Septembre, 2019

ven13sep(sep 13)14 h 00 minmer06nov(nov 6)18 h 30 minFading into the blueSandra MehlGalerie Le Carré d’Art - Centre Culturel Pôle Sud, 1 rue de la Conterie - 35131 Chartres de BretagneType d'événement:Exposition,Photographie

Détail de l'événement

A 120 km de la Nouvelle-Orléans, L’Isle de Jean-Charles sombre peu à peu.
Aujourd’hui réduite à 5 km de long, elle est reliée au continent par une unique route, et a perdu 98 % de sa surface depuis 1955. Son espérance de vie est estimée à 50 ans.
En cause : la montée des eaux, l’érosion côtière, et l’exploitation pétrolière qui fait rage en Louisiane, 4ème état producteur de brut des Etats-Unis.
Ses habitants, une centaine aujourd’hui, sont considérés comme les premiers réfugiés climatiques officiels des États-Unis. En 2016, ils ont perçu 48 millions de dollars de l’Etat fédéral américain pour se relocaliser vers des terres plus pérennes.
Le projet de Sandra Mehl consiste à documenter les derniers moments de vie d’une communauté francophone dans le sud de la Louisiane, composée de Choctaws et Biloxis. Ils parlent un dérivé de cajun, avec une spécificité de vocabulaire et d’accent dues à leur situation géographique.
Comme L’Isle de Jean-Charles, la Louisiane, qui concentre 40 % des zones humides des Etats-Unis, est également en train de couler. Chaque heure, c’est l’équivalent d’un terrain de football qui périt, dans cette zone où la disparition des terres est l’une des plus rapides au monde.
Ironie du sort pour la première puissance économique mondiale dont le Président, Donald Trump, tient des positions climato-sceptiques…

Diplômée de Sciences-Po Paris, et de l’Ehess en sociologie, Sandra Mehl travaille dans l’humanitaire, puis dans le développement urbain, avant de se consacrer à la photographie documentaire.
Elle s’intéresse aux relations entre les hommes et leurs territoires de vie, d’abord à l’étranger, et développe, à ce titre, en 2009 un travail sur les checkpoints entre Israël et la Cisjordanie, à l’occasion du 20ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin.
Son travail photographique s’oriente ensuite vers les mondes populaires en France, devenant plus intimiste, et se déployant dans la durée.
Elle travaille alors pendant cinq étés sur une plage de Sète, PS : Je t’écris de la Plage des Mouettes, puis sur le territoire urbain, documentant l’intimité quotidienne de deux soeurs adolescentes de la Cité Gély de Montpellier pendant deux ans, Ilona et Maddelena. Cette série a reçu la Bourse du Talent (catégorie Reportage), le Prix Mentor (Scam/CFPJ/Freelens), le Prix PHMuseum, le Prix du Festival les Boutographies, et le Prix du festival MAP de Toulouse.
Fading into the blue constitue son dernier travail au long cours, commencé en 2017.
En parallèle de ses projets photographiques personnels, Sandra Mehl travaille pour la presse française : Le Monde, Marie-Claire, Géo, Paris-Match, Libération, L’Obs…) et étrangère (New York Times, Stern, Internazionale, Financial Times Week end magazine…), et réalise des commandes institutionnelles.

Dates

Septembre 13 (Vendredi) 14 h 00 min - Novembre 6 (Mercredi) 18 h 30 min

Lieu

Galerie Le Carré d’Art - Centre Culturel Pôle Sud

1 rue de la Conterie - 35131 Chartres de Bretagne

Galerie Le Carré d’Art - Centre Culturel Pôle Sud1 rue de la Conterie - 35131 Chartres de BretagneDu mardi au vendredi de 14h à 18h30 Le samedi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h

X
X