Temps de lecture estimé : 2mins

En 2020, Zone i a initié la première résidence de création photographique Terre et Territoires, en collaboration avec Valimage. C’est le photographe Arno Brignon qui était en charge d’investir ce terrain rural, industriel, habité et déserté, entre Loire et Loir. Cette année, c’est Julie Hascoët qui a été choisie pour son projet “Le réseau souterrain”. Elle entrera donc en résidence à Thoré-la-Rochette avant de rejoindre Tavers.

Cette résidence posera la question du territoire dans une période particulièrement trouble tant du point de vue écologique que du point de vue sociétal. Julie Hascoët s’attachera à rendre visible les particularités de ce territoire, ses qualités, ses failles et ses richesses. Elle s’engagera dans une approche sensible, poétique ou documentaire, et apportera son point de vue sur la biodiversité et le vivant. Elle aura vocation à interroger l’universel. Du local au global, à moins que ce ne soit l’inverse…
La restitution de cette résidence croisée prendra la forme d’une exposition sur les sites des structures accueillantes. Celles-ci se chargeront de sa scénographie et de sa mise en place en concertation avec l’artiste. Il s’agira d’une seule et même exposition adaptée en fonction des espaces sélectionnés.

Le jury de la résidence Terre et Territoires 2021 était composé de Sarah Moon, Arno Brignon, Erika Negrel, Patrick Le Bescont, Alexandre Heraud, Jean-Christophe Royoux, Maia Mauzit, Arnaud Boura (Valimage), Monica Santos et Mat Jacob (Zone i).

Arno Brignon quant à lui vient de restituer le fruit de cette résidence dans un ouvrage. Il a été le premier résident à ouvrir la voie, a marché, photographié, écrit un récit émouvant et sincère, fait de découvertes, de doutes et de questionnements. Il traverse un monde en mutation, il interroge l’universel. Du local au global, à moins que ce ne soit l’inverse…
Nous voyageons alors dans une sorte de road-trip intemporel et le paysage semble atomisé de couleurs surnaturelles.

Ericka Weidmann
Après des études d'Arts Appliqués et de photographie, elle rejoint un magazine en ligne consacré à la photo en tant que directeur artistique, poste qu'elle occupera pendant 10 ans. En 2010, elle s'installe comme DA en indépendant. En parallèle, elle devient responsable éditorial pour Le Journal de la Photographie et c'est en septembre 2013 qu'elle co-fonde le quotidien L’Oeil de la Photographie pour lequel elle est rédactrice en chef jusqu'en septembre 2016 avant de fonder 9 Lives magazine ! Ericka Weidmann est également journaliste pigiste pour d'autres médias.

You may also like

En voir plus dans News