Interview Art ContemporainOtherSide

L’Urbanisme culturel selon Manifesto : rencontre avec Yvannoé Kruger, directeur artistique

Temps de lecture estimé : 6mins

Le Grand Paris poursuit sa mue et les artistes en sont de véritables ambassadeurs. Pour certains promoteurs immobiliers qui veulent donner du sens et valoriser leur projets de requalification urbains, il est utile de passer par des facilitateurs de rencontres avec des artistes en recherche d’espaces de création. C’est l’ambition de Manifesto qui a déjà fait ses preuves dans ce domaine à l’Orfèvrerie (Saint Denis). Nous découvrons leur tout nouveau projet POUSH, incubateur d’artistes à Clichy à l’occasion des portes ouvertes de cet imposant immeuble de bureaux qui surplombe le périphérique.

Construit dans les années 197O, il accueille au départ une trentaine d’artistes sur 3 étages, rapidement rejoints par 60 autres, sous la direction artistique de Yvannoé Kruger. Manifesto lance dès à présent un nouvel appel à candidatures pour les autres espaces disponibles et une programmation singulière autour de différents partenaires potentiels. L’objectif est double : à la fois accélérer la mutation du patrimoine bâti délaissé et donner un coup de poush aux artistes, comme le rappelle Yvannoé Kruger qui a répondu à nos questions.

Quel est l’ADN de Manifesto ?

Manifesto est une agence qui met en relation des artistes et des entreprises ou des entités qui ont un désir d’art. L’entreprise participe à diverse travaux de production artistique et d’urbanisme culturel comme la direction artistique du Grand Paris Express et du Village des athlètes. Elle a aussi lancé l’Orfèvrerie, premier projet d’occupation temporaire dans une ancienne usine qui, comme celui de POUSH, fédère un certain nombre d’artistes et d’énergies, bien au-delà de nos missions de départ. On est venus nous chercher à chaque fois et nous nous sommes pris au jeu de cette aventure exigeante car en plus d’accueillir les artistes, nous souhaitons vraiment les accompagner.

Mode de fonctionnement de POUSH

L’engagement est réciproque et la résidence est payante pour les artistes même si les prix restent relativement bas. Nous offrons un service de production et de soutien administratif et juridique avec des experts qui interviennent plusieurs fois par mois, mais également un suivi artistique que j’assure. Notre équilibre est assez précaire en cette sortie de COVID car nous avons offert des mois de loyer, ce que peu d’autres ont proposé… Nous testons actuellement le projet, et son modèle économique en essayant de développerd’autres sources de revenus. Tout le monde doit faire de grands efforts pour faire tourner ce type de bâtiment avec beaucoup de travaux à faire pour aménager les ateliers. Rien que d’arracher la moquette ou de gérer les déchets sur le site, cela s’est vite révélé assez complexe !

Mode de recrutement des artistes

Nous sommes partis de nos réseaux internes, des artistes qui ont quitté l’Orfèvrerie, ceux que l’on connaissait déjà pour tester ce type d’espace… Au départ, il est conçu pour des bureaux ; étonnamment les salariés ne veulent plus être dans des espaces de bureau mais des friches rénovées façon loft tandis que les artistes qui étaient dans des friches, se retrouvent dans des bureaux. Peut-être que les artistes vont réussir à rendre de nouveau les bureaux cool, c’est un peu notre défi ! Notre première tentative a concerné une trentaine d’artistes pour arriver rapidement à 90 et après une première sélection expérimentale un appel à candidatures est en cours jusqu’au 9 juillet minuit pour aller à la rencontre de nouvelles familles d’artistes.

La programmation de la soirée de lancement :

En plus des ateliers des 90 artistes, sont également à découvrir plusieurs expositions curatées :

L’exposition Programme Spécial au sein de laquelle seront amenés à interagir divers acteurs, scientifiques, historiens d’art, critiques sous le commissariat de La Méditerranée avec la complicité de Gaël Charbau et moi-même, rassemblant 18 artistes dont certains collaborent depuis un moment avec Gaël.

L’exposition Y prendre le monde en réparation de Paul Créange, qui a initié ce projet d’inviter des artistes autour de la notion de la réparation et la mutation technologique, avec Julie Villard & Simon Brossard, Paul Descoings, David Douard, Romain Lecornu, Jack Rothert-Garcia et Anna Solal.

