Temps de lecture : 2 minutes et 5 secondes

Cette semaine, 9 lives accueille sa nouvelle invitée : Esther Woerdehoff, fondatrice et propriétaire de la galerie du même nom. Née en Suisse, elle est installée à Paris depuis 25 ans. C’est une vrai ambassadrice de la photographie. Une voyageuse qui sans cesse parcourt le monde, en Europe, à New York ou au Japon pour défendre ses artistes sur des foires ou des festivals.

Elle rentre tout juste d’une semaine de retraite intense à Göttingen, où elle a terminé, avec l’éditeur Gerhard Steidl, trois éditions d’un livre consacré au photographe suisse Karlheinz Weinberger (1921-2006), un artiste encore peu connu du le grand public et dont elle a acquis le fonds.

Elle est productrice de la première grande rétrospective de Karlheinz Weinberger aux Rencontres d’Arles, dont François Cheval est le commissaire. Une photo de cette exposition fait l’affiche des RIP.

Le portrait chinois d’Esther Woerdehoff

Si j’étais un(e) artiste (tous domaines confondus): Je serai une danseuse. J’ai tendance à m’accrocher et donc à m’endurcir. Mais l’entraînement quotidien des alignements précis, de la souplesse et des gestes fluides crée une vibration dans le corps et dans l’esprit qui m’aide aussi dans mes décisions professionnelles.
Si j’étais un livre : Je voudrais porter les écrits de Robert Walser, Julian Barnes, Ian McEwan ou Haruki Murakami.
Si j’étais un film : Je souhaite être réalisé par Gus Van Sant, Steve McQueen ou Jim Jarmusch
Si j’étais un morceau de musique : Je voudrais être récité par l’inclassable Klaus Nomi avec sa voix de baryton-basse mêlée à celle de contre-ténor. Ou chanté par la voix grave de Petra Haden, dans une composition avec Bill Frisell. Aussi la voix lyrique mezzo-soprano, glaciale, rond et profonde, de Anne Sofie Von Otter me parle énormément.
J’aime l’espace vide que certaines voix arrivent à créer autour d’elles.
Si j’étais un photo accrochée sur un mur : Grimsel du photographe suisse Christian Vogt, exposé à Photo Basel du 14 au 20 juin prochain
Si j’étais une citation : La vrai générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent. Albert Camus
Si j’étais un sentiment : L’enthousiasme pour faire monter l’énergie et la méditation pour approfondir cette dernière dans un paix intérieure.
Si j’étais un objet : Mon fauteuil Wassily couleur pomme verte de Marcel Breuer
Si j’étais une expo : Je voudrais me nommer Karlheinz Weinberger, Swiss Rebels, être vue aux Rencontres d’Arles et faire ensuite le tour du monde.
Si j’étais un lieu d’inspiration : Je serais une forêt de sapins enneigés au haut du Jura, ou la nef vide d’une cathédrale romane.
Si j’étais un breuvage : Je voudrais être pressée de jus de carotte, jus de betterave, jus de pamplemousse et jus de citron (pour l’ordre des couleurs)
Si j’étais un héros/héroïne : Je ferais comme toutes ces femmes et ces hommes qui ne se lassent pas, malgré toutes les circonstances qui veulent gratter notre joie et nuire à notre élan, de vivre leur passions. Ne pas se laisser abattre est une attitude politique.
Si j’étais un vêtement : Je serais aussi élégante, légère et simple que mon costume signé Paul Smith.

Toute le semaine, retrouvez la carte blanche de notre invitée :
Carte blanche à Esther Woerdehoff : Karlheinz Weinberger, Swiss Rebels (mardi 6 juin 2017)
Carte blanche à Esther Woerdehoff : La poubelle, la chance du vide ou que faire de ses photos? (mercredi 7 juin 2017)
> Carte blanche à Esther Woerdehoff : Un bon tri, René Groebli (jeudi 8 juin 2017)
La Playlist de Esther Woerdehoff (vendredi 9 juin 2017)

http://ewgalerie.com

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Captcha loading...

X
X