Temps de lecture : 1 minute et 21 secondes

Pour leur quatrième et dernière carte blanche, nos deux invités de la semaine, Jean-Jacques Farré et Gilles Courtinat du magazine digital « Tous les jours curieux » partagent avec nous le travail de Patty Carroll intitulé « Anonymous Housewife » sur les relations des femmes avec leur univers domestique.

Après une bien longue période de confinement, une certaine lassitude à la vision de rues vide et de personnes portant des masques s’était installée et nous avions certainement envie de changer un peu de sujet. Les images de Patty Carroll, photographe américaine dont nous apprécions beaucoup le travail, répondaient bien à ce désir tout en étant comme une transition en douceur, une forme de convalescence du regard alliant une représentation de l’enfermement et une explosion de couleurs bienvenue.

Sous un premier abord très plaisant se révèle rapidement un propos plus posé traitant des femmes et de leurs relations complexes avec leur univers domestique. Depuis plusieurs années, Patty explore son sujet baptisé « Anonymous Housewife » ( Femme au foyer anonyme ) et parle de la maitresse de maison, ses obsessions contraintes, ses objets qui l’accablent, son domicile devenu un lieu de tragédie. Elaborant des scènes complexes, mais graphiquement très maitrisées, jouant avec les couleurs les plus intenses, accumulant les accessoires, elle photographie des huis-clos étouffants et chaotiques. Elle attire notre attention sur celles qui dirigent courageusement un foyer, s’occupent d’une famille et souvent poursuivent une carrière. Elle représente un personnage qui symbolise tant de femmes, quelle que soit leur culture ou leur origine, qui ont leurs racines ancrées dans la consommation et dans la façon dont nous utilisons les objets pour assurer la continuité et la tradition. Mais aussi c’est aussi la manière dont les possessions peuvent se substituer à une identité. Si l’humour est omniprésent dans ces images, le message qu’elles véhiculent n’en a pas moins des implications plus sombres sur le rôle de la moitié du monde dans toutes les sociétés.

Voici une publication qui nous satisfait à deux titres. Tout d’abord, bien évidemment, de par le talent et la virtuosité de l’artiste. Mais aussi parce que nous essayons de donner le plus de place possible à des travaux de femmes, tâche qui n’est pas toujours simple tant leur manque de visibilité reste encore pour elles un sérieux obstacle à surmonter.

https://pattycarroll.com/

X
X