Temps de lecture estimé : 6mins

Pour cette deuxième carte blanche, notre invité de la semaine, Christian Gattinoni, le rédacteur en chef de LaCritique.org et directeur artistique de la cinquième édition du festival Fictions Documentaires, nous dévoile son nouvel ouvrage publié aux éditions Area-Paris. Intitulé « Nécessaires resets de mémoire », ce livre est le fruit du travail d’une vie autour de la déportation du père de Christian Gattinoni dans le camp de Mauthausen. L’occasion également de dévoiler sa donation au Musée National de la Résistance du Luxembourg.

Depuis 34 ans j’ai mené divers travaux photographique en hommage à mon père déporté résistant, arrêté par des français au service des nazis, ayant subi les convois « Nuit et Brouillard » et interné 26 mois dans le camp de Mauthausen.

Pour répondre aux exigences de ce témoignage j’ai produit des séries photographiques, expositions, émissions de radio, textes de fiction documentaire et publications de catalogue jusqu’à la réalisation d’un CDrom « Seconde génération mémoire de la déportation ».

J’ai aussi partagé cette expérience mémorielle avec des étudiants comme avec des collégiens et lycéens en France comme en Allemagne. Ces dernières décennies les avancées de l’idéologie d’extrême droite, du négationnisme et du complotisme se sont amplifiées sur tous les supports médiatiques, journaux et revues hebdomadaires et mensuelles, chaines d’information continue comme réseaux sociaux.

Nécessaires resets de mémoire

Le tout économique a facilité avec la disparition des technologies permettant de lire les CDroms un terrorisme technologique . Heureusement de nouveaux moyens comme la technique récente de l’émulation permettent de remédier à ces atteintes, l’an prochain une exposition à la Bibliothèque Nationale de France donnera de nouveau accès à des versions réactivées de cdrom d’artistes, de cdroms historiques et mémoriels comme ceux que j’ai produits «  HW14, du Vieil Armand à l’abri-mémoire » sur le premier conflit mondial et « Seconde génération mémoire d cela déportation ».

Père et mère , poète ou commerçant , communard ou déporté , leur enfermement fait partie de mon patrimoine génétique.Trente quatre ans de pratiques artistiques à ce sujet brûlant ont tenté d’en atténuer les conséquences.

Nécessaires resets de mémoire

Nécessaires resets de mémoire

Face aux nouvelles exactions idéologiques d’extrême droite banalisée les mots comme l’image risquaient de perdre l’espoir . En réinitialisant les actions mémorielles, en en inventant d’autres formes cérémoniales ou technologiques, la transmission se poursuit dans la véracité des témoignages écrits ou enregistrés comme dans l’efficacité retrouvée des fictions documentaires habilement négociées d’une génération aux autres.

En deçà des écrans du complotisme et du négationnisme autorisés, vendus, montrés nous faisons sortir du mitard imaginaire les corps chassés du multimédia des scènes en réseaux sociaux ou en chaines de désinformation continue. Tout au long de ces resets essentiels nous les réactivons ,corps trop âgés pour témoigner, corps amoureux séparés, corps malade de vraies pandémies, corps déportés ou toujours prisonniers, tous ces corps rendus obscènes par la force de l’oubli imposé, ce contre quoi nous avons lutté, luttons et lutterons.

Pour continuer d’aimer.

A l’exact centre de l’Europe, à mi-distance des deux pays où résident mes racines, la France et l’Italie, le Luxembourg reste ce pays d’amis où j’ai pris la décision soudaine, l’été 97, de me rendre à Mauthausen, sur le chemin entre la Documenta et la Biennale de Venise.

Le Centre culturel de rencontre Abbaye de Neimënster est situé au cœur des vieux quartiers de Luxembourg à côté de la rivière Alzette . Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO et inauguré en 2004, il fonde toute son activité autour du thème « dialogue des cultures, culture du dialogue ».

Pendant la Seconde guerre mondiale y sont incarcérés les prisonniers politiques, juifs et résistants, arrêtés par la Gestapo avant leur transfert vers les camps de concentration.

Exposition La mémoire contre tous les fascismes

A l’invitation de Paul di Felice et Pierre Stiwer pour le Mois Européen de la Photographie j’y expose dans le cloître mes séries Seconde Génération , la mémoire contre tous les fascismes en 2017.

Quatre ans après, l’âge avançant, et la situation mondiale des populismes prospérant, je contacte le conservateur du Musée de la Résistance, Frank Schroeder, pour lui proposer une donation d’oeuvres contre l’achat de quelques pièces uniques, dont l’album Disderi , hérité de mon père, qui a suscité mes premiers travaux mémoriels. Cette transaction acceptée, une exposition de l’ensemble de mes oeuvres aura lieu au Musée en 2023. (https://mnr.lu)

Musée National de la Résistance

Lors de ma première venue dans la ville j’apprends qu’Esch sur Alzette seconde ville du Luxembourg, est nommée capitale européenne de la culture 2022, son triple programme « REMIX IDENTITY », « REMIX Nature » et « REMIX ART » rejoint ma revendication d’un nécessaire reset mémorial. Le Musée National de la Résistance fait lui aussi sa réinitialisation dans un immeuble en cours de réhabilitation. Dans cette refonte fondamentale ses responsables ont décidé de modifier aussi son titre pour l’ouvrir sur une perspective plus générale, à savoir Musée National de la Résistance et des Droits Humains. (https://esch2022.lu/fr/)

L’ouverture de la Konschthal Esch envoie un signal fort pour un espace de diversité culturelle dans la région qui partage ses frontières avec la France, la Belgique et l’Allemagne. La ville vient de se doter d’un lieu dédié à l’art contemporain la Konschtal.

Ego Tunnel © Gregor Schneider

Ego Tunnel © Gregor Schneider

Gregor Schneider, né en 1969 à Rheydt en Allemagne, est le premier artiste qui l’investit jusqu’au 9 janvier 2022 . Il a bénéficié d’une véritable reconnaissance en 2001 avec l’attribution du Lion d’or pour la meilleure participation nationale à la Biennale de Venise, avec son œuvre Totes Haus , réalisé pour le pavillon allemand.
Son actuelle exposition, Ego-Tunnel à Esch ouvre des possibilités de sensibilisation et de prise de conscience sur des situations historiques. A côté de photographies et de films il investit diverses pièces de l’ancien magasin de meubles devenu centre d’art sous forme d’installation. Le commissariat d’Ego-Tunnel est assuré par Christian Mosar. (https://www.konschthal.lu)

INFORMATIONS PRATIQUES
Nécessaires resets de mémoire
Editions Area-Paris
Un livre d’Alin Avila
ISBN 978-2- 352-76-147-1
15 euros

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    En voir plus dans L'Invité.e