L'Invité.e

Carte blanche à Jacques Revon : Photographes, nous pouvons être aussi des “passeurs”

Temps de lecture estimé : 5mins

Pour sa première carte blanche, le photographe et journaliste, Jacques Revon a rédigé ce texte sur l’importance du rôle de passeur quand on est photographe. Transmettre ses expériences, ses techniques, mais surtout sa passion.

Comme apprenti, j’apprends la photographie avec mon père durant trois ans, mon père Charles Révon est portraitiste dans la Loire à Roanne. Mon oncle Frédéric A quoi peut bien servir de conserver pour soi, ce qui nous a été donné et transmis un jour par ceux qui nous ont précédés ?
Dans cette deuxième carte blanche, je veux aujourd’hui vous parler d’un choix que j’affectionne particulièrement: ce plaisir de transmettre à d’autres nos petits savoirs.
Pouvoir faire “passer” nos expériences, nos petites techniques à celles et ceux qui ont envie ici de pratiquer le huitième art en amateur, est un enjeu passionnant dont on peut ressentir au fond de soi le besoin. Transmettre peut se vivre comme une passion.

Si pendant des décennies la photographie argentique fut souvent pratiquée et partagée de manière ancestrale par des passionnés en laboratoire, aujourd’hui la technologie numérique a modifié notre manière de photographier. Je l’ai constaté maintes fois, le numérique exacerbe plutôt le côté individuel de la personne, avec tout ce que cela que peut engendrer comme difficultés ou complexités pour celles et ceux qui ont envie d’y consacrer du temps dans leur loisir.
Je ne parle pas ici de photographier avec un téléphone portable, la démarche et la finalité sont, je le pense, différentes.

La réalité est bien là, les boitiers numériques sont conçus avec dans leur menu une multitude de réglages incorporés qu’il faut savoir appréhender et programmer à bon escient, se présentant le plus souvent comme un véritable labyrinthe où beaucoup s’y perdent, se découragent et, du coup, se retrouvent seul pour utiliser ce bel appareil qu’ils ont acheté parfois très cher ou qu’on leur a offert.
Alors l’envie de photographier disparait, se transforme en déception et malheureusement, en désespoir de cause, l’appareil va retourner dans son coffret d’origine.

Fort de cette longue observation et après ce constat dans mon entourage, j’ai donc proposé en septembre 2018 à une association culturelle locale de ma petite bourgade de la métropole dijonnaise, association Postscolaire Culturelle et Sportive Daixoise, de donner bénévolement et humblement des cours de pratique photographique deux fois par mois, complétés par une balade photographique pratique, un samedi après-midi.
Ces cours sont destinés à des personnes d’âge avancé possédant déjà un appareil numérique qu’ils n’utilisaient plus, ou peu depuis longtemps.
Quinze personnes des environs se sont inscrites très vite à ces cours abordables et progressifs, que j’ai conçus pédagogiquement sous la forme d’un diaporama, présenté à l’aide de la video-projection.
Des cours sur le fonctionnement d’un boitier, avec prise en main pratique sur celui de chacun, comme de son ou de ses objectifs, techniques de prise de vues, mise au point, autofocus, profondeur de champ, utilisation des collimateurs, modes de prises de vues, priorité en manuel…bref une découverte pas à pas de l’outil numérique.
S’ajoute aussi ici, et j’y accorde beaucoup d’importance, un apprentissage très important à la lecture des images, comme à l’analyse de la photographie d’un maitre. Enfin, aujourd’hui, deux années après le début de cette expérience de “passage”, une approche à la prise de vue de portrait en studio.

Cet engagement personnel, c’est l’occasion de transmettre mes différentes expériences de terrain, (celles recueillies durant plus de quarante cinq années, celles de mes rencontres avec de grands noms de la photographie) de livrer mes quelques connaissances techniques acquises dans des secteurs et domaines très variés de la photographie (cf biographie).
Ces rencontres sont, je vous l’assure, un vrai bonheur celui de pouvoir tout simplement donner et partager dans une convivialité retrouvée, les multiples petits “trucs pratiques utiles” les conseils techniques qui rassurent chaque propriétaire amateur de cet appareil photo numérique. Certes beaucoup d’entre eux ont pourtant touché il y a des années à la photographie argentique mais cet objet numérique les avait presque effrayés, bien qu’on leur ait dit souvent que tout était simple dans l’utilisation.

C’est donc également l’occasion de faire partager aux quinze membres de cet atelier photo associatif, une manière de regarder tout autour de soi, de redécouvrir tout ce que l’on n’a plus forcement l’habitude de voir faute de ce “temps” qui passe si vite. La nature et le monde sont pourtant là, sous leurs yeux, et leur donner des conseils pour saisir des instants en photographie, est pour moi un vrai privilège.
Le retour de cet engagement pour la transmission est d’une richesse insoupçonnable: c’est “le don et le contre-don” c’est avec satisfaction le plaisir de voir ce que ressentent “ses élèves”. Vous le savez, il arrive aussi que l’élève dépasse son maître, ce jour là c’est une récompense! Ainsi va la transmission…de nos petits savoirs.

Enfin, dans ce choix de transmettre mes connaissances, j’ai aussi proposé d’organiser durant les vacances de printemps 2019, une journée dite “découverte de la photographie”, au profit des petits-enfants des membres de l’atelier, présents eux aussi, mais cette fois-ci comme spectateurs. Une belle rencontre.

Demain je vous parlerai des “similitudes ou des différences” contenues dans un instant photographique.

Jacques Revon
Jacques Revon est photographe, journaliste d'investigation et grand reporter français. Reportages humanitaires, conflits divers, rallyes aériens, sujets économiques et sociaux, médicaux et scientifiques, échanges culturels, tournés dans de nombreux pays… Il réalise de nombreux reportages pour France 3 dans le domaine du jazz, et en photographie pour Culture Jazz et Media Music, il couvre de nombreux festivals.

You may also like

En voir plus dans L'Invité.e