12066 Views |  7

Suite un accord entre l’Association Visa pour l’image et le ministère de la culture, les photographes exposés seront rémunérés !

Temps de lecture : 1 minute et 16 secondes

C’est la bonne nouvelle que beaucoup attendait, au début de l’été dernier, nous apprenions que le festival des Rencontres d’Arles allait pour la première fois, en 48 ans, payer des droits d’auteurs aux photographes, aujourd’hui c’est au tour du festival Visa pour l’image d’annoncer que les photoreporters exposés seront rémunérés à partir de cette 30ème édition !

Il s’est donc signé cette semaine, un accord stipulant que l’association Visa pour l’image avec l’appui du ministère de la culture allait rémunérer 1000 euros de droits d’auteur à chaque photographe exposé. Une décision institutionnelle que nous espérons voir se propager rapidement.

« Je suis bien évidement ravi de cette décision. Arles, a annoncé qu’ils paieraient 500€ par exposant, nous nous avons décidé d’en payer 1000, mais l’association Visa pour l’image n’aurait pas pu le faire sans le soutien du ministère de la culture.
J’avais exprimé ma volonté que cette solution soit pérenne, c’est ce qui est dit dans le communiqué, mais c’est à prouver car si il y avait un remaniement et que le nouveau ministre décide de ne plus nous aider, on ne pourrait pas suivre… »
– 
Jean-François Leroy

On pourra regretter cependant que la rémunération concerne uniquement les photographes exposés et non les photographes dont les travaux sont projetés lors des soirées au Campos Santos.

Sans le coup de gueule de la part de toute la profession et la tribune #Payetaphoto publiée au début de l’été, nous pouvons penser qu’il n’y aurait pas eu de réaction de la part des institutions.
Une partie ou la totalité de ce financement est donc pris en charge par le ministère de la culture. Ce ministère pourra t-il donc soutenir toutes les manifestations culturelles afin d’assurer une rémunération aux auteurs ? Il est probable que non, alors est-ce logique d’aider en priorité des festivals qui reçoivent déjà d’importantes subventions publiques ? Ces dernières ne devraient-elles pas déjà assurer le paiement des auteurs ? La question se pose…

A LIRE : 
Visa pour l’image, un festival qui ne rémunère pas les droits d’auteur ? Le Coup de gueule de Jean-François Leroy
Tout va bien madame la marquise… Quand les photographes sont au bord de l’asphyxie