « bombe » qui réduisit presque immédiatement à néant la scène française de la photographie dominée par les pratiques pictorialistes traditionnelles jusqu’à la fin des années 1920. En raison du succès de ce numéro, Photographie devint dès lors une publication annuelle qui continua à refléter et catalyser les changements de goûts en matière de photographie française de l’entre-deux-guerres, jusqu’à son numéro de 1940.

Après des débuts discrets dans Photographie 1932 (25 août 1932), avec une unique image publiée en page 12, Gorny continua à apparaître sans interruption dans la publication annuelle jusqu’au numéro 1939 (15 septembre 1938).
Il en résulta que le nombre de ses œuvres dans Photographie atteignit vingt-neuf au total, ce qui en fit le photographe le plus fréquemment publié dans cette revue dans la période de l’entre-deux-guerres. Outre les propres sélections et recommandations des éditeurs, Photographie acceptait les propositions de photographes indépendants, qui firent bientôt de cette publication le « who’s who » des professionnels contemporains de ce médium. En tant que tel, plus de 1 200 photographies furent reproduites par près de 380 photographes et agences du monde entier. Sachant que chaque participant était représenté par trois à quatre œuvres en moyenne, le nombre de vingt-neuf apparaît tout simplement hors du commun. La présence de Gorny fut particulièrement remarquable dans le numéro de 1933–1934 (2 août 1933), qui contenait onze reproductions de ses photographies. Tout au long de l’existence de Photographie, aucun autre photographe ne reçut un tel traitement privilégié en une seule édition. »

Ouvert du mardi au samedi de 10h à 13h et de 14h30 à 19h00

Dates

Novembre 8 (Vendredi) 10 h 00 min - Janvier 11 (Samedi) 19 h 00 min

Lieu

Librairie Métamorphoses

17, rue Jacob 75006 Paris

X
X