Temps de lecture : 4 minutes et 12 secondes

La Résidence 1+2 se veut devenir une véritable pépinière de jeunes photographes et un réseau d’entreprises et institutions, sensibles aux expressions artistiques. La Factory est un programme de résidence en entreprises ou en institutions où un.e photographe propose un regard d’auteur inédit sur la structure concernée en revisitant son identité, son histoire, ses modes opératoires, sa production, ses savoir-faire. Voici le programme 2019 !

RÉSERVE NATURELLE DE LA CONFLUENCE GARONNE-ARIÈGE
Photographe : Adrien Basse-Cathalinat

Après Hélène Bellenger, lauréate de la Factory 2018 à la Cinémathèque de Toulouse (une série exposée aux Rencontres d’Arles 2018, au Festival Circulations et au centre photographique de l’Hôtel Fontfreyde en 2019), Adrien Basse-Cathalinat, lauréat de la Factory 2019, réalise une série inédite sur les crues et l’inondabilité de la zone humide de la Confluence Garonne-Ariège. En partenariat avec l’association Nature En Occitanie, il pose un regard poétique et interrogatif sur ces espaces fragiles.

Située dans une plaine inondable au sud de Toulouse, la zone humide à la confluence de la Garonne et de l’Ariège est un milieu fragile soumis au phénomène naturel des crues. Bien que nécessaires au bon fonctionnement des écosystèmes présents, de multiples facteurs liés à l’activité humaine entraînent une augmentation des dégâts matériels et humains avec des phénomènes de plus en plus violents.
Dans la continuité de ses travaux précédents, Adrien Basse-Cathalinat propose avec son projet Confluence une vision poétique de ces espaces fragiles et questionne les rapports qu’entretient l’Homme avec la Nature. La position de domination et la recherche de maîtrise des phénomènes naturels entraînent des bouleversements dont la compréhension scientifique nous donne depuis peu la mesure. Par une recherche plastique et l’association de données graphiques à ses photographies argentiques, il marque la transition d’une étude fondamentale vers une confrontation réelle aux sujets écologiques actuels. L’art comme la science tissent des liens entre l’Homme et son environnement, et ce corpus inédit témoigne d’un équilibre fragile à conserver.

Né à Pau en 1989, Adrien Basse-Cathalinat est un photographe autodidacte vivant entre Toulouse et son Béarn natal. Très tôt passionné par l’image, c’est sa rencontre avec le photographe Jean-Luc Chapin (Agence VU) qui façonne sa pratique photographique. Particulièrement touché par la poésie de l’auteur et par sa vision de la nature, Adrien l’assiste quelque temps dans ses projets. Cette rencontre décisive imprègne durablement son travail et l’oriente vers la construction progressive d’une démarche artistique autour de deux axes majeurs : la notion d’identité pyrénéenne et la relation qu’entretient l’Homme avec le paysage environnant. Ainsi, en complément de ses projets photographiques, Adrien Basse-Cathalinat approfondit ses recherches avec un cycle d’études universitaires en sociologie à l’Université Toulouse Jean-Jaurès.
http://www.adrienbasse.com

AÉROPORT DE TOULOUSE FRANCAZAL À CUGNAUX
Photographe : Cloé Harent

Cloé Harent est lauréate de la deuxième Résidence 1+2 Factory mise en place en 2019, en partenariat avec la société Edeis, qui assure la gestion d’une partie du site de l’aéroport de Francazal à Cugnaux (territoire de Toulouse Métropole).
En 1912, le Capitaine Edouard Barès part à la recherche d’un terrain d’envol. Son choix s’arrête sur le lieu-dit «Franc-Cazals». Ces champs vides inspirent. En 1934, l’histoire naît, les «Hommes-oiseaux» de l’armée de l’air atterrissent sur la base 101 Toulouse-Francazal. De 1942 à 1944, la base est occupée par les troupes allemandes. En 1946, la base décide de créer le CIET. Sa mission : permettre à tout équipage du transport aérien militaire, d’exécuter toute mission logistique et tactique en temps de paix comme en temps de guerre. En 2009, la base ferme en y laissant seulement les os. Dix années après, Cloé Harent a photographié durant deux mois cette friche industrielle au patrimoine remarquable.

