Juin, 2019

jeu13jui(jui 13)14 h 00 minlun29jul(jul 29)19 h 00 minBeau MassacreCaroline WiartGalerie La Moulinette, 81, rue Lepic 75018 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

L’impossible désastre

Sac et ressac. Déchets déchiquetés sur leur linceul de sable, les fragments de plastique choisis pour sujet par la série Beau massacre de Caroline Wiart seront bientôt soustraits à cette contemplation de hasard, par la même marée qui les a un moment échoués aux marges de l’océan. Leur destruction nous demeurera ainsi invisible, escamotée par leur disparition prochaine, rendant impossible le désastre annoncé.

Ce travail photographique retient le regard par la poésie qui émane de sa variation sérielle très maitrisée. Il fige, dans des images superbes de sobriété formelle, cette couche infime d’épaisseur temporelle qui sépare le presque rien et le rien du tout. L’éphémère extrême auquel sont condamnées ces épaves de circonstance résonne dans l’évocation des ombres fantomatiques, que le jeu du soleil fait un dernier instant danser autour de ces cadavres colorés, et qui se savent elles aussi promises à une disparition soudaine. Les traces fugaces laissées dans le sable humide par le cheminement d’oiseaux marins, et dont l’inévitable destin est l’effacement, sont une autre métaphore de l’impermanence de ces scénographies improvisées que combat et capture tout à la fois le champ de l’image.

Ce sont bien en effet de petits théâtres que saisissent et restituent les photographies de Caroline Wiart, des architectures imaginaires qui opèrent un renversement progressif de la perception. La destruction cède la place à la construction, dans un glissement où se lit une foi raisonnée et inébranlable dans les pouvoirs de l’art. Ce que nous voyons communément comme des détritus sans valeur d’objets eux-mêmes sans valeur devient par la magie d’un oeil poétique le vocabulaire d’un monde onirique, les briques de l’élaboration du rêve. Là où nous avons coutume de dénoncer la pollution des plastiques qui jonchent les littoraux (et bien sûr cette conscience écologique est salutaire), ces photographies affirment aussi qu’une sensibilité artistique peut rendre justice à une esthétique du rebut, que nous négligeons trop facilement par indifférence, conformisme, et sans doute paresse de l’imaginaire. Et peut-être même que peuvent parfois exister de beaux massacres.
PG

Dates

Juin 13 (Jeudi) 14 h 00 min - Juillet 29 (Lundi) 19 h 00 min

Lieu

Galerie La Moulinette

81, rue Lepic 75018 Paris

Galerie La Moulinette81, rue Lepic 75018 ParisOuvert du jeudi au dimanche de 14h à 19h

X
X