1499 Views |  Like

Carte blanche à Marc Pussemier : une librairie photographique

Temps de lecture : 2 minutes et 0 secondes

Pour sa deuxième carte blanche, notre invité de la semaine, Marc Pussemier, revient sur son rêve d’enfant, celui de devenir libraire. Il nous explique le chemin parcouru entre son métier d’agent et aujourd’hui, où il dirige la librairie La Comète.  L’occasion également de faire le point sur l’édition consacrée à la photographie.

J’ai donc arrêté d’être agent de photographes après une longue maladie qui m’a fait mûrir et réfléchir. De quoi avais-envie ? C’est ainsi que j’ai décidé de réaliser mon rêve de gosse : être libraire !

J’ai trouvé une petite boutique de tatouage rue de la Villette dans le quartier du Jourdain. Après les travaux, j’ai ouvert la Librairie Photographique en septembre 2006. Les habitants du quartier sont venus tout de suite, il a fallu faire venir les autres. Quelques bons articles dans la presse ont fait le reste. C’est ainsi que je suis resté 7 ans dans cette belle librairie. Puis on est venu me chercher pour animer une librairie de photographie qui venait d’ouvrir rue des Récollets pas loin de la Gare de l’Est. Après une très longue réflexion -car c’était un crève-cœur que de quitter la rue de la Villette ! – j’ai donc intégré la librairie le 29 début 2013.

Fin 2018, à la suite de négligences de gestion et de la séparation des actionnaires, la librairie allait à vau l’eau. Le laboratoire et la fondation Picto ont décidé de reprendre l’atelier de tirages du premier étage et la librairie qui pour ma très grande joie est devenue la Comète.

J’ai toujours le même plaisir à ouvrir les livres quand je les reçois et de découvrir des pépites, d’ accueillir mes clients – certains sont devenus des amis- de recevoir les représentants des maisons d ‘édition ou les photographes eux-mêmes qui viennent présenter leurs livres auto-édités.

J’ai fait le constat à la fin 2019 que nous n’avions jamais eu autant de références (2 700)… Et nous n’avons pas tout ! On dit que le marché du livre de photographies est un marché de niche. C’est vrai. Les majors de l’édition renâclent à faire des livres de photographie. Place aux autres !
Les techniques d’impression ont beaucoup évolué et les prix de production ont baissé. A cette époque où tout le monde peut se proclamer photographe, beaucoup sont tentés de faire leur livre. Il faut néanmoins prendre son temps pour cela. Quelques fois, on est déçu par la facture ou le sujet. Trop de photographes y racontent leur vie sans que l’on sente une portée plus universelle. J’aime la photographie quand elle ne ment pas. Même une photographie très construite peut être sincère. C’est une gageure de réussir !

Nous sommes très peu de librairies spécialisées dans ce domaine. Ceci peut être une force mais nos clients attendent de nous une expertise et du conseil. Il faut également animer la librairie par des rencontres avec les artistes. Nous mettons un point d’honneur à ce que ces événement soient conviviaux. Parmi les animations dont je garde un excellent souvenir, il y eut une lecture d’Emmanuel Carrère, ou les signatures de Salgado, de Klavdij Sluban, de Sarah Moon ou dernièrement de Pierre & Gilles, les entretiens avec Michel Poivert ou le regretté éditeur Xavier Barral.

INFORMATIONS PRATIQUES
La Comète
29 Rue des Récollets
75010 Paris
https://lacomete.picto.fr

A LIRE : 
Comment va l’édition ? Enquête sur le livre de photographie