PhotoPortfolio

Yezh – Fantômes et totems, une série d’Emmanuel Madec

Temps de lecture estimé : 4mins

Dès aujourd’hui, nous reprenons la publication de vos portfolios. Cet espace est le vôtre. Vous pouvez donc nous soumettre vos travaux en vue d’être publié·e. Aujourd’hui, nous partageons le travail d’Emmanuel Madec qui nous a particulièrement touché. Le photographe interroge l’usure de la mémoire au travers de clichés glanés dans ses archives familiales mais aussi parmi une collection d’images anonyme.

Avec ces fragments de photographies de familles issues de ma collection d’images anonymes et de mes albums de famille, je cherche à questionner l’usure des mémoires.

Les fragments sont sélectionnés en fonction de « défauts » apparents dont je rehausse l’évidence.
Ces défauts perturbent l’image et prennent partiellement la place du sujet. Le flou, le grain, le pixel, la trace de poussière ou d’altération sont ici considérés comme des caractères du photographique.

J’ai souhaité faire cohabiter dans ces photos le parallèle entre le défaut des images et ce qui fait défaut dans l’histoire familiale : la part manquante, la part d’ombre.
Il y est donc question du sentiment de perte au cours de la transmission familiale comme de la difficulté des photographies à se conserver et donc à être porteuse de transmission des mémoires.

Ces images, je les vois comme l’interstice entre amnésie et anamnèse : entre perte partielle de la mémoire et retour à la mémoire du passé !

Elles sont toutes des images d’images (numérisées, triturées, réinterrogées, déplacées). Elles sont également toutes recadrées, donc fragment du fragment. D’ailleurs, la photographie n’est-elle pas toujours une sélection arbitraire sur le réel ? Un enregistrement partiel et subjectif ?

La mémoire aussi est sélective et ces totems de papier offrent un voyage étrange au creux de la mienne. Ce voyage énigmatique est composé d’autant de souvenirs, de sensations remémorées, que de fantasmes et de symboles personnels.

La langue première de mes grands-parents n’a plus été transmise dans ma famille à partir des années 1950, c’est pourquoi j’intitule ce travail « yezh » qui signifie littéralement « son qui vient de loin » et qui sert à désigner le langage dans la langue maternelle de mes ancêtres (bretons). C’est cette perte, cette disparition d’une langue qui m’a amenée à créer ce travail.

« Yezh » fait partie d’un ensemble de recherches autour du thème « image et mémoire », qui s’intéressent aux racines et aux rapports que nous entretenons aux images. Il comprend une installation titrée « Papillons » qui questionne la place des images de presse dans nos mémoires, « Dreamscapes » un long rouleau formé de textes et d’images super 8, où un narrateur fictif déambule à la recherche de ses origines, puis d’un nouveau volet en cours de développement, « Les images d’Anne » qui prend comme point de départ un souvenir d’enfance.

« Yezh » est le second volet réalisé dans cet ensemble.

Né en 1978, Emmanuel Madec vit et travaille en Bretagne.
Diplômé de l’École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne. Master d’Art.
Après un parcours dans la production de film documentaire, il se consacre à la photographie de 2006 à fin 2015 en tant que directeur artistique pour la Galerie Le Lieu et les Rencontres Photographiques, à Lorient.
Ses recherches se nourrissent fréquemment du matériau autobiographique qu’il place à la lisière du réel et de la fiction. Il s’intéresse par ailleurs à la notion de racine, à la mémoire et aux relations que nous entretenons aux images.

http://emmanuelmadec.com/fr/accueil.html


Vous êtes photographes et vous souhaitez donner de la visibilité et de la résonance à votre travail ? Notre rubrique Portfolio vous est consacrée !

Comment participer ?
Pour soumettre votre travail à la rédaction, il vous suffit d’envoyer à info@9lives-magazine.com

• Une série composée de 10 à 20 images. Vos fichiers doivent être en 72DPI au format JPG avec une taille en pixels entre 900 et 1200 pixels dans la plus grande partie de l’image ;
• Des légendes (si il y a) ;
• Un texte de présentation de votre série (pas de format maximum ou minimum) ;
• Une courte biographie avec les coordonnées que vous souhaitez rendre public (site web, email, réseaux sociaux…)

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    Photo

    Lost in the screen

    Arghh 31 août ! Une date qui sonne le glas. Le glas du calme, luxe et volupté, des eskimos glacés goût basilic-Immortelle ...

    En voir plus dans Photo