Née à Castelnaudary en 1998, Cloé Harent est une photographe diplômée de l’ETPA (Ecole de Photographie et de Game Design) à Toulouse. En 2019, elle obtient son diplôme avec la mention «Prix Spécial du Jury». Cloé Harent expérimente une nouvelle approche de la photographie documentaire en associant des formes plastiques de natures différentes. Elle cherche à faire naître les conditions d’un dialogue entre images floues, images d’archives et approche topographique du paysage. Pour mieux comprendre le présent, elle convoque les traces sensibles du passé. Les notions de mémoire et de temps qui passe sont également au coeur de sa recherche photographique.
http://www.cloeharent.com

«VISAS POUR LA CRÉATION»
CASTELNAU D’ESTRÉTEFONDS
Photographe-vidéaste : Fatoumata Tioye Coulibaly

Dans le cadre du dispositif «Visas pour la création» de l’Institut français, la Résidence 1+2 Hors les murs, en partenariat avec l’association «Le Capech a la cote», accueille en résidence la photographe-vidéaste malienne Fatoumata Tioye Coulibaly à Castelnau d’Estrétefonds. Pendant deux mois, Fatoumata part à la découverte d’un territoire inconnu, celui de Castelnau d’Estrétefonds situé au nord de l’agglomération toulousaine en Haute-Garonne, multipliant les rencontres et participant activement à la vie locale.
A travers une installation finale associant vidéo, son et photographies, elle expérimente le regard intuitif d’une jeune femme africaine découvrant un espace et une temporalité jusqu’alors inconnus. Elle interroge le paysage, les bruits, le temps qui passe, les couleurs, les petits métiers… afin de créer les conditions tangibles d’un dialogue intime entre ce territoire à l’identité ambivalente entre ruralité et urbanité et sa ville natale, tentaculaire, Bamako.

Née à Bamako (Mali) en 1993, Fatoumata Tioye Coulibaly est une jeune photographe-vidéaste découverte par Philippe Guionie lors d’un workhop en hommage à Malick Sidibé en 2018 à l’Institut français du Mali (http://www.institutfrancaismali.org/malick-en-heritage/). Passionnée par l’art, elle passe le concours du CAMM (Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia Balla Fasseké Kouyaté) dans la section Multimédia pour se consacrer aux arts numériques, à la photographie et la réalisation. Remarquée en 2015 au concours de l’innovation africaine à Skirat au Maroc avec son OEuvre Intégration africaine, elle remporte en 2017 le prix spécial du jury au FESPACO 2017, festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou, avec son premier film Héritage. Son oeuvre se caractérise par un grand sens du récit et de sa progression, une imagination prolifique, une empathie profonde avec ses sujets, une esthétique très personnelle, une vraie précision dans les cadrages, une capacité certaine à restituer des atmosphères complexes. Sa volonté est de participer à un effort collectif de conscientisation des jeunes à travers l’art.

INFORMATIONS PRATIQUES
Programmes Factory, Hors les murs & Invité.e.s 2019
Jusqu’au 14 décembre 2019
– Adrien Basse-Cathalinat Confluence, en partenariat avec Nature En Occitanie, Veolia et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.
– Cloé Harent Les Hommes Oiseaux, en partenariat avec Edeis, les Archives municipales de Toulouse et la Mairie de Cugnaux.
– Fatoumata Tioye Coulibaly Ici et Ailleurs, en partenariat avec l’Institut français, l’Association «Le Capech a la cote» et la Mairie de Castelnau d’Estrétefonds,
Centre d’arts visuels
Quai des arts – Place Léo Lagrange
31270 Cugnaux
https://ville-cugnaux.fr/vie-culturelle/quai-des-arts//
http://www.1plus2.fr//

X
X