NewsPhoto

Stéphanie Solinas remporte le Prix Camera Clara 2020

Temps de lecture estimé : 3mins

Le nom de la lauréate de l’édition 2020 du Prix Camera Clara vient d’être annoncé en direct sur Instagram – couvre-feu oblige. Il s’agit de la photographe Stéphanie Solinas pour sa série en cours intitulé “L’Inexpliqué – Revenants”. Le jury a également décerné une mention spéciale à Thomas Boivin. La lauréate remporte une dotation de 6000€ et les œuvres des deux photographes sont exposées à la Galerie Clémentine de la Ferronnière à partir de demain, jusqu’au 20 février. Le prix photo Camera Clara récompense depuis 2012 les artistes qui travaillent à la chambre photographique avec une série inédite.

Stéphanie Solinas, lauréate
L’Inexpliqué – Revenants

En 1633 à Rome, Galilée est condamné par l’Église pour avoir défendu la thèse de l’héliocentrisme. Figure exemplaire de la lutte de la science face à l’obscurantisme, on oublie souvent que Galilée est aussi celui qui expulsa du royaume de la physique, pour les reléguer dans celui de l’illusion subjective, les qualités qui sont l’essence même du monde sensoriel : les couleurs et les sons, la chaleur, les odeurs, les saveurs. Ainsi, celui qui explique le réel par l’impossible (la loi contre-intuitive de la chute des corps) invente la science moderne toute entière centrée sur la matière.
Agissant par superposition de temporalités et de représentations, ranimant la porosité entre science et foi, entre visible et invisible, L’Inexpliqué – Revenants explore, à partir de l’expérience sensible des corps, ce/ux qui peuple/nt le ciel.
Dans L’Inexpliqué – Revenants, les corps peints ou sculptés hantent les corps vivants, les astres nous regardent, et Galilée, au temps de son procès hébergé à la Villa Médicis, entre en dialogue avec Thérèse de Lisieux, sainte contemporaine qui aurait été détentrice d’un appareil photographique que j’ai miraculeusement pu emprunter au musée Nicéphore Niepce et utiliser sous le ciel romain. Comme le télescope pour les scrutateurs assidus des étoiles, cette chambre folding en bois m’est devenue appareil de vision, pour retrouver, dans la matérialité même des choses et des êtres, les traces d’un infini.

L’Inexpliqué – Revenants s’inscrit dans un travail plus global, L’Inexpliqué, qui se déploie en Italie et enquête sur les formes concrètes d’accès au spirituel – les miracles et le processus de leur reconnaissance dans le monde catholique comme point de contact direct entre science et foi, les reliques, les apparitions. Mené notamment à l’Académie de France à Rome / Villa Médicis (pensionnaire 2017-2018), L’Inexpliqué est un travail en cours, qui explore les liens créateurs entre lumière, vision, incarnation, science et croyance.

Thomas Boivin, mention spéciale

©Thomas Boivin

« Des gens qui ne se connaissent pas. C’est cette confiance que la photographie garde, c’est cette confiance qui est ensuite offerte au lecteur, et c’est en ce sens que sa signification sociale est la plus forte pour moi. Aujourd’hui encore, au-delà de toutes les préoccupations que chacun peut avoir pour notre avenir commun, voir qu’il est possible de rencontrer un étranger en faisant un portrait de manière aussi libre et intuitive que moi est pour moi à chaque fois un moment de grâce, et une promesse d’espoir».
Thomas Boivin

INFORMATIONS PRATIQUES

jeu04fev(fev 4)11 h 00 minsam20(fev 20)19 h 00 minStéphanie Solinas, lauréate du Prix de la Photo Camera ClaraGalerie Clémentine de la Féronnière, 51 Rue Saint-Louis en l'Île, 75004 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    En voir plus dans News