Bodega, la future cuisine/espace de convivialité de POUSH inventée dans un espace de bureau par l’artiste Hugo Avigo et le designer Thomas Ballouhey (Carpenters Worshop).

L’artist run space Exo Exo à Belleville propose aussi un accrochage spécial avec Julie Villard & Simon Brossard, Cécilia Granara, Ben Elliot et Antoine Donzeaud.

Une volière avec Laura Garcia Karras, Rafael Herman, Iseult Perrault, Thomas Van Reghem et Rebecca Topakian.

Enfin The Community, autour de quatre années d’archives et les créations de ses proches collaborateurs.

Quel est votre parcours ?

J’ai travaillé 5 ans au Palais de Tokyo avec Jean de Loisy autour des projets spéciaux et des performances aux côtés de Vittoria Matarrese. Commissaire, j’ai proposé pendant le confinement « Lonely, Spaced In Lost », exposition virtuelle immersive avec notamment les artistes Pierre Pauze (relire notre interview) et Nelson Pernisco (relire notre interview). Avant de rejoindre Manifesto en 2017 en tant que conseiller artistique.

Quels sont vos objectifs ?

La visibilité est la priorité numéro 1 pour les artistes et nous allons organiser des visites de collectionneurs ou autres personnes qui peuvent les aider. C’était un pari d’ouvrir en cette période de déconfinement mais repousser après l’été aurait été une grande perte de temps, aussi tout le monde a retroussé ses manches pour y arriver ce soir !

Nous tissons déjà plusieurs liens avec le territoire et les réseaux des écoles d’art et lieux du Grand Paris.

Nous avons un an pour ce premier test grandeur nature de notre incubateur artistique, nous espérons prolonger ici et trouver un lieu pérenne.

Les artistes actuellement en résidence : Bruno Albizzati, Dana Armour, Alex Ayed, Thomas Ballouhey, June Balthazard, Lucile Boiron, Guillaume Boisset, Bianca Bondi, Julia Borderie, Elsa Brès, Lionel Catalan, Elliot Causse, Grégory Chatonsky, Salomé Chatriot, Caroline Chauvelot, Boris Chouvellon, Pierre Clement, Paul Créange, Caroline Corbasson, Sylvain Debelfort, Antonin Detemple, Armand Debenoist, Anders Dickson, Julien Discrit, Antoine Donzeaud, Theodore Dumas, Margot Duvivier, Julian Farade, Samuel Fasse, Pauline Guerrier, Laurent Giannesini, Raphaël Giannesini, Dea Gjinovci, Marine Giraudo, Antoine Goldet, Charles Hascoët, Juan Ignacio Lopez, Livia Johan, Solène Kerlo, Léa Klein, Victoria Koshelva, Charlotte Khouri, Clémence de la Tour du Pin, Lev Ilizirov, Martin Laforêt, Antoine Larrera, Anaïs Lelièvre, Eloïse le Gallo, Anaïs Leroy, Matthew McWilliams, Jan Melka, Garush Malkonian, Angelica Mesiti, Léa Mestres, Marie-Luce Nadal, Pierre Pauze, Agathe Pollet, Octave Pote, Thomas Reghem, Clara Rivault, Dimitri Robert, Christophe de Rohan Chabot, Chloé Royer, Honora Ryan, Alexandre Samson, Ugo Schildge, Elodie Seguin, Flip-Andreas Skrapic, Zoé Sylvestre, Abi Tarik, Marilou Thiébaut, Melchior de Tinguy, Rebecca Topakian, Sarah Valente, Thomas Van Reghen, Victor Vaysse, Manon Wertenbroek, Simon Zaborski.(Collectifs) The Community, Exo Exo, First Laid, Rotolux

INFOS PRATIQUES :
POUSH
Artistes, consulter l’appel à candidatures est en cours jusqu’au 9 juillet 2020
6 Boulevard du Général Leclerc
92110 Clichy
Le manifeste, l’équipe, les autres projets :
http://manifesto.paris

Marie-Elisabeth De La Fresnaye
Après une formation en littérature et histoire de l'art, Marie de la Fresnaye intègre le marché de l'art à Drouot et se lance dans l'événementiel. En parallèle à plusieurs années en entreprise dans le domaine de la communication éditoriale, elle créé son blog pour partager au plus grand nombre sa passion et expertise du monde de l'art contemporain et participe au lancement du magazine Artaïssime. http://fearofmissingout.over-blog.com

    You may also like

    En voir plus dans Interview Art Contemporain