Temps de lecture estimé : 4mins

Particulièrement attaché à l’histoire du cinéma, Eric Dizambourg aime le burlesque. Chaplin, Keaton, Tati… « Je serais fier de m’inscrire dans cette filiation : le mime est un art magnifique. Je suis moi-même un peu un clown triste, mais pas si triste et pas si clown ! Mon objectif n’est pas de faire rire ; le rire s’impose quand il doit s’imposer. Mais je ne cherche pas à être sérieux à tout prix. En réalité, les sujets s’imposent d’eux-mêmes » éclaire-t-il.

Vue d’exposition Eric Dizambourg © Olivier Steigel

Vue d’exposition Eric Dizambourg © Olivier Steigel

Eric Dizambourg a commencé le dessin dans son adolescence. Le hobby est vite devenu une passion. Parallèlement, il tourne avec son frère des petits films en super 8 : « Je pensais vraiment devenir comédien. Mais la peinture s’est imposée, alors je suis entré aux Beaux-Arts de Paris, dans l’atelier du peintre abstrait Dominique Gauthier [chantre de l’abstraction structuraliste]. On nous demandait de parler de notre travail. Ainsi, je me suis créé un double, une sorte de clown. Et j’ai eu l’idée de mettre en scène mes propres peintures dans des films, afin de les replacer dans une fiction ».

Les deux techniques s’alimentent mutuellement. Parfois, le film détermine la création d’une peinture. D’autres fois, c’est le tableau qui inspire la scène filmée. « Je démarre par la construction d’un décor. Celui-ci conditionne la suite, tout en laissant une grande place à l’improvisation, explique-t-il. Je peins généralement de très grands formats. La toile est placée au sol, à la manière de Jackson Pollock qui est à l’origine de la technique du ‘dripping’ (on projette ou laisse couler de la peinture sur une toile positionnée au sol). J’utilise une peinture acrylique très liquide que je déverse sur la toile. L’image se dispose peu à peu, de manière diffuse. Dans une 2ème étape, j’ajoute des éléments que je peins plus précautionneusement, parfois un tissu, un poisson, ici souvent du fromage ».

Du dripping aux coloris pop

Bien fait © Eric Dizambourg

Quelques écailles © Eric Dizambourg

Ces éléments, à première vue grotesques, suscitent la réflexion. Ils détournent et révèlent simultanément l’image. « Je raille l’histoire de l’art et à la fois y suis profondément attaché. J’éprouve le besoin d’en rire, mais suis également nostalgique. Mes peintures offrent un regard sur moi, mon vécu : elles sont à la fois joyeuses et poétiques ».

Les amateurs d’art contemporain décèleront aisément les sources d’inspiration d’Eric Dizambourg : Pollock donc pour le dripping. Et Martial Raysse, peintre, sculpteur et réalisateur français, célèbre pour ses portraits ‘pop’ hauts en couleur et dont l’artiste est un proche. Et selon l’humeur, s’y retrouve l’expressionnisme et les lignes déstructurées de Soutine, et jusqu’à la folie proche des peintures noires de Goya. En réalité, on pourrait qualifier Eric Dizambourg d’iconoclaste respectueux.

« Avec le temps, ma technique évolue. Je raconte des histoires de plus en plus précises. J’aime les peintures qui racontent des histoires et qui font du bien. La technique n’est qu’un moyen. C’est le sujet qui compte surtout ».

Vue d’exposition Eric Dizambourg © Olivier Steigel

Vue d’exposition Eric Dizambourg © Olivier Steigel

Parmi les toiles exposées au Moulin Blanchard, figurent deux peintures gigantesques mêlant des éléments de l’histoire personnelle d’Eric et de l’histoire de l’art. Elles symbolisent à elles-seules la démarche de l’artiste. Dans l’une d’elles, on voit un facteur évoquant bien sûr Tati et Van Gogh, mais aussi le déjeuner hebdomadaire chez sa grand-mère en compagnie du facteur du village. Le tout temporisé par un foisonnement de couleurs, de clins d’œil, de mouvements et bien sûr… de fromages…

INFORMATIONS PRATIQUES

ven04jui10 h 00 mindim04jul18 h 00 minLe Champ des ImpossiblesParcours Art et Patrimoine en Perche .02Moulin Blanchard, 11 Rue de Courboyer 61340 Perche-en-NocéType d'événement:Festival,Photographie


Infos : www.lechampdesimpossibles.com

Emmanuel Berck
Après une trentaine d’années dans la communication et la traduction, majoritairement dans le secteur des nouvelles technologies, Emmanuel Berck est devenu rédacteur indépendant en 2019. Il accompagne ainsi des entreprises dans l’élaboration de leurs stratégies éditoriales, à travers la rédaction de tribunes libres, de témoignages clients ou d’articles destinés à la presse. Il développe parallèlement une activité de pigiste pour différents magazines locaux ou nationaux, comme « Pays du Perche », « Pando » et « Profession Photographe ». Ses thèmes de prédilection sont l’environnement et la transition agricole, l’évolution climatique et la préservation de la biodiversité, et les enjeux liés à l’alimentation en circuits courts. Installé dans le Perche depuis 20 ans, il s’appuie sur un réseau d’acteurs locaux très divers qui lui permet d’analyser en profondeur les problématiques qu’il traite dans ses articles. Il aime en outre rédiger des portraits mettant en relief le travail de l’artiste ou l’artisan – le geste et les outils – son savoir-faire, son parcours et ses préoccupations actuelles. Emmanuel a réalisé 11 portraits d’artistes du Champ des impossibles.02, publiés dans l’hebdomadaire « Le Perche » durant l’été 2021. Il a également écrit deux entretiens avec deux artistes du Champ des impossibles, à paraître aux Editions Filigrane.

    You may also like

    En voir plus dans Actu Art Contemporain