Temps de lecture estimé : 3mins

Cet automne, la maison d’édition The Eyes Publishing enrichit sa collection de quatre nouveaux ouvrages photographiques. Parmi eux, Les Oubliées, une carte blanche offerte à la photographe française Anaïs Boudot qui entame un dialogue artistique transversal et temporel avec Brassaï et Pablo Picasso. Préfacé par Héloïse Conesa, conservatrice du patrimoine à la Bibliothèque nationale de France en charge de la collection de photographie contemporaine, cet ouvrage nous offre une nouvelle vision de l’histoire de l’art et plus spécifiquement celui de la photographie, à travers l’invisibilisation des femmes.

© Anaïs Boudot / The Eyes Publishing

© Anaïs Boudot / The Eyes Publishing

Rendre visible l’invisible

C’est à la suite d’une plaque de verre oubliée par Brassaï dans l’atelier de Picasso que ce dernier commença à développer un travail particulier sur ce support. Quelques années plus tard, c’est au tour de Brassaï d’entamer sa série Transmutations où il grave, non pas sur des plaques vierges, mais sur des négatifs originaux.
Inspiré de ces faits historiques, The Eyes invite Anaïs Boudot dans une carte blanche artistique, et puise parmi sa propre collection de visages anonymes sur plaque de verre, pour les retravailler à même le support. Parmi ces portraits réalisés dans les années 20-30 et 40, Anaïs Boudot choisit de sélectionner des visages de femmes. Là où chez Picasso et Brassaï le grattage de la gélatine s‘apparente à un « acte chirurgical beaucoup plus intrusif pour faire ressortir la plastique de l’œuvre », Anaïs Boudot choisit la dorure pour  sublimer l’image de ces femmes inconnues, ces muses si peu considérées par ces maîtres, et oubliées de l’histoire de l’art. C’est dans cette démarche autant instinctive qu’expérimentale que s’inscrit le travail d’Anaïs Boudot, celle de rendre visible l’invisible.

A passer du temps avec ces visages féminins, tout en côtoyant ces deux artistes (hommes) historiques dont on sait la relation controversée aux femmes, je sentais le besoin de réagir. En fin de compte, ce sont elles ces « oubliées », par leur mise à l’écart durant des années de l’histoire de l’art, reléguées au rang de muses, de modèles et de compagnes. Leur absence est criante et c’est sans doute cette absence que ces images tentent de mettre en lumière“. – Anaïs Boudot

© Anaïs Boudot / The Eyes Publishing

Edité à 1000 exemplaires, Les Oubliées, sera disponible dès le 25 octobre prochain. À l’occasion de la sortie du livre, la librairie La Comète organise le 27 octobre à partir de 18h30, une rencontre signature avec la photographe Anaïs Boudot et l’autrice Héloïse Conesa. Une installation sera également produite en exclusivité pour présenter cette carte blanche !

Née à Metz en 1984, Anaïs Boudot est diplômée de l’École nationale supérieure de la photographie en 2010 et du Fresnoy – studio national d’art contemporain – en 2013. Anaïs Boudot poursuit un travail autour des processus d’apparition de l’image et de l’exploration des techniques photographiques. L’artiste est représentée par la galerie Binome.

INFORMATIONS PRATIQUES
Les Oubliées
Picasso | Brassaï | Boudot
éditions The Eyes Publishing
Format : 21,5 x 29 cm cm
Pages : 80 pages
Langues : français et anglais
ISBN : 979-10-92727-45-6
Sortie le 25 octobre 2021
Prix : 45€

Ericka Weidmann
Après des études d'Arts Appliqués et de photographie, elle rejoint un magazine en ligne consacré à la photo en tant que directeur artistique, poste qu'elle occupera pendant 10 ans. En 2010, elle s'installe comme DA en indépendant. En parallèle, elle devient responsable éditorial pour Le Journal de la Photographie et c'est en septembre 2013 qu'elle co-fonde le quotidien L’Oeil de la Photographie pour lequel elle est rédactrice en chef jusqu'en septembre 2016 avant de fonder 9 Lives magazine ! Ericka Weidmann est également journaliste pigiste pour d'autres médias.

You may also like

En voir plus dans L'Edition