L'Invité.ePhoto

Carte blanche à Etienne Hatt : La photographie fait-elle encore image ?

Temps de lecture estimé : 2mins

Dans la carte blanche que nous avons confié à notre invité de la semaine, le critique d’art et rédacteur en chef adjoint de la revue Artpress, Etienne Hatt, souhaite partager ses réflexions qui constituent, pour lui, un cadre de référence dans les activités du métier de critique. Aujourd’hui, voici sa quatrième et dernière exploration : la photographie fait-elle encore image ?

Lorsque j’ai commencé à m’intéresser à la photographie, au début des années 2000, les notions de document, documentaire et style documentaire étaient omniprésentes. Depuis, notre regard s’est considérablement élargi. Des pans entiers de l’histoire de la photographie ont refait surface et de nouvelles pratiques sont apparues. Laissant libre cours à l’expérimentation photographique, ces dernières ont remis en cause la photographie comme représentation et déplacé sa définition vers ses composantes techniques, physiques et structurelles : la lumière, la photosensibilité, le cadrage, le support, etc. Si l’on était anglophones, on préférerait aujourd’hui le terme picture, qui renvoie aux aspects matériels de l’image, à image, qui fait la part belle au sujet.

Or, évacuer la question de la représentation, qu’il s’agisse d’un véritable sujet ou même d’un motif abstrait, invite à envisager l’image comme seuils et à l’inscrire dans des dynamiques. Il ne faut alors plus se demander ce qu’est une image, mais à partir de quand et jusqu’à quand il y a image. Existe-t-il des images qui n’en sont pas encore complètement et d’autres qui n’en sont plus tout à fait ? On parle alors de points d’apparition et de dissolution de l’image. Pierre-Olivier Arnaud soumet ses photographies à une série d’interventions qui, sans être systématiques, les altèrent : impression de basse qualité, scan, pixellisation, tramage, agrandissement, désaturation, etc. Mais, paradoxalement, ces opérations participent moins à l’appauvrissement de l’image qu’à son enrichissement. D’autres éléments apparaissent qui sont les traces de ses générations successives et déplacent son potentiel de projection.

Explorer les seuils de l’image, c’est ainsi lui lancer un défi. Mais il s’agit moins de la remettre en cause que d’en sonder les possibilités. En effet, en dépassant la simple fonction de représentation de l’image, la photographie explore la totalité de ses potentialités iconiques. Mise en danger, l’image se révèle.

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    En voir plus dans L'Invité.e