Temps de lecture estimé : 3mins

Pour sa troisième carte blanche, Céline Duval, Directrice générale et artistique du Pole de Photographie Stimultania, a choisi de nous présenter “Les mots du clic”, un jeu d’observation, d’interprétation, d’acquisition de vocabulaire et de réflexion citoyenne. Depuis huit ans, le public peut se prêter au Mots du Clic, ce sont 94 cartes-mots illustrées qui les accompagne dans l’élaboration d’une critique d’image photographique, de l’observation de sa forme jusqu’aux engagements artistiques du photographe. Il s’agit avant tout d’un espace de libre parole et d’écoute mis en place par Stimultania.

De nature plutôt silencieuse, je me suis toujours questionnée sur la prise de parole. Prendre la parole me semble un acte trop violent. Prendre à qui ? Couper qui ? Je préfère donner la parole, passer la parole, avoir un droit de parole.

Nous avons inventé, en 2013, un jeu pour accroître l’autonomie des publics face aux photographies. Pour permettre aux regardeurs, sans savants pré-requis, d’avoir la parole. Librement inspiré de l’outil de médiation conçu par le Service éducatif des Musées de la Ville de Strasbourg – Les Mots passe-frontières – LES MOTS DU CLIC a mobilisé dès sa conception plusieurs acteurs des champs culturels et sociaux : représentant de la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France, représentant de l’Institut International d’Etudes Françaises, traducteurs, enseignants bilingues, photographes, formateurs Français Langue Etrangère (FLE), ainsi qu’une illustratrice et didacticienne visuelle. Constitué de 94 cartes-mots illustrées, LES MOTS DU CLIC accompagne les joueurs dans l’élaboration d’une critique d’image photographique, de l’observation de sa forme jusqu’aux engagements artistiques du photographe. Il est à la fois un jeu d’observation, d’interprétation, d’acquisition de vocabulaire et de réflexion citoyenne. Nous le distribuons sur tout le territoire francophone à des acteurs culturels et sociaux. Nous l’utilisons à chaque intervention et constatons, systématiquement, combien il permet de libérer la parole, de donner confiance et de déjouer les craintes de ceux qui ne se sentent pas « légitimes ».

© Guillaume Herbaut

© Viktoria Sorochinski

© Elina Brotherus

Nous pensons que l’œuvre n’a pas besoin de médiateur pour être reçue, ressentie ou critiquée par le regardeur.

Si ce jeu a toujours été très libre, réutilisable à l’infini puisque pertinent devant toutes les photographies (dans les expositions, la presse, les livres…), nous venons de concevoir deux ensembles de photographies thématiques adaptées, spécifiquement, aux besoins de nos partenaires sociaux. Le premier Le corps : entre représentations et ressentis explore sous différentes facettes la notion de « corps ». Les images choisies permettent de discuter et de débattre de sujets assez factuels comme l’apparence, le handicap, la nudité, la corpulence, la pratique sportive mais aussi de notions étroitement liées au corps telles que les discriminations, le genre, la pudeur, l’intimité, etc. Il est constitué des œuvres d’Emilie Arfeuil, de Melania Avanzato, de Elina Brotherus, Amélie Cabocel, Guillaume Chauvin, David Favrod, Norbert Ghisoland, Guillaume Herbaut, Georges Pacheco, Marc Pataut, Ivan Pinkava et Mélanie Wenger. Le second ensemble, Viktoria Sorochinski : dialogues, rêves et mémoires, aborde dans sa globalité le travail de l’artiste ukrainienne exposée à Stimultania en 2012 et 2015. Il permet, entre autres, de parler des liens familiaux et les dynamiques relationnelles.

https://www.stimultania.org/les-mots-du-clic/

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    En voir plus dans L'Invité.e