Temps de lecture estimé : 5mins

Pour sa deuxième carte blanche, notre invitée de la semaine, la commissaire d’exposition indépendante, Béatrice Andrieux, a choisi de nous présenter le travail de l’artiste photographe française Claire Adelfang. Elle vient de réaliser une commande photographique au domaine national de Versailles. « Hors-scène », un corpus photographique présenté à la galerie Rabouan Moussion dès le 7 mai prochain sous la direction de notre invitée…

La rencontre avec Claire s’est faite pendant le 1er confinement. Un ami commissaire moins spécialisé en photographie m’a proposé de l’aider. Elle venait de quitter la galerie Ropac. Ensemble nous avons postulé pour le Prix BMW Art Maker avec un très beau projet intitulé Botanica Monumenta qui hélas n’a pas été retenu mais nous avons fait partie des 10 pré-sélectionnés. Nous continuions notre collaboration avec le texte que je lui ai écrit pour sa première exposition la galerie Rabouan Moussion.

Claire Adelfang
Le Pavillon français – Intérieur II, 2015
Photographie couleur argentique
120 x 120 cm © Claire Adelfang

Claire Adelfang
Le théâtre de la Reine – Intérieur I 2015
Photographie couleur argentique
120 x 120 cm © Claire Adelfang

Hors-scène
Claire Adelfang

Diplômée des Beaux-Arts de Paris en 2010, Claire Adelfang s’est rapidement tournée vers la pratique de la photographie avec une attention particulière pour la représentation architecturale. Une architecture industrielle, militaire ou bien patrimoniale mais privée de présence humaine que l’on devine par les vestiges laissés dans les bâtiments historiques représentés. Pour autant, son approche ne s’apparente pas à celle d’une historienne ni d’une d’archéologue. Elle s’accorde plutôt à scruter les détails périphériques et ce qui n’est pas visible à première vue. Dans chacune de ses séries, son protocole demeure identique, avec l’utilisation d’un format carré et de compositions frontales serrées. Ses grands formats lui permettent de s’immerger pleinement au cœur d’un élément allant jusqu’à atteindre une forme d’abstraction. Claire Adelfang prolonge à dessein le mystère des lieux au travers d’œuvres inédites du domaine de Versailles et du Palais Garnier.

Claire Adelfang
La Petite Ecurie – Intérieur III, 2015
Photographie couleur argentique
120 x 120 cm © Claire Adelfang

Claire Adelfang
La Chapelle royale – Le Grand Orgue I 2021
Photographie couleur argentique
120 x 120 cm © Claire Adelfang

Claire Adelfang
Palais Garnier – Salle des cabestans I, 2017
Photographie couleur argentique
120 x 120 cm © Claire Adelfang

Invitée à réaliser une commande photographique par l’Etablissement du château, du musée et du domaine national de Versailles, Claire Adelfang redécouvre ce haut lieu historique et particulièrement la Petite Ecurie qui accueille des moulages et des sculptures du musée du Louvre. En les voyant, elle devine la puissance théâtrale de l’espace. Par le jeu des lumières, elle réussit à composer une mise en scène où la narration devient évidente. Pénétrer dans le Belvédère, le Pavillon français, lieux qui avaient vocation à servir de salon de musique, puis le Théâtre de Marie-Antoinette, permet à Claire Adelfang d’aborder une notion plus intime et intemporelle. Ce qui l’anime, c’est la représentation de l’architecture, comme théâtre domestique et théâtre de l’Histoire. Elle retient de ces lieux chargés d’histoires la portée d’une mémoire musicale. Volontairement, elle joue du paradoxe de se trouver dans un lieu historique pour essayer de tendre vers une abstraction temporelle. Son rapport avec la modulation de la lumière est également déterminant dans la construction de ses images.

Elle poursuit son exploration du Palais Garnier débutée en 2015 en pratiquant le même « modus operandi ». Cette fois, elle ausculte la partie du souterrain, notamment la crypte et la salle des cabestans pour remonter jusqu’à la partie immergée pleine de faste et de spectaculaire visible avec l’imposant format du grand lustre. De nouveau, elle fait un pas de côté en se situant hors-temps et hors-champ. Par l’utilisation même du format, elle bouscule les codes classiques de la prise de vue architecturale traditionnellement peu encline au format carré pour resserrer son sujet. Le volume des espaces s’en trouve sublimé par le jeu des lumières, toujours naturelles.

Claire Adelfang
Palais Garnier – Le grand lustre; 2017
Photographie couleur argentique
120 x 120 cm © Claire Adelfang

Claire Adelfang
Palais Garnier – Loge de Fanny Heldy I, 2022
Photographie couleur argentique
120 x 120 cm © Claire Adelfang

Claire Adelfang
Palais Garnier – Loge de l’Empereur I, 2022
Photographie couleur argentique
140 x 140 cm © Claire Adelfang

Le « Hors scène » de Claire Adelfang devient une composition musicale et théâtrale avec des respirations, des rythmes différents, des moments de grâce pour mieux réanimer les lieux -dont elle aime à rappeler « la puissance évocatrice de l’envers du décor qui permet de se resituer dans un autre espace-temps » et les faire vibrer de nouveau.

INFORMATIONS PRATIQUES

sam07mai(mai 7)10 h 00 minsam11jui(jui 11)19 h 30 minHors-scèneClaire Adelfang Galerie Rabouan Moussion, 11 Rue Pastourelle, 75003 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    En voir plus dans L'Invité.e