Interview Art ContemporainOtherSide

Ariane van Suchtelen, musée Mauritshuis (Pays-Bas) : les odeurs dans l’art au Siècle d’Or

Temps de lecture estimé : 7mins

Le Mauritshuis abrite une collection mondialement connue de plus de deux cents chefs-d’œuvre du Siècle d’or hollandais, tels que La jeune fille à la perle, Le taureau et La leçon d’anatomie du Dr Nicolaes Tulp, dans l’intérieur historique mais intime de l’ancienne résidence du comte de Nassau-Siegen, gouverneur général du Brésil à l’époque coloniale. Ce contexte historique est profondément lié à la future exposition « Volatilisés – parfums en couleurs » autour de la représentation des parfums et de l’odorat dans l’art du XVIIe siècle, qu’ils soient agréables ou déplaisants. L’exposition sera inaugurée en 2021. Ariane van Suchtelen, la commissaire, nous explique comment la vie au XVIIe siècle a pu être saisie par l’odorat, comment les odeurs (et les parfums) sont représentés et quelle importance culturelle les gens attachaient à l’odeur.

De véritables odeurs dans l’exposition ont également été recréées de manière très interactive afin d’offrir une expérience émotionnelle plus forte étant donné son incidence sur le fonctionnement de notre cerveau. Ce voyage est la première exposition sur l’odorat et la visualisation de l’odorat dans l’art des maîtres anciens jamais organisée par un musée.

« En offrant des odeurs à nos visiteurs, nous voulons qu’ils aient conscience de tous leurs sens, en particulier de leur odorat lorsqu’ils regardent de l’art et aussi qu’ils réfléchissent à la manière dont l’artiste aurait joué avec cet effet »

Que suggère le titre de l’exposition ?

Le titre « Volatilisés – parfums en couleurs » fait référence au caractère fugace et invisible des odeurs. Le mot “en couleur” fait référence aux œuvres d’art visuel qui sont exposées : invisible ou visible.

Pieter de Hooch, Interior
© Mauritshuis

Dans l’exposition, des diffuseurs de parfums permettront aux visiteurs d’absorber les différentes odeurs représentées dans l’art, pourquoi était-ce important pour vous ?

Les gens pourront sentir huit endroits différents grâce à différents diffuseurs de senteurs. Ils pourront sentir une armoire à linge propre, des champs de blanchiment, de l’ambre gris, de la myrrhe et les canaux malodorants. Nous avons recréé des odeurs à partir de recettes historiques : l’odeur des parfums utilisés pour les « pomanders », récipients perforés remplis de substances hautement aromatiques, mais aussi l’odeur d’un canal hollandais, les odeurs d’une épicerie avec toutes les épices de mondes lointains. C’est important pour le musée car si vous sentez quelque chose, cela a un effet émotionnel plus fort sur vous que la simple vision de cette chose puisque c’est ainsi que fonctionne notre cerveau. L’odeur va directement vers nos émotions ; il n’y a pas de langage ou de reconnaissance entre les deux. L’odeur donne une très forte présence et expérience de ce que vous vivez. Par exemple, si vous sentez l’odeur d’une forêt, vous avez l’impression d’être dans une forêt même si votre cognition vous dit que vous n’y êtes pas. En proposant des odeurs à nos visiteurs, nous voulons qu’ils soient conscients de tous leurs sens lorsqu’ils regardent de l’art et qu’ils réfléchissent à la manière dont l’artiste a joué avec cet effet et au fait qu’il s’agit d’une question très culturelle.
Si nous regardons une scène d’un canal néerlandais (vue de la ville d’Amsterdam par Jan van der Heyden), nous ne l’associons pas à une odeur très forte et désagréable qu’un spectateur aurait eu il y a cent ans en regardant le même tableau. Tout est lié au contexte culturel et à de nombreux aspects psychologiques que nous voulons souligner. C’est pourquoi il y a de nombreux niveaux pour que les visiteurs puissent vivre l’exposition.

Jan van der Heyden, Gezicht op de Oudezijds Voorburgwa

Pourquoi est-ce la première fois qu’une telle exposition est organisée ?

