Temps de lecture : 1 minute et 53 secondes

Cette semaine, nous partageons avec vous le travail de Loez. Une série qu’il nous a soumis en décembre dernier, sur les kurdes d’Iran, un peuple soumis à une véritable crise humanitaire. Une situation passée au silence dans les médias internationaux, merci donc à ce photographe de faire la lumière sur leur sort.

La situation des Kurdes en Iran est moins médiatisée que celle d’autres parties du Kurdistan. Pourtant, là bas aussi la répression frappe férocement toute voix qui s’élève contre le régime des mollahs. La gestion coloniale de la marge kurde par l’état central se reflète notamment dans le sort des kolbars, ces femmes et hommes transportant sur leur dos des marchandises d’Irak en Iran, et qui vivent une véritable crise humanitaire. Outre les dangers de montagnes escarpées et infestées de mines, ils font face à la répression des garde-frontières qui n’hésitent pas à ouvrir le feu sur eux. Alors que l’année 2019 se termine de manière tragique avec lde décès de Farhad, 14 ans et Azad, 17 ans, deux frères morts de froid dans les montagnes de Hewraman alors qu’ils ramenaient des marchandises, le média indépendant Kolbarnews estime a 80 le nombre de kolabrs tués durant l’année 2019, avec environ 200 blessés. Mais ils sont des milliers contraints chaque jour, faute d’autre alternative économique dans des régions maintenues volontairement dans la précarité par le régime, à reprendre les chemins de la montagne. Le sort des kolbars synthétise à la fois l’impact des Etats-Nations sur le peuple kurde, les dérives poussées à l’extrême du néo-libéralisme pour alimenter à tout prix la société de consommation iranienne, et l’effet néfaste des sanctions des USA sur l’Iran, qui ne font que précariser davantage des populations déjà maintenues sous pression par le régime.
Ce sujet n’a pas été facile à réaliser. Que ce soit en Irak ou en Iran, au vu de l’étendue des réseaux de corruption, les pouvoirs locaux préfèrent qu’on ne s’intéresse pas trop à cette activité. En Iran, nous avons du travailler en évitant d’attirer l’attention des autorités, sous peine de lourdes sanctions.
https://www.revue-ballast.fr/entre-liran-et-lirak-les-kolbars-ne-plient-pas/

Depuis 2012, mes travaux se concentrent sur les problématiques sociales liées aux réfugié.e.s, et à l’impact des états-nations, au Moyen-Orient. D’abord principalement sur la question palestinienne (Territoires Occupés, Gaza, Liban, Jordanie, Egypte), et depuis 2014 sur les luttes du peuple kurde (Turquie, Irak, Syrie) et le projet politique du confédéralisme démocratique comme résistance et solution aux oppressions qu’il subit.

https://loez.cargo.site/


Vous êtes photographes et vous souhaitez donner de la visibilité et de la résonance à votre travail ? Notre rubrique Portfolio vous est consacrée !

Comment participer ?
Pour soumettre votre travail à la rédaction, il vous suffit d’envoyer à info@9lives-magazine.com

• Une série composée de 10 à 20 images. Vos fichiers doivent être en 72DPI au format JPG avec une taille en pixels entre 900 et 1200 pixels dans la plus grande partie de l’image ;
• Des légendes (si il y a) ;
• Un texte de présentation de votre série (pas de format maximum ou minimum) ;
• Une courte biographie avec les coordonnées que vous souhaitez rendre public (site web, email, réseaux sociaux…)

 

X
X