1602 Views |  3

Jeunes Générations, une commande publique du CNAP
Yohanne Lamoulère

Temps de lecture : 2 minutes et 14 secondes

« Jeunes-Générations » est une commande publique photographique nationale sur la Jeunesse en France pilotée par le Centre national des arts plastiques (Cnap) en collaboration avec l’association CéTàVOIR. 15 photographes ont réalisé cette commande et chaque semaine nous vous proposons de découvrir le travail de l’un d’entre eux accompagné de leur témoignage. Aujourd’hui rencontre avec Yohanne Lamoulère.

« La jeunesse en France » met en lumière les acteurs d’un monde en devenir, que ce soit à travers leurs pratiques culturelles ou leur préparation à la vie.

9 lives : Comment appréhende-t-on une commande publique en photographie ?

Yohanne Lamoulère : Répondre à une commande publique, c’est saisir l’opportunité d’entrer dans une collection d’état, sans travestir sa pratique photographique. J’ai fait le choix de travailler sur l’amour, de prendre le contre pied de ce que j’avais déjà fait à Marseille, de choisir comme terrain d’étude la substance, et finalement ce qui m’intrigue le plus dans cette société. J’ai décidé de faire tout ce qui me passait par la tête, d’accumuler les photographies – ce travail reprend des idées assez anciennes et des envies beaucoup plus immédiates, hasardeuses, marcher dans les rues et chercher des personnages. J’avais également des idées de lieux, précis ou métaphoriques, cinémas, centres commerciaux, terrains vagues… J’ai alterné mise en scène et documentaire, rendez-vous et balades dans mon quartier. Ensuite, il faut raconter l’histoire en dix images, une sorte de harakiri final.

M : Comment vivez-vous l’évolution de votre prise de vue avec la jeunesse ?

Y. L. : Quand je travaille dans la rue, j’explique succinctement mon projet et je photographie les gens, mais je leur parle toujours avant. Quand la rencontre se fait, nous pouvons passer plus de temps ensemble. Pour les images que j’ai mis en scène, comme le tutu, le cinéma ou la scène du téléphone portable, j’ai choisi des personnages qui correspondaient à mon propos. Je peux aussi me perdre dans un lieu clos, comme une institution, ou le seuil de la prison des Baumettes, et y passer du temps, épuiser l’espace. Je pense toute sorte de choses de la jeunesse marseillaise. J’aime le côté ingouvernable de la ville et des gens qui l’habitent, ce mélange d’impudence et de douce candeur. Mais ce qui est beau à photographier, c’est la fragilité. Le moment de la prise de vue est une sorte de thérapie. Nous nous faisons face (avec le Rolleiflex, je n’ai rien devant le visage), et notre langage commun devient celui des corps, mutique. C’est le plaisir primaire de se tenir droit sur terre, vivant. Ce moment précis apporte la tension. Ensuite il n’y a pas le plaisir immédiat de se voir beau, parce que je travaille en argentique. Donc après la tension, il y a la frustration. Ensuite, après quelques semaines, j’envoie l’image, via Facebook ou Snapeshat. Si l’image est bonne, elle prend la place de la photo de profil précédente.

http://yohanne.lamoulere.book.picturetank.com
http://www.transit-photo.com/photographes/

EXPOSITION ITINERANTE
Jeunes Générations
• Printemps 2017
> Ministère de la Culture et de la Communication
Exposition extérieure sur la façade du ministère.
> SNCF Gares & Connexions dans les gares de Bordeaux, Lille, Marseille, Paris – Gare de Lyon et Strasbourg.
• Du 23 mars au 13 mai 2017
La Villa Pérochon – Centre d’art contemporain photographique de Niort
• Du 24 mai au 11 juin 2017
Dans le cadre du festival ImageSingulières de Sète
http://www.cnap.fr/«-jeunes-generations-»

EDITION
Jeunes Générations
Editions Le Bec en L’air
224 pages
200 Photographies
22 x 27,5 cm
ISBN : 978-2-36744-110-8
28€
http://www.becair.com/livre/jeunes-generations
Disponible en librairie à compter du 4 mai 2017

Les photographes participants : Pablo Baquedano, Marie-Noëlle Boutin, Gilles Coulon, Chimène Denneulin, Claudine Doury, Gabrielle Duplantier, Guillaume Herbaut, Yohanne Lamoulère, Stéphane Lavoué, Géraldine Millo, Myr Muratet, Alexandra Pouzet et Bruno Almosnino, Lola Reboud, Klavdij Sluban, Patrice Terraz.