Temps de lecture estimé : 5mins

Les noms des lauréat·s ont été dévoilés à l’occasion de la remise de prix au Palais Galliera, Musée de la Mode de Paris, mercredi soir après les délibérations d’un jury présidé par Alexandre Mattiussi, Fondateur et Directeur Créatif d’AMI Paris. Les trois prix et dotations habituels ont été décernés et cette année, une nouvelle dotation fait son apparition avec l’arrivée de deux nouveaux partenaires, le laboratoire digital Janvier et LGA Management. Découvrez le palmarès aux côtés du grand prix remporté par la  photographe franco-sénégalaise de 24 ans, Yama Ndiaye.

Le Grand Prix Picto de la Photographie de Mode
Yama Ndiaye

© Yama Ndiaye / Lauréate 2024 du Grand Prix PICTO de la Photographie de Mode

Yama Ndiaye est une photographe franco-sénégalaise de 24 ans. Née à Paris, d’un père peintre et d’une mère plasticienne, elle a été plongée très jeune dans un univers coloré au sein duquel elle était spectatrice de la création. À travers une enfance au coeur de l’atelier de ses parents et son double héritage culturel entre Dakar et Toulouse, elle a ressenti le besoin d’exprimer son propre regard. Portée par une sensibilité accrue à la couleur et à la lumière, elle a développé un fort intérêt pour la création d’images photographiques et a suivi une formation de photographie à l’école des Gobelins, dont elle est sortie diplômée en 2023.

© Yama Ndiaye / Lauréate 2024 du Grand Prix PICTO de la Photographie de Mode

Elle opte pour une esthétique poétique mêlant mise en scène, photographie de terrain, réappropriation d’images d’archives ou encore l’exploration de techniques mixtes de tirage et d’impression. Son travail se situe ainsi à la lisière de la photographie de mode et d’une proposition plasticienne. Elle se consacre notamment à des projets personnels à long terme, sondant principalement les thèmes des représentations diasporiques, de l’identité, de la famille ou encore de la mémoire. À travers l’exploration de son double héritage culturel, Yama Ndiaye crée des images intimes mettant en relation ses différents souvenirs et expériences, nous invitant à travers ces voyages introspectifs, à y lire chacune des interprétations multiples et universelles. Sa série NATAAL est récompensée par le Grand Prix Picto de la Photographie de Mode 2024.

Dotation le19M de la photographie des métiers d’art
Tamibé Bourdanné

Synthetic Dreams © Tamibé Bourdanné / Dotation le19M de la photographie des métiers d’art 2024

Tamibé Bourdanné est un photographe basé à Londres. Originaire du Tchad, du Niger et du Nigeria, il est né et a été élevé en Côte d’Ivoire. Son travail tourne autour des lieux, des environnements et des personnes. Photographe documentaire et spontané dans l’âme, il aime montrer le monde sous différents angles, principalement d’un point de vue ethnographique. Il voit qu’il y a tant de beauté en Afrique et s’engage à la révéler au monde à travers son approche délicate et précise de la narration. Au coeur de sa pratique se trouve sa manière d’interpréter l’interaction entre l’espace, les formes et les tons, afin de composer une image. Sa série Synthetic Dreams a été soulignée par la dotation le19M de la Photographie des Métiers d’Art.

Dotation Filippo Roversi
Gabriel Gómez

© Gabriel Gómez / Dotation Filippo Roversi 2024

Gabriel Gómez est un photographe de mode et portraitiste de 30 ans, originaire de Caracas, au Venezuela, qui vit maintenant en France. Il a travaillé avec plusieurs marques de mode vénézuéliennes ces dix dernières années et a été récompensé en 2013 par les prix Fila du meilleur travail documentaire et de la meilleure silhouette. Il a récemment remporté le Prix Unique de Photographie des Prix Jeunes Talents – Édition 2023 à Paris, décerné par l’organisation internationale Les Agents Associés et photographe invité par la société Initial Labo pour ArtShopping Paris 2023. Il a également remporté le prix de la meilleure oeuvre conceptuelle au Fresh Eyes award Rotterdam 2024.

Dotation LGA Management / Janvier
Silvana Trevale

Eufonia © Silvana Trevale / Dotation LGA Management / Janvier 2024

Silvana Trevale est née et a grandi à Caracas, au Venezuela. Son travail, basé sur le portrait, est une fusion entre le documentaire et la mode. Elle cherche à célébrer la beauté intrinsèque du corps humain, ses racines latino-américaines, sa féminité, sa jeunesse et les réalités des gens qui l’entourent. La photographe retourne au Venezuela chaque année depuis 2017 pour documenter la vie des femmes, des jeunes et des enfants dans un contexte de troubles économiques, sociaux et politiques. Silvana Trevale a notamment collaboré avec sa grand-mère Rosa et sa mère Maria pour créer un hommage sincère aux mères latino-américaines. Elle célèbre ses héroïnes personnelles à travers la série Eufonía.

Vous avez jusqu’au dimanche 9 juin pour découvrir les séries primées et finalistes dans les coursives du Palais Galliera, une exposition en libre accès .

https://www.pictofoundation.fr/

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    News

    L’IA dépassée par la réalité

    Chaque année, les 1839 Awards récompensent des photographes du monde entier dans plusieurs sections dans la catégorie amateur et professionnelle. Les lauréats ...

    En voir plus dans News