Interview Art ContemporainOtherSide

Interview avec Eva van Diggelen, curatrice Kunsthal Rotterdam (Pays-Bas)

Temps de lecture estimé : 9mins

Nous poursuivons notre tour d’horizon des grands musées des Pays-Bas avec le Kunsthal Rotterdam, véritable icône architecturale signée Rem Koolhaas tout en transparence, ce qui offre un point de vue inégalé sur les oeuvres et le parc extérieur qui relie les principaux musées de la ville. Sans collection, ce lieu emblématique aux propriétés aussi esthétiques que fonctionnelles, propose de très nombreuses expositions. Curatrice depuis 2015, Eva van Diggelen nous dévoile les temps forts de la programmation à venir tout en soulignant l’impact de la crise.

L’exposition “Youthquake. The Desire for Eternal Youth” traitera du jeunisme et du narcissisme des réseaux sociaux, et “We are Animals” de notre relation ambiguë aux animaux domestiques souvent mis en scène en ces temps de confinement. Avec “Nature morte”, l’exposition et le livre : Six jeunes photographes de Rotterdam ont été sélectionnés par la Fondation Droom en Daad pour témoigner de l’impact de la pandémie sur nos vies urbaines, tandis que le photographe britannique et néerlandais Merlin Daleman nous livre son Brexit. Même si la Rotterdam Art Week a malheureusement été repoussée en 2021 et le musée toujours fermé, il est essentiel de continuer à parler et soutenir toutes ces initiatives.

Portrait d’Eva van Diggelen

Le Kunsthal a cette spécificité de ne pas avoir de collection, comment cela influence-t-il votre programme d’exposition et vos choix ?

Le Kunsthal est en constante transformation, et avec ses expositions qui changent régulièrement, il est capable d’offrir des croisements entre différentes disciplines artistiques. Des maîtres de l’art moderne à l’art contemporain en passant par les cultures lointaines, la photographie, la mode et le design. Le programme d’expositions du Kunsthal lui confère une portée nationale et un rayonnement international. Le Kunsthal n’est pas un musée, et ne souhaite pas l’être. Le fait de ne pas avoir sa propre collection donne au Kunsthal une liberté absolue, et c’est l’utilisation optimale de cette liberté qui fait sa force. Le programme d’expositions et d’activités est réalisé avec un taux de rotation élevé destiné à un public varié.

Still Life The Van den Bosch family, Rotterdam-North,1 May 2020. Ira (3) is currently home all day every day and sets the mood in the house. Photo: Naomi Modde

Nature morte, l’exposition et le livre : Six jeunes et talentueux photographes de Rotterdam ont été mandatés par la Fondation Droom en Daad pour témoigner de l’influence du nouveau virus sur notre vie quotidienne. Pourquoi est-il important pour votre musée de soutenir ce projet dans cette ère post-pandémique ?

Tout d’abord, nous trouvons qu’il est très important de soutenir de jeunes artistes, comme ces merveilleux photographes de Rotterdam. Bien qu’elles aient été prises dans la ville de Rotterdam, les photographies de ces séries sont révélatrices de ce qui se passe dans de nombreuses villes du monde entier. Même si nous espérions que les photos seraient présentées à l’ ère post-pandémie, les photos du premier confinement se trouvent maintenant aussi en confinement, ce qui est un peu surréaliste. Dans nos expositions variées, nous aimons toujours aborder des sujets d’actualité. Il est important de réaliser et de montrer ce genre de documents d’actualité. Après l’exposition, toutes les séries photographiques complètes seront incluses dans la collection des Archives de la ville de Rotterdam.

Still Life Loes van Duijvendijk, The seats of the McDonald’s on the Meent, Sunday 22 March 2020, 6:09 PM.

Comment le programme d’expositions a-t-il été impacté par la crise ? et la stratégie numérique a-t-elle été efficace ?

Le programme d’expositions a été affecté de telle manière que nous avons dû reprogrammer certaines de nos expositions l’année dernière. Par exemple, nous avons reporté notre grande exposition sur Alexander Calder à l’automne de cette année, dans l’espoir de pouvoir accueillir à nouveau un grand nombre de spectateurs. Nous avons également prolongé certaines de nos expositions, afin d’augmenter le nombre de visiteurs potentiels et de réduire les coûts.

En ce qui concerne la stratégie numérique, nous avons déjà organisé plusieurs événements “hybrides” qui ont eu lieu en ligne et hors ligne. Comme une masterclass donnée par le célèbre DJ néerlandais Isis, la prévisionniste de tendances Lidewij Edelkoort, et l’événement pour enfants À plus tard, illustrateur ! où les enfants créatifs peuvent dessiner avec un poète et un illustrateur. Nous avons également lancé un programme en ligne très réussi pour les écoles : Kunstbuzz !

Paola Pivi, Have you seen me before?, 2008, Courtesy the artist and Perrotin, photo: Daniel Firman/Perrotin

Pendant la semaine de l’Art Rotterdam, le Kunsthal organise l’exposition “We are Animals”, pourquoi avez-vous choisi ce sujet ?