Il y a eu d’autres initiatives, mais l’odeur reste un sens sous-estimé. Par exemple, il y a eu plusieurs expositions sur l’art contemporain ou moderne et l’odeur. Pour les artistes futuristes du XXe siècle, l’odeur était un aspect important de leur travail. Mais nous sommes les premiers à le faire avec les maîtres anciens. Même si un autre musée néerlandais a organisé une exposition sur l’odorat pendant la période d’or, elle n’était destinée qu’aux enfants, ce qui est une énorme différence.

Comment les peintres néerlandais créent-ils un art de la suggestion ?

C’est souvent difficile à dire, mais dans une série de représentations des cinq sens, il est clair qu’un artiste veut portraiturer l’odeur. L’art est une affaire d’illusion et de suggestion, mais nous devons interpréter quand une œuvre d’art se réfère spécifiquement à l’odeur ou a des connotations olfactives. La perspective de notre exposition est à la fois artistique et historique (odeurs de la vie quotidienne, odeur et santé, religion, nouvelles odeurs venues des contrées lointaines…).

Pieter de Hooch, Interior with Women in front of a Linen Cupboard, 1663, Mauritshuis, The Hague
© Mauritshuis

Comment, au XVIIe siècle, l’arôme et les saveurs reflètent-ils la puissance politique et économique des Pays-Bas ?

Ces arômes et saveurs venus de loin sont étroitement liés à la création et à la force économique de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales et à l’hégémonie coloniale néerlandaise.
De nouvelles épices, du café, du tabac, du thé, de nouveaux fruits et des légumes ont tous été importés par la Compagnie néerlandaise des Indes orientales depuis l’Extrême-Orient et aussi d’Amérique, par la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales.
Un chapitre de l’exposition est consacré à cet aspect en rassemblant huit œuvres : deux tableaux de fumeurs de tabac, un tableau d’Albert Eckhout qui fut l’un des artistes qui se rendit au Brésil avec le comte de Nassau-Siegen, gouverneur néerlandais au XVIIe siècle lorsqu’une partie du Brésil était une colonie néerlandaise. Nous avons aussi une nature morte avec des tasses de thé et du sucre, une peinture d’un magasin d’épices et un objet en argent qui est un porte-épices formé vers 1600 qui a la forme et le blason d’un des navires néerlandais qui a fait l’un des premiers voyages réussi en Extrême-Orient en 1598. C’est un symbole des promesses économiques de toutes les richesses qui allaient arriver aux Pays-Bas en provenance des “nouveaux” pays.

Pieter de Hooch, Interior
© Mauritshuis

Le côté sombre de cette histoire

Nous sommes très conscients du côté sombre des odeurs et surtout des nouvelles épices.
Dans le texte de l’exposition, nous faisons référence au côté sombre du commerce colonial et au fait que le citoyen néerlandais moyen n’avait aucune idée ou peu d’intérêt pour l’exploitation, l’oppression et la violence qui précédaient le moment où il entrait dans la boutique pour acheter ces délices olfactifs. Par exemple, il y a quatre cents ans, la grande rivalité et le conflit entre les Néerlandais et les Anglais concernant le monopole de la production et du commerce de la noix de muscade sur les îles Banda en Indonésie au cœur du commerce des épices, a conduit à des conflits armés d’une grande violence pour la population. L’année 2021 sera la commémoration de cet événement sanglant.

Pendant la pandémie, l’accent a beaucoup été mis sur l’odeur

Oui, en effet, dans cette crise du Covid 19, on a accordé plus d’attention à notre odorat, puisque ce sens a pu être affecté par la maladie. C’est un sens beaucoup plus important que ce que la plupart d’entre nous réalisent. Cependant, l’idée de l’exposition existe depuis longtemps avant la Covid 19.

EN SAVOIR PLUS :
Fleeting – Scents in Colour
Volatilisés – parfums en couleurs
Du 11 Février au 6 Juin 2021
Virtual visit : discover The first Gigapixel Museum in the world
Musée Mauritshuis La Haye – Peintures de l’âge d’or
https://www.mauritshuis.nl/
Organiser votre venue :
Holland.com

Marie-Elisabeth De La Fresnaye
Après une formation en littérature et histoire de l'art, Marie de la Fresnaye intègre le marché de l'art à Drouot et se lance dans l'événementiel. En parallèle à plusieurs années en entreprise dans le domaine de la communication éditoriale, elle créé son blog pour partager au plus grand nombre sa passion et expertise du monde de l'art contemporain et participe au lancement du magazine Artaïssime.

You may also like

En voir plus dans Interview Art Contemporain