L’exposition “We Are Animals” révèle le règne animal de l’art contemporain. Elle montre la relation entre les êtres humains et les animaux, et révèle comment nous, en tant qu’humains, nous voyons et essayons de mieux nous comprendre à travers les animaux. Sculptures d’ours polaires à plumes, installations avec des loups sauvages, peintures monumentales de chats en peluche et photographies poignantes de zoos : cette sélection provocante d’œuvres a donné lieu à une exposition passionnante et incontournable qui donne matière à réflexion. We Are Animals” explore les différents aspects de la relation entre l’homme et l’animal. Les œuvres expriment des points de vue originaux sur la manière dont les humains manipulent d’autres espèces animales, ou célèbrent et apprécient les animaux en tant que créatures miraculeuses dans lesquelles nous pouvons reconnaître une grande partie de nous-mêmes. Ce thème est à la fois intemporel et très actuel. À notre époque, nous contemplons de plus en plus notre façon traditionnelle de traiter les animaux et nous réfléchissons à la façon dont nous affectons la nature en tant qu’êtres humains.

Malheureusement, la semaine de l’art de Rotterdam a été reportée à l’été 2021, mais “We Are Animals” ouvrira dès que le Kunsthal ouvrira à nouveau ses portes.

Des animaux comme les chats sont massivement commentés et partagés sur Internet, comment les artistes révèlent-ils un tel phénomène ?

L’artiste Martin Eder, par exemple, a peint des tableaux très agrandis de chats sur Internet qui semblent adorables au premier abord. Cependant, le tableau qui fait près de quatre mètres de large, donne aux chatons des yeux aussi grands que des tasses de thé, et soudain, leur douceur prend un tour névrotique. Les mignons animaux deviennent monstrueux. De plus, ils sont disposés dans un paysage de couleurs psychédéliques. On a l’impression que les chatons monstrueux sont un “mème” géant, un cocktail d’éléments synthétiques photoshoppés, proche du flux d’images incessant d’Internet.

Merlin Daleman Anaby Road, Kingston upon Hull, England, 2017

Comment l’exposition”Calder MAINTENANT” offre t-elle une nouvelle vision de Calder à travers notamment son influence sur l’art et les artistes contemporains ?

Pour la toute première fois, l’influence durable et incontestable que ce grand maître a exercée sur l’art contemporain sera explorée et montrée. Alexander Calder (États-Unis, 1898-1976) a été l’instigateur d’une révolution novatrice au sein de la sculpture moderne. Dans sa recherche de l’absolu dans la forme, le mouvement et l’immatérialité, Calder a réussi à repousser sans cesse les limites de ses sculptures, et est devenu une source d’inspiration pour des générations d’artistes successives.

Calder MAINTENANT” présente une nouvelle vision de l’œuvre de Calder et de sa place dans l’histoire de l’art. Outre plus de vingt œuvres d’Alexander Calder, l’exposition présentera des œuvres d’artistes contemporains, dont Olafur Eliasson, Žilvinas Kempinas, Ernesto Neto, Aki Sasamoto et Sarah Sze. Ces artistes sont tous influencés par les principaux domaines d’intérêt de Calder, tels que la lumière et la réflexion, le mouvement, la fugacité et la conception architecturale. Des installations époustouflantes qui défient la gravité, des sculptures qui provoquent des expériences optiques extraordinaires et des œuvres qui font appel à tous les sens révèlent de nouvelles connexions avec l’œuvre emblématique de Calder.

L’exposition est réalisée en étroite collaboration avec les commissaires invités Dieter Buchhart et Anna Karina Hofbauer, ainsi qu’avec la Fondation Calder à New York.

L’exposition multimédia Youthquake témoigne de la manière dont la culture visuelle célèbre notre désir de jeunesse éternelle, pouvez-vous nous en dire plus ?

L’exposition multimédia Youthquake montre le désir éternel de jeunesse. À l’aide de la mode, de la photographie et de la vidéo, le Kunsthal montre comment la jeunesse est devenue la norme et est abondamment célébrée dans notre culture visuelle et notre mode de vie. La fontaine mythique de la jeunesse éternelle est au cœur de l’exposition spectaculaire conçue par la maison de mode multidisciplinaire MAISON the FAUX. Un tourbillon de mini-moi historiques, de mannequins adolescents sur les podiums et d’oiseaux de paradis âgés constitue le point de départ audiovisuel de cette exposition qui montre comment la mode, le marketing et les médias (sociaux) sont devenus captivés par la jeunesse. Une exposition éblouissante sur les enfants adultes et les jeunes seniors.

Kunsthal museum de nuit © Ossip Van Duivenbode

Kunsthal l’auditorium photo Jeroen Musch

Quels seront les plus grands défis pour les expositions des institutions culturelles dans les années à venir face à cette crise ?

2021 sera une année difficile pour le Kunsthal, tant sur le plan financier et organisationnel comme pour toutes les institutions culturelles, mais nous continuons et avons préparé un programme passionnant pour notre public. En 2020, nous avons appris à être encore plus flexibles que nous ne l’étions déjà et nous profiterons de cette expérience pour continuer à nous adapter aux incertitudes de cette période.

Infos pratiques :
En cours : Merlin Daleman, My Brexit
Nature more
Youthquake. The Desire for Eternal Youth
Du 23 janvier au 13 juin 2020
We are animals
Du 5 février au 23 mai 2020
Kunsthal Rotterdam
Museumpark, Westzeedijk 341
3015 AA Rotterdam
Pays-Bas
https://www.kunsthal.nl/

Marie-Elisabeth De La Fresnaye
Après une formation en littérature et histoire de l'art, Marie de la Fresnaye intègre le marché de l'art à Drouot et se lance dans l'événementiel. En parallèle à plusieurs années en entreprise dans le domaine de la communication éditoriale, elle créé son blog pour partager au plus grand nombre sa passion et expertise du monde de l'art contemporain et participe au lancement du magazine Artaïssime.

You may also like

En voir plus dans Interview Art Contemporain